Le Brésil

Dilma et Xiomara Zelaya seront à l’honneur dans le débat

São Paulo – Pour marquer la Journée de la femme, célébrée le 8, le Comité Volta Dilma tiendra un débat virtuel sur les coups d’État contre la démocratie au Brésil et au Honduras. L’événement, qui débutera dimanche à 18 heures (7), rendra hommage à Dilma Rousseff, la première présidente brésilienne de la République, ainsi qu’à Xiomara Zelaya, épouse du président déchu du Honduras, Manuel Zelaya.

En 2016, Dilma a subi une mise en accusation même sans crime de responsabilité. De son côté, le président Zelaya d’alors, élu pour un mandat de 2006 à 2010, a été victime d’un coup d’État en juin 2009. C’était le premier coup d’État en Amérique latine depuis la fin de la guerre froide. Le renversement du président hondurien ouvrirait la saison des coups d’État sur le continent. Deux mois plus tard, ce serait Fernando Lugo, au Paraguay.

Actuellement, Xiomara mène la préférence dans les aperçus de la fête Libre. Il est soutenu par six des neuf chaînes internes. Trois autres ne le soutiennent pas, mais seraient constitués de partisans américains infiltrés par le parti. Elle bénéficie également d’un grand soutien populaire, selon les mouvements soutenant sa candidature.

Coup d’État au Honduras et au Brésil

L’actuel président hondurien est Juan Orlando Hernandez (JOH), considéré comme un «narco-marionnette des États-Unis» par ses adversaires. Son frère José Antonio (Tony) Hernandez attend sa condamnation à New York, accusé de trafic de tonnes de cocaïne. JOH serait à la tête du cartel pour lequel son frère Tony a été arrêté et poursuivi. Même ainsi, son gouvernement a le soutien des États-Unis.

Lucy Pagoada-Quesada, représentante du Parti libéral du Honduras aux États-Unis et au Canada, et Aida Reyes, membre du Congrès du Libre au Honduras, participent au débat. Au centre de la discussion se trouveront les similitudes et les particularités des coups d’État et de la résistance au Brésil et au Honduras.

Comment participer

Cliquez ici pour vous inscrire et participer à la réunion virtuelle, via la plate-forme Sympla – instructions sur le site Web.

Image

Rédaction: Cida de Oliveira

Vous pourriez également aimer...