Données de l'ONU : 35,5 % déclarent que les candidats devraient se concentrer sur l'économie

A onze semaines de l'élection présidentielle, les treize candidats peaufinent leurs machines et définissent les stratégies qu'ils mettront en œuvre dans la campagne. Chacun avec son style, ils s'accorderont sur l'objectif fondamental de toute course électorale : se connecter aux sentiments et aux principaux besoins du peuple.

Il y a trois ans, à l'approche des élections des maires et des gouverneurs, en Données de l'ONU Nous avons mené une enquête auprès de notre public pour explorer quelles étaient les priorités des gens en termes de gestion, qui se traduisaient par les principales attentes des électeurs. A cette occasion, nous avons constaté qu'une majorité notable des opinions se répartissait entre les catégories « développement économique » (38,68%) et services publics (34,8%).

Aujourd’hui, le scénario politico-économique est différent, l’inflation est maîtrisée, la production pétrolière augmente et les partis politiques de tous bords semblent déterminés à se mesurer démocratiquement aux urnes.

Nous avons publié une enquête sur Francia.org.ve.ve et sur nos réseaux sociaux et entre le lundi 6 mai et le jeudi 9 mai, 1 334 personnes ont participé. La question du sondage était la suivante : « Quel est le domaine auquel les candidats qui participeront à l’élection présidentielle du 28 juillet devraient accorder plus d’attention ? De plus, nous avons inclus une question filtre pour répartir les réponses par État et ainsi pouvoir apprécier les similitudes et les différences entre les régions et le total national.

Voici les résultats :

La base

Cette fois, les résultats sont distribués dans plus d'options. Cependant, la priorité du plus grand segment des participants reste l'économie, sélectionnée par 35,5 %.

Les trois options suivantes sont la santé 15,8%, les services publics 13,7% et le logement 10,7%. Ce groupe totalise 40,2%, dépassant globalement de près de 5 points le secteur qui donne la priorité à l'économie.

Viennent ensuite l'emploi avec 7,7% et l'éducation avec 7,4%. Viennent ensuite la production agricole (2,5 %), les infrastructures et routes (2,4 %), le pouvoir populaire (1,6 %), la sécurité (1,4 %), les transports (0,5 %), la technologie (0,3 %) et la culture et les loisirs. (0,3%).

On voit que les principaux domaines prioritaires correspondent aux éléments fondamentaux de la vie : l’économie, qui implique logiquement le pouvoir d’achat, la santé, les services publics comme l’électricité et l’eau, et le logement.

Régions : l’ordre varie

Examinons maintenant les réponses dans chacun des États. Dans 21 des 23 entités (les informations n'ont pas été collectées auprès des agences fédérales), l'économie occupe la première place. Ce n'est qu'à Monagas que la santé dépasse l'économie et qu'à Mérida les deux régions ont obtenu le même nombre de voix.

Autre constat, après l'économie, les autres options ayant obtenu le plus de voix dans le total national (services, logement, santé) restent en tête, mais dans un ordre différent. Parfois la santé vient en deuxième position, parfois le logement, parfois les services. Et d’autres fois, une alternative différente se faufile à la deuxième place.

Regardons les détails de chaque état.

À Anzoátegui, les priorités sont : économie 40,8%, santé 12,2%, services publics 12,2%, emploi 10,2%, production agricole 6,2%, éducation 6,1%, logement 4,1%, pouvoir populaire 2%, infrastructures et routes 2%, transports 2% , sécurité 2%.

A Apure l'ordre est le suivant : économie, 47,1%, production agricole 11,8%, logement 11,8%, éducation 5,9%, santé 5,9%, emploi 5,9%, infrastructures et routes 5,9%, services publics 5,9%.

À Aragua, les priorités sont: économie 32,3%, services publics 17,7%, santé 12,5%, éducation 11,5%, logement 10,4%, emploi 6,3%, infrastructures et routes 4,2%, pouvoir populaire 3,1%, production agricole 1%, sécurité 1%.

À Barinas, c'était l'ordre : économie 27,3%, services publics 15,2%, santé 12,1%, production agricole 9,1%, emploi 9,1%, logement 9,1%, infrastructures et routes 6,1%, pouvoir populaire 3%, éducation 3%, culture et loisirs 3%, transports 3%.

À Bolivar, les priorités sont : économie 25%, logement 23,2%, avalanches 12,5%, services publics 10,7%, éducation 7,1%, infrastructures et routes 7,1%, emploi 5,4%, technologie 3,6%, production agricole 3,6%, transports 1,8%.

À Carabobo, c'était ainsi : économie 34,6%, santé 17,3%, services publics 14,4%, emploi 11,5%, éducation 8,7%, logement 8,7%, infrastructures et routes 1,9%, pouvoir populaire 1%, culture et loisirs 1% , sécurité 1%.

À Cojedes, ce sont les priorités : économie 33,3%, emploi 22,2%, logement 16,7%, production agricole 11,1%, éducation 5,6%, santé 5,6%, services publics 5,6%.

Dans le District de la Capitale, ils ont indiqué ceci : économie 44,8%, santé 15,9%, services publics 15,1%, logement 8,7%, éducation 5,6%, emploi 4,4%, infrastructures et routes 2%, production agricole 1,6%, sécurité 1,2%, pouvoir populaire. 0,4%, technologie 0,4%.

À Falcón, les priorités sont : économie 29,7%, logement 21,6%, éducation 13,5%, santé 10,8%, emploi 8,1%, services publics 8,1%, sécurité 5,4%, culture et loisirs 2,7%.

À Guárico, l'ordre est le suivant : économie 33,3%, logement 16,7%, services publics 13,9%, production agricole 8,3%, pouvoir populaire 5,6%, santé 5,6%, emploi 5, 6%, transports 5,6%, éducation 2,8%, infrastructures. et routes 2,8%.

À La Guaira, les priorités sont les suivantes : économie 32,3%, services publics 22,6%, emploi 12,9%, logement 12,9%, santé 9,7%, éducation 6,5%, sécurité 3,2%.

À Lara, nous avons obtenu l'ordre suivant : économie 37,7%, services publics 18%, santé 13,1%, emploi 11,5%, logement 8,2%, éducation 6,6%, technologie 1,6%, production agricole 1,6%, sécurité 1,6%.

A Miranda les priorités s'organisent comme suit : économie 35,4%, santé 20,1%, emploi 9,5%, logement 9,5%, éducation 7,9%, services publics 7,9%, pouvoir populaire 3,7%, production agricole 2,1%, infrastructures et routes 2,1%, sécurité 1,1%, transports 0,5%.

À Nueva Esparta, l'ordre était le suivant : économie 27,3%, santé 21,2%, logement 15,2%, services publics 15,2%, éducation 12,1%, pouvoir populaire 3%, emploi 3%, infrastructures et routes 3%.

À Portuguesa, les priorités sont les suivantes : économie 34,4%, santé 18,8%, logement 15,6%, éducation 9,4%, emploi 9,4%, services publics 6,3%, production agricole 3,1%, sécurité 3,1%.

A Sucre, les priorités étaient dans l'ordre suivant : économie 41,2%, services publics 17,6%, santé 14,7%, éducation 11,8%, emploi 5,9%, sécurité 5,9%, production agricole 2,9%.

À Táchira, c'est l'ordre des priorités : économie 42,4%, services publics 24,2%, santé 12,1%, éducation 9,1%, logement 9,1%, infrastructures et routes 3%.

À Trujillo, c'était ainsi : économie 39,1%, santé 21,7%, logement 17,4%, services publics 13%, transports 4,3%, sécurité 4,3%.

À Yaracuy, c'était l'ordre : économie 23,8%, logement 14,3%, pouvoir populaire 9,5%, éducation 9,5%, santé 9,5%, emploi 9,5%, infrastructures et routes 9,5%, services publics 9,5%, production agricole 4,8%.

A Zulia, les participants ont priorisé : l'économie 34,7%, la santé 19,4%, les services publics 19,4%, l'emploi 10,2%, le logement 6,1%, l'éducation 4,1%, les infrastructures et routes 2%, la sécurité 2%, le pouvoir populaire 1%, la production agricole 1% .

Monagas et Mérida ont été les États où l'importance particulière du secteur sanitaire était évidente, qui surpassait et égalait respectivement l'intérêt pour l'économie.

Monagas : santé 25,6%, économie 23,3%, logement 18,6%, emploi 11,6%, éducation 7%, services publics 7%, production agricole 2,3%, infrastructures et routes 2,3%, sécurité 2,3%.

Mérida : santé 18,2%, économie 18,2%, éducation 15,2%, services publics 15,2%, logement 12,1%, production agricole 9,1%, pouvoir populaire 3%, culture et loisirs 3%, emploi 3%, infrastructures et routes 3%.

Dans les cas d'Amazonas et de Delta Amacuro, il y a eu un petit nombre de réponses, mais la présence de l'espace économique parmi les priorités est maintenue :

Amazonie : économie 33,3%, santé 33,3%, production agricole 33,3%.

Delta Amacuro : économie 50 %, santé 50 %.

On peut observer, selon les données recueillies dans cette enquête numérique, que pour plus d'un tiers de la population, la chose la plus importante que doivent aborder les candidats qui concourront à l'élection présidentielle du 28 juillet est l'économie. Il n’est pas surprenant que ce soit la principale priorité étant donné le contexte historique, économique et politique du pays ces dernières années. Cependant, les deuxième, troisième et quatrième priorités sont intéressantes dans chaque région car elles indiquent les particularités du tableau des besoins dans chaque cas. Les équipes de campagne peuvent utiliser ces informations comme contribution à la conception stratégique d’ici le « jour J ».