Desert News : qu’est-ce que c’est ?

Dans un monde de plus en plus connecté, l’accès à une information qualifiée est essentiel, la presse jouant un rôle important dans la vérification et le filtrage des données. Quand on considère que l’on traverse un contexte de prolifération de la désinformation, le travail journalistique devient encore plus nécessaire, étant intrinsèque à l’exercice de la citoyenneté, tant au niveau local que national.

Cependant, saviez-vous qu’il existe de nombreuses régions, au Brésil et dans le monde, où la population n’a pas accès à ces sources au niveau local ? Les prochains paragraphes chercheront à expliquer ce que sont les déserts d’information, pourquoi ils sont importants et comment la société brésilienne se retrouve dans ce scénario.

Que sont les déserts d’actualité ?

Les déserts d’information sont des lieux, en général des communes, où il n’y a pas de véhicules de presse locaux indépendants, qu’il s’agisse de « journaux, sites web, blogs ou stations de radio ou de télévision ». Ce phénomène n’est pas propre au Brésil, qui gagne en visibilité principalement grâce aux études menées par les universités américaines sur l’évolution du marché journalistique là-bas.

Ainsi, à partir de l’exposition et de la recherche, des explications ont été recherchées pour ce qui a été observé. Plusieurs facteurs aident à comprendre les déserts d’actualité, comme l’émergence de nouvelles technologies et, avec elle, l’induction de transformations du marché (qui ont conduit les véhicules traditionnels à perdre de l’influence) ; et les difficultés financières, principalement après la crise de 2008, qui, selon Miller (2018), ont mis en faillite de nombreux véhicules de petite et moyenne taille, « la concentration des industries des médias dans les centres urbains […] comme métropoles »[2]; entre les autres.

Autres types de lacunes d’information

Il convient de noter que les déserts d’information ne sont qu’un des classements sur les lacunes en matière d’information. Selon Atlas da Notícia, une recherche centrée sur le sujet au Brésil, les quasi-déserts sont également courants, caractérisés par des « municipalités qui n’ont qu’un ou deux véhicules journalistiques ».

Celles-ci comportent des risques supplémentaires, tels que la désertification et la remise en cause de leur contenu, car « avec peu ou pas de concurrence, les initiatives locales sont plus vulnérables aux ingérences politiques ou commerciales, par exemple, bien que cela soit difficile à déterminer si c’est le cas ».

Dans ces endroits, les soi-disant « journaux fantômes » sont courants. Ceux-ci, bien qu’ils se présentent comme des vecteurs d’information, n’en ont pas les moyens – ce qui les fait n’exister « que de nom ». De manière générale, ils sont des réplicateurs de l’actualité nationale ou internationale, laissant souvent de côté l’aspect local.

Pourquoi une information de qualité est-elle importante ?

L’importance du thème découle principalement de la fonction principale de la presse – le manque de véhicules locaux ne permet pas à la population d’accéder aux informations sur sa propre commune, ce qui a des impacts dans différents domaines.

Le premier est la sphère civique. Sans information vérifiée de manière indépendante, l’exercice de la citoyenneté est entravé, les citoyens étant « aveugles » vis-à-vis des pouvoirs publics. Cela les empêche non seulement de participer à la vie politique locale, mais de suivre le travail de leurs représentants. Ce scénario affecte majoritairement les petites villes qui, dans de nombreux cas, n’ont pas les moyens de contrôler le travail des mairies, autres que les institutions, qui peuvent être biaisées.

Cela devient clair dans les mots d’Eugênio Bucci, de la Faculté de Communication (USP), dans une interview avec Rádio Eldorado/Estadão : « Lorsqu’il n’y a pas une telle couverture, cette société est plus vulnérable. Il peut devenir l’otage d’un stratagème de propagande techniquement efficace, doté d’argent et la société sans outils pour se protéger et contrôler. C’est le souci. »

En ce sens, il y a la sphère politique, puisque les politiciens, qui sont moins exposés à la responsabilité, sont plus susceptibles d’aller au-delà de leurs fonctions, pouvant suivre des voies telles que la corruption, par exemple.

Miller met également en avant la sphère économique, insistant sur le rôle de « chien de garde » de la presse locale. Selon l’auteur, dans les déserts d’actualités, des augmentations d’impôts et de la dette publique ont été vérifiées – ce qui, selon elle, dénote une baisse d’efficacité de la part des gouvernements locaux.

L’auteur souligne également que, bien qu’innovants, les réseaux sociaux ne sont pas encore en mesure de remplir ce rôle d’observation et de demande, qui sont, pour l’instant, plus compétitifs, par rapport aux moyens des médias traditionnels, aux moyens publicitaires, besoin de plus de réglementation – visant à réduire la prolifération des nouvelles et des fausses nouvelles de « chasse au clic ».

Ainsi, les déserts sont particulièrement dangereux de nos jours, car de nombreuses personnes ont leurs plus grandes sources d’informations sur les réseaux sociaux – ceux-ci étant notoirement utilisés pour diffuser de fausses nouvelles.

Comment est la situation au Brésil ?

Au Brésil, selon la dernière édition de l’Atlas da Notícia, publiée le 2 février 2021 par l’observatoire de la presse, 3 280 communes sont dans une nouvelle situation désertique – couvrant environ 33,7 millions de personnes soit 15,9 % de la population. Quand il s’agit de presque déserts, on parle actuellement de 28,9 millions de personnes soit 13,7% de la population. Ensemble, les deux catégories représentent près de 30 % des habitants du Brésil (29,6 %).

Dans ce contexte, selon l’Observatório da Imprensa, dans une enquête sur la dernière édition de l’Atlas da Notícia, les régions les plus touchées sont le Nord, avec 69,8% des municipalités considérées comme des déserts d’actualité, et le Nord-Est, avec 66,3% villes dans cette situation.

Il est intéressant de noter que cette situation couvre même les villes des régions métropolitaines, comme le souligne Sérgio Lüdkte, coordinateur de l’Atlas, également dans une interview avec Rádio Eldorado/Estadão. Un exemple en serait la périphérie des grandes villes et les petites communes à la périphérie des grandes villes, qui sont en marge de la couverture médiatique locale.

Cependant, il convient de noter que, dans les deux dernières éditions de l’Atlas, il est noté que le nombre de déserts a diminué au Brésil. Dans ce processus, l’essor des médias numériques est important, en particulier les blogs d’information locaux avec de petites salles de rédaction – qui se distinguent précisément pour aider à informer à un faible coût d’exploitation et de maintenance. Ainsi, la baisse de 5,9 % des villes en situation désertique, de la 3e à la 4e édition de l’Atlas, est notable, la baisse du pourcentage de population atteint étant encore plus importante, de 9,6 %.

Il convient de mentionner la région du Nord-Est qui, même si c’est la deuxième avec plus de communes dans cette situation, comme mentionné ci-dessus, a montré des résultats intéressants, comme le souligne Sérgio Spagnuolo, coordinateur des données et de l’analyse de l’Atlas, à Folha de São Paulo, en disant « il se passe beaucoup de choses », avec de petites initiatives numériques, en particulier dans le nord-est ». Ce mouvement a donné des résultats, étant donné que dans la 3e édition de l’Atlas, publiée en décembre 2019, la région comptait environ 73,5% des communes comme désert de nouvelles, évoluant vers les 66,3%, déjà mentionnés, dans la 4e édition.[7].

LES RÉFÉRENCES

AFP (UOL) : Ceux qui utilisent les réseaux sociaux comme principale source d’information ont tendance à croire davantage aux fake news.

Beatriz Roscoe/Poder360 : Atlas of News : 33,7 millions de Brésiliens vivent dans des déserts d’informations.

Institut pour le développement du journalisme (PROJOR) : Atlas da Notícia.

Judith Miller/Manhattan Institute : Nouvelles Déserts : Aucune nouvelle n’est une mauvaise nouvelle. Dans : Politique urbaine (2018), pp. 58-76.

Jacqueline da Silva Deolindo : Le désert de l’information à l’intérieur du Brésil – notes pour la recherche. Dans : Congrès brésilien des sciences de la communication, 41e, Joinville (SC), 2018.

Nelson de Sá/Folha de São Paulo : Les sites Web réduisent les déserts d’informations au Brésil.

Pedro Varoni et Vitor Prado/Observatoire de la presse : 70 millions de Brésiliens vivent dans un désert d’informations.

Rádio Eldorado/O Estado de São Paulo : Désert de l’information : plus de 60 % des villes ne disposent pas d’informations sur la gestion municipale.

Rodrigo Borges Delfim/Folha de São Paulo : Les déserts d’actualité dominent plus de la moitié des municipalités brésiliennes.

Sérgio Spagnuolo/Observatoire de la presse : Le journalisme numérique réduit la couverture des déserts d’information.


[1] Nominalement Columbia University, qui, basée sur une étude intitulée America’s Growing News Desert, « développée par Columbia Journalism Review » a inspiré l’Atlas of Notícia selon Deolindo (2018, p. 3).

[2] DEOLINDO, 2018, p. 7.

[3] Réalisé par l’Institut pour le développement du journalisme (PROJOR), maintenant dans sa 4e édition.

[4] Papiers fantômes. Également souligné par Miller.

[5] « qu’elles n’existent que de nom » (MILLER, 2018, p. 69). Traduction propre.

[6] « Rôle de chien de garde » (MILLER, 2018, p. 64).

[7] Selon le même article, sur Folha de São Paulo.


★★★★★