Le Brésil

Des tests de laboratoire clarifient les mécanismes biologiques protecteurs impliqués dans le psoriasis – Jornal da USP

Le psoriasis est une maladie inflammatoire de la peau caractérisée par des lésions rouges et squameuses, généralement en plaques, qui apparaissent généralement sur le cuir chevelu, les coudes et les genoux – Photo : Freepik

Des expériences sur des souris de laboratoire menées à l’Université de Zurich (UZH), en Suisse, ont démontré que la cytokine (protéine qui module la fonction cellulaire) IL-12 a un rôle protecteur dans le psoriasis, une maladie dermatologique auto-immune. Il s’agit de la première étude à démontrer le mécanisme par lequel la cytokine IL-12 joue un rôle bénéfique dans la maladie, des informations importantes pour guider la pratique clinique et comprendre l’efficacité des différents médicaments contre la maladie.

Bruno Marcel Silva de Melo – Photo : Archives personnelles

Pendant longtemps, on a cru que l’IL-12 avait un effet pro-inflammatoire sur le psoriasis, car elle présente dans sa structure une protéine appelée p40, qui a été une cible pharmacologique avec un succès thérapeutique élevé chez les patients atteints de psoriasis. Cependant, des études plus récentes démontrent qu’en fait, cet effet est dû au blocage d’une autre cytokine, l’IL-23, qui partage cette même sous-unité structurelle. Le blocage pharmacologique spécifique de l’IL-23 a un effet thérapeutique supérieur au blocage de la sous-unité partagée par les deux cytokines.

De plus, des études dans des modèles expérimentaux de psoriasis ont montré qu’un blocage spécifique de l’IL-12 exacerbe l’inflammation cutanée, démontrant que cette cytokine joue en fait un rôle protecteur dans la maladie.

Cette nouvelle étude, décrite dans l’article Immunité de type 3 régulée par l’IL-12 par interfolliculaire
kératinocytes dans l’inflammation psoriasiforme, publié dans la revue scientifique Immunologie scientifique et co-écrit par le chercheur Bruno Marcel Silva de Melo, Master en immunologie à la faculté de médecine Ribeirão Preto (FMRP) de l’USP, explique le rôle positif de l’IL-12 au cours de la maladie.

Le test comportait deux parties. Le premier était de localiser les régions du corps avec la plus grande présence de récepteurs IL-12. Cette analyse a orienté les chercheurs vers deux sous-groupes de cellules : les plage delta et le kératinocytes. Ils ont ensuite utilisé des technologies d’édition de gènes pour supprimer spécifiquement le récepteur IL-12 sur les cellules gamma delta d’un groupe de souris de laboratoire et sur les kératinocytes d’un autre groupe.

Les souris déficientes pour le récepteur IL-12 sur les kératinocytes ont montré une plus grande réponse inflammatoire dans la peau, par rapport aux animaux déficients pour le même récepteur sur les cellules gamma delta ou chez des animaux témoins, démontrant que l’IL-12 joue un rôle protecteur dans le psoriasis à travers les kératinocytes, explique Silva de Melo, qui a participé aux expériences dans le cadre de son doctorat en alternance à l’Université de Zurich (UZH), Suisse, sous la direction de les professeurs José Carlos Farias Alves Filho, du FMRP, et Burkhard Becher, de l’UZH.

La recherche a été financée par la Fondation de recherche de l’État de São Paulo, le Fonds national suisse de la recherche scientifique, le Réseau suisse de santé personnalisée, le Centre de médecine de précision de Berne et l’Université de Zurich.

Plus d’information: e-mail brunomarcel@usp.br, Bruno Marcel Silva de Melo.

Vous pourriez également aimer...