Le Venezuela

Dialogue en question ?

De la Colombie et des États-Unis, ils veulent « éclater » le dialogue entre le gouvernement et l’opposition au Mexique pour qu’il n’y ait pas d’accords ou de paix au Venezuela. Dans l’explication de ce plan se trouve l’ingérence impérialiste, l’agression impunie et le maintien de sanctions unilatérales, en termes de « blocus » ou « d’embargo », que les États-Unis, l’Union européenne et le Royaume-Uni exécutent dans leurs positions hégémoniques pour soumettre au Venezuela qui applique une politique souveraine et indépendante mais qui n’est pas du goût de ces puissants néolibéraux qui imposent des mesures dont les effets sont désastreux sur la santé, la nutrition et l’éducation des Vénézuéliens, en collusion avec les secteurs de l’opposition.

On se demande si le dialogue est en cause, car on doute de la possibilité réelle que ses conclusions et accords soient pleinement exécutés ou non respectés. Cependant, nous ne sommes pas surpris qu’ils essaient de « faire éclater le dialogue », comme l’affirme le président Maduro. Ce n’est pas la première fois qu’ils le font, mais au moins ils ont signé les deux premiers accords sans l’ordre « d’en haut » de les suspendre ou de les empêcher. Récemment, l’ancien président José Luis Rodríguez Zapatero a déclaré que l’Amérique latine est une région avec une forte influence des États-Unis, ajoutant : « Divers pays à différentes époques ont conditionné l’avenir libre et le libre développement du Venezuela et de toute l’Amérique latine. Et je dis le Venezuela parce que cela a peut-être été, ces derniers temps, cet objectif géopolitique décisif où les revendications et les grandes aspirations de bon nombre des puissances les plus importantes du monde ont été contestées … « 

Avec ou sans dialogue, il y a des réponses à l’agression des puissances impériales et de leurs alliés. Maduro a déclaré, par exemple, que « le cycle productif national doit prévaloir face au blocus criminel qui sévit dans le pays », et a rappelé qu’un projet alternatif au capitalisme prédateur impérial a été soulevé du Venezuela. Cela compte beaucoup, mais il faut un processus d’intégration régionale latino-américaine et caribéenne pour faire face à cette hégémonie impériale qui nous rend si vulnérables. Il y a 60 ans, dans sa « Fable du requin et des sardines », Juan José Arévalo mettait en garde en dénonçant la farce des traités internationaux quand les trafiquants sont un requin et une sardine : « Nous ne voulons pas continuer sur cette pente qui nous mène droit au colonialisme, aussi occulté soit-il ». C’était Arevalo à l’époque.

L’entrée Dialogue en question ? il a été publié pour la première fois dans Dernières nouvelles.

Vous pourriez également aimer...