La Colombie

Diminution des heures de travail

08 décembre 2020-11: 50 p. m.
Pour:

Alfredo Carvajal Sinisterra

Il y a quelques jours, le rapport annuel sur la compétitivité a été publié. Malheureusement, nous restons en dessous de la moyenne latino-américaine, une position très médiocre, car notre continent est loin des pays développés, et de la plupart des Asiatiques, seule l'Afrique nous dépasse en raison de sa productivité précaire.

L'un de nos grains de beauté est la question du travail. Il traite des aspects des pratiques d'embauche et de licenciement. Nous avons le deuxième taux de chômage le plus élevé d'Amérique latine. Seulement 20% des personnes contribuent à la retraite. Lors de la pandémie, l’opinion publique s’est assurée que la grande majorité des Colombiens travaillaient de manière informelle. La législation du travail actuelle est dépassée.
Bien sûr, il existe d'autres obstacles, tels que les formalités administratives ou les insuffisances des infrastructures, ainsi que, sans aucun doute, la question de la sécurité, alimentée par le carburant du trafic de drogue.

Un autre est la question fiscale. En Colombie, la grande majorité de la charge fiscale est payée par des entreprises formelles et très peu par des particuliers, seulement 20%. Dans les pays européens, 70% sont collectés parmi les particuliers, ce qui permet aux entreprises d'être plus compétitives.

La compétitivité est extrêmement importante si nous voulons progresser et améliorer le bien-être de la population. Nous vivons dans un monde interdépendant, dont les effets s’approfondissent de jour en jour. Un cas particulier est la question du réchauffement climatique. Le commerce, stimulé par les progrès des transports, nous a progressivement rendus interdépendants. Autarky est une fiction perverse. Que ferions-nous sans ordinateurs ou téléphones portables, ou maintenant sans pouvoir importer le vaccin contre Covid-19. Nous devons être compétitifs pour prospérer.

Eh bien, quand j'ai entendu dire qu'un projet de loi était en cours de traitement au Congrès pour réduire les heures de travail, j'ai pensé que, puisqu'il s'agissait d'une initiative démagogique et populiste, il avait été rédigé par Colombia Humana. Quelle serait ma surprise, quand j'apprendrais que son origine provenait du Centre démocratique. J'aurais aussi aimé travailler moins d'heures, avoir plus de temps libre et avoir suffisamment de revenus pour en profiter pleinement, lorsque je travaillais en tant qu'employé.
Cela semble très intéressant de travailler moins et de gagner la même chose, si nous considérons cela individuellement, mais c'est différent, si nous les voyons collectivement. Ce luxe ne peut être offert que par les pays riches, ceux qui aiment être plus compétitifs. Celles où abondent le capital, l'investissement, la consommation, ainsi que l'éducation et la créativité.

De plus, nous sommes les champions en vacances. Aujourd'hui il y en a 18, seulement deux mois en 2020 manquaient de ce privilège. Cela signifie 144 heures de moins par an, ce qui, si on les divise par 52 semaines, on peut affirmer qu'en Colombie 45,2 heures par semaine sont travaillées.

Ceux qui pensent que si vous travaillez moins d'heures, il y aura plus d'emplois sont trompés, au contraire, si ce projet est approuvé, les coûts pour les entreprises formelles augmenteront, nous serons donc moins compétitifs, les investissements seront effrayés et ils s'approfondiront encore plus. informalité.

Pourquoi n'apprend-on pas des pays comme la Corée du Sud? Semblable en habitants à la Colombie, avec un développement économique très similaire il y a 40 ans, elle a aujourd'hui un revenu par habitant de 31 362 US.

Vous pourriez également aimer...