Le Venezuela

Douglas Bravo, la guérilla la plus célèbre

Dans la maison de Douglas Bravo (11/3 / 32-31 / 1/21), là dans sa Cabure natale (Falcón), il y avait le seul poste de radio dans cette ville nichée dans les montagnes de Coro. Les voisins se sont réunis pour entendre la nouvelle entre 1945 et 46. Son père, Ignacio Bravo, était un sympathisant d’Isaías Medina Angarita -le militaire qui a succédé à Eleazar López Contreras- et plus tard il était membre de l’Union républicaine démocratique, le parti de Jóvito Villalba qui a remporté les élections de 1952, inconnu de Marcos Pérez Jiménez.

De cette maison où l’on discutait de politique, vient Douglas Bravo, décédé dimanche dernier à Coro à l’âge de 88 ans et qui à 14 ans, un événement tragique l’a amené à rejoindre les luttes de la gauche. C’était en 1947. Le père de Douglas a été abattu par un groupe d’hommes qui l’ont intercepté devant le lycée de la ville. Douglas attribue le meurtre aux «adecos». Il a vu le corps de son père étendu sur le sol. En conséquence, Douglas a promis de venger la mort de son père, pour laquelle il est entré en contact avec «El Viejo Hidalgo». Ce dernier lui a remis 40 fusils, qu’il lui a pris plus tard parce que Douglas avait des doutes sur le plan de vengeance. Au lieu de cela, il a fondé une organisation de jeunesse communiste à Cabure.

Six ans plus tard, Douglas a été emprisonné à Maracaibo (Zulia) pendant sept mois. La sécurité nationale l’a attrapé pour avoir organisé une manifestation contre la soi-disant fraude des élections de 1952, dans laquelle l’URD a gagné, mais Pérez Jiménez n’a pas accepté le résultat. Simón Sáez Mérida (AD) et Arístides Beujón (social-chrétien) étaient dans cette même prison. Bravo a déclaré qu’ils l’avaient torturé en plongeant sa tête dans les rives du lac Maracaibo et en le chevauchant dans un anneau en caoutchouc, comme une scène du feuilleton Estefanía.

Le meurtre de son père l’a incité à prendre la montagne

À sa sortie de prison, Douglas s’installe à Caracas, où il poursuit son militantisme de gauche. Mais 10 ans plus tard, plus précisément en mars 1962, il fonde le Front de guérilla José Leonardo Chirinos, dont «l’acte de naissance» a été rédigé dans une ferme des montagnes fauconnes, ses premiers membres étant Baltazar Ojeda Negretti, Alí ​​Rodríguez Araque, Chema Saher, Domingo Urbina et Teodoro Petkoff. L’année suivante, Bravo est appelé par le capitaine Manuel Ponte Rodríguez pour fonder les Forces armées de libération nationale (Faln).

En 1966, Douglas est expulsé du Parti communiste du Venezuela (PCV) pour lequel il décide de créer le Parti de la révolution vénézuélienne (PRV), qui fusionnera plus tard avec le Movimiento de Izquierda Revolucionaria (MIR).

Dans ce conglomérat d’organisations, qui ont combattu dans les montagnes Falcón et Lara et en même temps engagés dans la politique au sein de la masse ouvrière, se trouvaient Leonardo Quintana, Hely Pérez, Octavio Acosta Bello, Alirio Chirinos, Gaspar Rojo, Fabricio Ojeda, Andrés Pasquier, Felipe Malaver, Gregorio Lunar Marquez, Luben Petkoff, Francisco Prada, Nery Carrillo, Joel Linares, Elías Manuitt Camero, Freddy Carquéz, Nicolás Hurtado Barrios et Lino Martínez.

Il a rencontré Chávez alors qu’il étudiait à l’Académie militaire

Le mentor de Chávez

Dans les années 70, un nom de famille est né au PRV: Ruptura, où Douglas a continué à être un militant mais sous la direction de sa femme, Argelia Melet, qu’il a dit une fois était « le grand amour de ma vie ». Hugo Chávez a rejoint ce PRV-Ruptura lorsqu’il était à l’Académie militaire où l’organisation politique a réussi à attirer des adeptes. Bien que Douglas admette qu’il a rencontré Hugo par l’intermédiaire de son frère Adam.

Son anti-impérialisme et ses aspirations à la consolidation d’un système socialiste sont restés vivants à Tercer Camino et Frente Patriótico, organisations politiques qui ont affronté les seconds gouvernements de Rafael Caldera et Carlos Andrés Pérez, dont il a combattu les premières administrations à travers la guérilla. Mais ensuite, il a révélé son opposition à Chávez et à Nicolás Maduro. En fait, Douglas Bravo a été interviewé par Unión Radio le 3 décembre 2007, un jour après la tenue du référendum pour réformer la Constitution, qui a été perdu par le Chavisme. « Nous sommes confrontés à un moment unique, l’un de ceux que vous ne voyez presque jamais », a-t-il poursuivi en célébrant la défaite de Chávez. Dix ans plus tard, Bravo a applaudi la performance de la procureure générale de l’époque, Luisa Ortega Díaz, qui a marqué une distance avec Maduro en mars 2017. Pour cette date, Bravo a précisé que «nous sommes appelés la troisième voie parce que nous sommes confrontés au capitalisme classique et contre le capitalisme d’État russe ».

Maduro: un révolutionnaire

« J’étais au courant de la situation sanitaire de Douglas Bravo avec son collègue procureur général Tarek William Saab, car il avait le covid-19 en plus d’autres maux, ce qui était délicat compte tenu de son âge avancé », a déclaré dimanche dernier le président Nicolás Maduro. à la mort de Douglas Bravo. «Un combattant révolutionnaire, depuis des années, contre la dictature de Marcos Pérez Jiménez et le puntofijismo. Honneur et gloire à sa mémoire et à son combat! », A souligné le président. Un rapport de l’agence de presse vénézuélienne place Douglas Bravo comme « la guérilla la plus célèbre du Venezuela », après avoir constaté qu’il avait eu des contacts avec le commandant Ernesto « Che » Guevara et Fidel Castro.

Réactions

  • « Je pense que la grande contribution de Douglas Bravo à la révolution continentale a été d’incorporer le bolivarisme – en tant que courant idéologique – dans la pensée de la gauche révolutionnaire dans les années 60 héroïques … Je présente mes plus sincères condoléances aux membres de sa famille. » (Tarek William Saab, procureur général).
  • «Il est impossible d’étudier l’Amérique latine dans la 2e moitié du XXe siècle sans tomber sur son nom parmi les révolutionnaires qui voulaient prendre d’assaut le ciel. Mes condoléances aux camarades, à la famille et aux amis de DB, en particulier à sa fille, la photographe Argelia Bravo »(Ernesto Villegas, ministre de la Culture).
  • « Je regrette le départ physique du Cmdt DB, l’une des figures les plus connues de la lutte armée dans le pays, emblème de la révolution » (Freddy Bernal).
Il a côtoyé Ernesto « Che » Guevara et Fidel Castro

Vous pourriez également aimer...