Le Brésil

Doria annonce une «  touche de retenue  » à l’aube, après un record d’hospitalisations pour Covid-19 en SP

São Paulo – L’état de São Paulo a battu aujourd’hui (24) un nouveau record de personnes hospitalisées dans les unités de soins intensifs (USI) avec covid-19: 6 657, le nombre le plus élevé de toute la pandémie. Il y a eu 600 personnes admises aux soins intensifs au cours des 10 derniers jours. À ce rythme, le système de santé de l’État peut s’effondrer dans environ 20 jours. En réponse, le gouverneur João Doria (PSDB) a également annoncé aujourd’hui une «touche de restriction», valable de 23 heures à 5 heures, tous les jours, à partir de vendredi prochain (26). L’objectif est d’empêcher les fêtes clandestines et les agglomérations dans les rues, les places et autres zones collectives, situations que le gouvernement de São Paulo considère comme les principaux responsables de l’augmentation des hospitalisations due au covid-19.

La mesure sera appliquée en partenariat entre la surveillance de la santé, la police militaire et la Fondation Procon. Dans la pratique, ce qui change, c’est que les personnes qui circulent dans les rues pendant la période de «restriction touch» peuvent être approchées par le PM et, si elles ne sont pas dans un «déplacement justifié», elles peuvent se voir infliger une amende. Doria a déclaré que les transports publics ne seront pas interrompus, mais réduits. Il a également expliqué que les personnes qui voyagent à la recherche de soins de santé, reviennent du travail ou de l’école, par exemple, ne se verront pas infliger d’amende.

Les établissements ou les personnes faisant la promotion de partis ou d’agglomérations peuvent être condamnés à une amende allant jusqu’à 10 millions de reais et traités. La mesure s’applique également aux parties communes des copropriétés. Avant, le site ne recevait qu’un avertissement et, s’il se répétait, il pouvait être temporairement fermé. Cependant, les personnes qui participent aux fêtes ne seront toujours pas condamnées à une amende. Doria a demandé à la population d’appeler la police contre les agglomérations et les partis du quartier.

Mesures vides

Le coordinateur du Centre de Contingence Coronavirus de São Paulo, Paulo Menezes, a justifié la mesure et a déclaré qu’il espérait que la situation s’améliorerait dans deux semaines. «Pendant la journée, les activités prédominantes sont le travail, la plupart des gens portent un masque et suivent les recommandations d’hygiène. Mais nous avons vu une aggravation très rapide dans les villes qui étaient relativement calmes par rapport à l’occupation de l’USI. Dans une semaine ou deux, nous avons vu la situation empirer gravement », a-t-il déclaré. Il a également considéré qu’il est possible que de nouvelles variantes du coronavirus circulent dans l’État.

Cependant, la «touche de restriction» annoncée par Doria ne change pratiquement rien de ce qui est déjà établi dans l’État à travers le plan de São Paulo, pour le fonctionnement du commerce et des services. Aujourd’hui, même dans la phase jaune, les services non essentiels – centres commerciaux, bars, restaurants, coiffeurs, gymnases – ne peuvent fonctionner que jusqu’à 22 heures. Dans la phase orange, les services non essentiels ne peuvent fonctionner que jusqu’à 20 heures. Et dans la phase rouge, ces services ne peuvent ouvrir à aucun moment.

Les barres ne peuvent pas fonctionner dans les phases rouge et orange et ne peuvent rester ouvertes que jusqu’à 20 heures, dans la phase jaune. Les agglomérations sont déjà interdites à tout moment.

De plus, le gouvernement n’a pas tenu compte du fait que le retour aux cours en présentiel avait lieu presque en même temps que les hospitalisations augmentaient à nouveau, après une courte période de réduction. Par ailleurs, le gouvernement Doria ne mentionne pas les immenses agglomérations qui ont eu lieu en décembre, pour les achats de Noël – quand il a gardé la phase jaune et a refusé d’imposer des mesures plus restrictives -, puis sur les plages, lors des fêtes de Noël et du Nouvel An.

Situation grave

Les données du Coronavirus Bulletin montrent que, depuis vendredi dernier (19), 13 des 17 régions sanitaires de l’État ont vu une augmentation de l’utilisation des USI pour soigner les personnes atteintes de covid-19. Ce jour-là, il y avait 6 147 personnes dans les USI. Aujourd’hui, ils sont 6657. Hier encore, 1615 hospitalisations ont été enregistrées. La moyenne mobile des hospitalisations par jour est de 1 643.

Vous pourriez également aimer...