Le Brésil

Des pluies intenses attirent l’attention sur la rupture d’un barrage – Jornal da USP

Selon Marcos Massao Futai, les phénomènes météorologiques extrêmes facilitent les accidents de ce type, car les barrages ne sont pas préparés à ce phénomène.

Le système national d’information sur la sécurité des barrages a enregistré 22 000 barrages Photo : Arthur Becker Simões/Flickr-CC

Les barrages servent de réservoir d’un certain type de matériau. Comme il ne s’agit pas d’un simple projet et qu’il est sujet à des risques, il faut y prêter attention, d’autant plus après la données du rapport sur la sécurité des barrages rappellent qu’en 2020, le nombre d’accidents dans les barrages, qu’ils soient hydroélectriques ou miniers, a été multiplié par 14 en deux ans.

Marcos Massao Futai – Photo : POLI

Dans une interview avec USP Journal on the Air 1ère édition, le professeur Marcos Massao Futai, du Département de génie structurel et géotechnique (PEF) de l’École polytechnique USP (Poli), explique plus en détail le sujet. « Les barrages hydroélectriques sont généralement plus sûrs, car quiconque s’engage à ce qu’il y ait leur ressource [água] et ils ont besoin d’avoir le barrage pour produire de l’énergie. Dans le cas des résidus, le matériau dont j’ai déjà retiré le minerai, j’ai quelque chose que je ne veux pas et que je dois mettre quelque part, alors je construis les barrages de résidus.

digues à résidus

Pour cesser d’offrir des risques, le professeur explique que les digues à stériles en amont – des barrages surélevés au-dessus des stériles – ont été interdites et doivent être déclassées, afin d’éliminer correctement les déchets qui y sont restés. « Cette destination pourrait être une revitalisation, c’est-à-dire que l’entrepreneur devrait préparer ce barrage pour qu’il revienne dans la société dans un environnement sûr et sans risque. »

«Ainsi, le barrage doit être planifié et bien exécuté, du projet de construction à l’exploitation, qui dans le cas du barrage à résidus est le dépôt des résidus. Il doit être surveillé, entretenu, puis déclassé ou déconstruit. Ces barrages en amont sont actuellement dans la dernière phase, qui est la déconstruction », ajoute Futai.

Photo : nfcastro sur Visual Hunt/Flickr-CC BY-NC-SA

LA Système national d’information sur la sécurité des barrages, jusqu’à ce mois-ci, enregistré 22 mille barrages. Le professeur attire l’attention sur ceux classés en « dommage à fort potentiel » et « à haut risque de rupture ». « Le problème, c’est quand ces deux choses se combinent. Vous avez un barrage qui est à haut risque et vous avez le potentiel pour qu’il cause des dommages, c’est-à-dire qu’il a une population, il a des infrastructures, il va inonder, il peut tuer des gens. Ce sont ces barrages qui peuvent provoquer des accidents comme ceux qui se sont produits à Fundão et Brumadinho.

Enfin, Futai met en lumière la question des précipitations. « Nous avons eu 14 fois plus d’accidents ces deux dernières années, car il y a eu une très longue période sèche au Brésil. La dernière catastrophe majeure remonte à 2011, dans la région montagneuse de Rio de Janeiro. Depuis lors, nous n’avons eu aucun événement de pluie extrême. Il poursuit en expliquant qu’en ce moment, avec l’augmentation des précipitations, les accidents de ce type sont plus favorables, car les barrages ne sont pas préparés à ce phénomène.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...