Données ÚN : 7 personnes sur 10 estiment que les véhicules motorisés ne respectent pas la réglementation

Au cours des dernières années, l'utilisation des motos au Venezuela s'est développée. En 2022, 150 000 motos ont été produites dans le pays et en 2023 plus de 200 000, selon l'Association des industriels, fabricants et assembleurs de motos du Venezuela (Aifem). La raison pourrait être liée à l'accès restreint à l'achat de voitures avec l'absence de crédits pour leur acquisition, même si ces dernières semaines le panorama dans ce domaine semble changer. La vérité est que l'augmentation du nombre de motos en circulation a peut-être mis en lumière le débat sur le respect ou le non-respect du code de la route par les véhicules motorisés.

En mai, le Conseil municipal de Caracas a approuvé une ordonnance qui réglemente l'utilisation et la circulation des mototaxis et des motos en général, répondant ainsi aux préoccupations des citoyens. Aussi, motivées par la fréquence des accidents de la route impliquant des motocyclistes, des propositions ont refait surface pour restreindre la circulation des motos sur les voies rapides et en général à certaines heures, notamment la nuit.

Dans ce contexte, dans Données de l'ONU Nous avons décidé de sonder l'opinion des personnes, tant celles qui conduisent des motos que celles qui n'en conduisent pas, sur la façon dont est perçu le respect de la réglementation par les conducteurs de motos et également sur les propositions susmentionnées. Nous avons publié une enquête numérique sur notre portail web et sur les réseaux sociaux et entre le lundi 27 mai et le jeudi 30 mai, 835 personnes ont participé. Ce qui suit sont les résultats.

Il y a une conscience des défauts

Dans tous les éléments, nous différencions les opinions de ceux qui conduisent des motos et de ceux qui n'en font pas, et bien sûr nous indiquons le total général. Tout d'abord, nous avons demandé aux participants à notre enquête s'ils considéraient qu'en général les véhicules motorisés respectaient le code de la route. Nous avons constaté que 57,7 % sont totalement en désaccord avec cette affirmation. De plus, 13,9 % se disent plus ou moins en désaccord. Si l'on additionne ces deux avis, nous obtenons que 71,6%, soit sept sur 10, considèrent que les conducteurs de moto ne respectent généralement pas les règles.

En différenciant les réponses, nous obtenons que parmi ceux qui ne conduisent pas de moto, 67,1% sont totalement en désaccord et 12,2% plus ou moins en désaccord, ce qui fait un total de 79,3%. De l’autre côté, celui des véhicules motorisés, le désaccord est moindre, mais il est frappant de constater que l’opinion selon laquelle les règles ne sont pas respectées prévaut également. 29,9% de ceux qui conduisent des motos se déclarent totalement en désaccord avec l'affirmation selon laquelle ils respectent les règles et 19% se disent plus ou moins en désaccord. Cela représente 48,9 % des automobilistes qui remettent en question leur propre respect de la réglementation.

Ensuite, nous demandons à quelles normes le public considère que les véhicules motorisés se conforment. Pour cela, nous avons placé comme options une liste de règles publiées sur le site de l'Institut National des Transports Terrestres et nous avons obtenu que la plus votée était « S'abstenir de retenir un autre véhicule » avec 39,8 %. Le deuxième était « le port de gilets avec un matériau réfléchissant » avec 31,9 %.

Nous avons pu constater, en différenciant les réponses, que les proportions sont dans ce cas similaires entre motorisés et non motorisés.

Voyons maintenant l'avis sur les normes les moins respectées. 69,7% du total des participants estiment que les automobilistes ne respectent pas les panneaux de signalisation et les limitations de vitesse. 67,2% considèrent qu'ils ne respectent pas les feux tricolores et 66,5% qu'ils ne respectent pas la précaution de ne pas voyager avec des enfants en bas âge ou plus de deux personnes à bord.

En différenciant les conducteurs de moto et les non-conducteurs de moto, nous pouvons constater qu'il existe des différences. Si les automobilistes notent que la règle qu'ils respectent le moins est le respect des feux de circulation (59,2 %), les personnes qui ne conduisent pas de moto sont plus enclines à souligner qu'elles ne respectent pas les panneaux de signalisation et les limitations de vitesse (73,9 %).

Des mesures doivent être prises

Nous avons ensuite demandé à notre auditoire son avis sur la proposition d'interdire la circulation des motos sur les voies rapides, comme les autoroutes par exemple. Nous avons une majorité de 56 % tout à fait d’accord et 12 % se disent plus ou moins d’accord. En additionnant les deux items, on constate que 68% envisageraient d'approuver cette mesure.

En répartissant les réponses, il est remarquable de constater que parmi les usagers motorisés, 39,8% se déclarent totalement d'accord avec l'interdiction de la circulation des motos sur les autoroutes. 10,4 % des motocyclistes se disent plus ou moins d'accord. En additionnant les deux chiffres, nous obtenons que la moitié, soit 50,2 %, des conducteurs de moto seraient d'accord avec l'interdiction de la circulation des motos sur les autoroutes. Parmi ceux qui ne roulent pas à moto, les pourcentages s'élèvent à 6,5% pour tout à fait d'accord et à 12,5% pour plus ou moins d'accord.

Concernant la restriction de la circulation des motos à certaines heures, sur le nombre total de participants à notre enquête numérique, 63,4% se disent tout à fait d'accord avec l'idée et 13,4% supplémentaires se disent plus ou moins d'accord. Cela représente 76,8 %.

Lorsque l'on divise les réponses, il est frappant de constater que les automobilistes eux-mêmes seraient, pour la plupart, d'accord avec la mesure de restriction de la circulation des motos à certaines heures. 46,4% des motocyclistes se disent totalement d'accord et 15,2% se disent plus ou moins d'accord. En additionnant les deux éléments, nous obtenons que 61,6% des usagers motorisés envisageraient d'approuver cette mesure.

Par ailleurs, parmi ceux qui ne conduisent pas de moto, 69,1% se disent tout à fait d'accord et 12,8% se disent plus ou moins d'accord, pour un total de 81,9%.

Ces résultats montrent dans les données ce qu’il est possible de percevoir dans l’opinion quotidienne. Même s'il faut souligner que cette enquête ne constitue pas une étude scientifique de l'opinion de la population à ce sujet ni ne vise à refléter une vérité absolue, nous considérons qu'elle fournit une mesure de l'opinion de l'audience de Dernières nouvelles et en tant que tel, il peut servir de contribution pour promouvoir une consultation plus large.