Le Brésil

Dieese voit 2022 comme « plus pareil » et craint une croissance nulle et une inflation toujours élevée

São Paulo – Avec une reprise économique timide et inégale après le début de la pandémie, et de nombreuses incertitudes, Dieese esquisse un scénario pessimiste pour 2022. Pour l’instant, l’institut s’attend à une année « plus pareil », avec une croissance faible et toujours inflation élevée. Mais le processus électoral rend tout encore plus nébuleux.

« Les élections d’octobre rendent les pronostics encore plus difficiles, d’autant plus avec un gouvernement qui cherche à tout prix à être réélu, y compris en remettant en cause, par avance, l’équité du processus électoral », explique Dieese. « Ainsi, on estime que, dans un scénario optimiste, le PIB pourrait croître d’environ 1,4% et, dans un scénario pessimiste, il pourrait chuter à 1,5%. Pour le moment, le scénario indique une croissance nulle (0%) en 2022″, ajoute-t-il.

effet statistique

Cette année, l’institut estime que la croissance du PIB sera comprise entre 4 % et 4,5 %, mais souligne qu’elle sera bien davantage due à un effet statistique, la base de comparaison étant très faible. En 2020, l’économie a chuté de 3,9%, selon les données revues par l’IBGE. « Les résultats des derniers trimestres montrent clairement cette situation. L’industrie manufacturière n’a montré aucun résultat positif en 2021, également dans la comparaison trimestrielle », rappelle Dieese, soulignant également la baisse des revenus comme un autre facteur qui inhibe l’activité.

« En effet, avec un marché du travail toujours déprimé et très précaire et un pouvoir d’achat érodé par l’inflation, la consommation intérieure ne deviendra pas un vecteur de croissance pertinent. Par ailleurs, l’investissement public – qui pourrait aussi être un levier de croissance économique – ne semble pas être dans la trajectoire du gouvernement fédéral. Dieese cite également le « démantèlement » du programme Bolsa Família et le nombre croissant de personnes en situation d’extrême pauvreté : environ 15 millions en septembre, contre 13 millions en janvier 2019.

Poursuite de la « réforme »

L’analyse cite également un possible « nouveau et intense virage de la législation du travail » prévu par le gouvernement, sur la base d’un rapport rendu en novembre par le Groupe d’études supérieures du travail (Gaet), créé en 2019. ” de 2017, supprimant des droits, augmentant l’informalité et la précarité, en plus d’augmenter l’insécurité juridique et de réduire le rôle des syndicats. « Au lieu de stimuler la croissance économique, avec des investissements, des transferts de revenus et une valorisation du travail, le gouvernement parie sur la suppression des droits et le manque de protection.

Concernant les emplois créés ces derniers mois, Dieese rappelle qu’une bonne partie est constituée d’emplois informels, « de sorte que le marché intérieur de consommation n’a pas la force de promouvoir une croissance soutenue de l’économie ». Et les prix des denrées alimentaires continuent d’augmenter, comme le montre l’enquête sur le panier alimentaire de base dans les capitales, qui a déjà dépassé les 700 R$ (Florianópolis), soit 69,8 % du salaire minimum net.

« Les prix des denrées alimentaires, notamment céréalières, pourraient subir moins de pression si le gouvernement réactivait la politique de constitution de stocks réglementaires, utilisée depuis les années 1980 et pratiquement démantelée à partir de 2016, lors du démantèlement de la Compagnie nationale d’approvisionnement (Conab), une entreprise publique liée à la ministère de l’Agriculture », explique Dieese. « Rien qu’en 2019, le gouvernement fédéral a fermé 27 entrepôts publics appartenant à l’État. Dans un pays continental comme le Brésil, la sécurité alimentaire de la population est aussi une question de souveraineté nationale. »

Vous pourriez également aimer...