Le Brésil

Douleurs, peur, angoisse. Les travailleurs comptent leurs symptômes avant, pendant et après covid.

São Paulo – « Disons que c’était un moment que j’ai eu au bord d’une autre vie », dit un pétrolier marié de 44 ans, se remémorant un rêve qu’il a fait pendant le temps qu’il a été hospitalisé avec covid-19, dans une sorte de vallée à mort, à côté d’une croix qui pourrait être la sienne. « Non, à aucun moment je n’ai eu peur. Je pense que c’était une décision là-bas, je pouvais partir ou revenir à la vie. Je pense que j’ai ressenti cette envie de continuer à vivre, et j’ai été emmené.

Même en prenant garde, comme il le rapporte, il a fini par se contaminer. Les premiers symptômes – fièvre et maux de tête – ont été ressentis le 28 mars dernier, au début de la pandémie. Le médecin a prescrit du dipyrone et aussi un antibiotique, à cause de la toux persistante. Le troisième jour, il a commencé à se sentir essoufflé, ce qui n’a fait qu’augmenter. « Soit je parlais, soit je respirais. Les deux choses que je ne pouvais pas faire en même temps. Hospitalisé, passé 15 jours aux soins intensifs. À son retour chez elle, elle a signalé des séquelles, telles que des difficultés motrices à marcher.

non protégé

Le drame vécu par ce pétrolier est l’un des 10 narrés dans le livre Agonie et souffrance des travailleurs infectés par le Covid-19, par le chercheur Remígio Todeschini, de l’Université de Brasilia (UnB – lire l’interview à la fin du texte). Le travail est le résultat d’un partenariat entre le Centre d’études sur la violence et la sécurité (Nevis, en particulier le sous-groupe de la santé au travail), à l’université, et la Fédération des travailleurs du secteur chimique de CUT dans l’État de São Paulo ( Fetquim-CUT).

Les 10 personnes interrogées travaillaient dans des « activités opérationnelles essentielles » dans les secteurs chimique et pétrolier – cinq de chacun –, la majorité à São Paulo et Paraná. Dans le livre, aucun n’est identifié. L’âge varie de 36 à 55 ans. Selon les organisateurs, dans six de ces cas, la contamination a eu lieu dans l’environnement de travail, « en raison du manque de mesures de protection et de distanciation sociale dans les changements d’équipe, les vestiaires, les salles de bain et les sites de production ».

souffrance mentale

« La pandémie qui a frappé le monde, portée par le covid-19, a apporté encore plus que la souffrance des soins intensifs ou la peur de la mort », explique Wanderley Codo, chercheur en psychologie sociale à l’UnB. « Il a apporté avec lui la souffrance psychique qui afflige les êtres humains avec la même férocité que le virus. Ce livre traite de la souffrance psychique des travailleurs touchés par le covid-19, qui se vit en silence. Ce livre comble le vide, révèle la douleur qui n’apparaît pas dans les journaux.

L’enquête a identifié 21 symptômes physiques. Les plus courants étaient la perte de l’odorat, des douleurs générales dans le corps, le dos, les poumons et la tête. La moitié avait des poumons compromis, de 25 à 50 %. Les rapports d’anxiété, d’angoisse et de culpabilité (pour avoir contaminé d’autres personnes) étaient courants.

famille infectée

L’un d’eux, un pétrolier de 46 ans, pense avoir transmis la maladie à sa femme, infirmière dans le secteur public. « Mais elle ne travaille pas en première ligne, elle travaille au ministère de la Santé, en gestion. Il y avait de la contamination là, oui ! J’ai même pensé qu’elle allait le prendre en premier et nous le transmettre, mais il s’est avéré que c’était moi qui avais devancé la maladie. Elle avait plus tard. Oui, je le lui ai probablement donné, ainsi qu’à ma fille », raconte l’ouvrier. Il rapporte que, même avec la confirmation du covid-19, il a quand même passé 15 jours dans le service au lieu d’être maintenu en quarantaine.

Si certaines entreprises ont adopté des protocoles et des mesures de prévention, dans d’autres cas, les soins font défaut. « Dans de nombreux endroits, les mesures de protection préventive faisaient défaut et le surpeuplement n’était pas évité, d’où l’importance permanente de préserver la santé des travailleurs », explique le secrétaire à la Santé de Fetquim, André Alves. Beaucoup d’entre eux, dit-il, ont dû se rendre sur des lieux de travail sans transport affrété. « Autrement dit, ils ont dû se soumettre à l’agglomération de transports en commun, qui continuait à être bondée, offrant de plus en plus de risques pour la poursuite de la pandémie », rappelle-t-il.

politique de décès

La situation était encore plus dramatique en raison de la posture de l’Exécutif fédéral. « Le pire de tout était la politique de la mort adoptée par le gouvernement Bolsonaro, qui a retardé la vaccination, encouragé les foules et n’a pas donné l’exemple en matière de distanciation sociale. Pire : elle a induit une partie de la population ‘à la sorcellerie’, comme au Moyen Âge, avec un traitement scientifiquement inefficace », explique André, citant l’IPC du Covid au Sénat.

Le livre peut être téléchargé pour lecture. Télécharger les ici.

Luiz Costa/SMCS/Curitiba
Outre l’exposition aux risques de contagion sur le lieu de travail, l’utilisation des transports en commun est également une cause importante de contamination des travailleurs

« Un nouveau modèle nécessite un dialogue social »

Le chercheur de l’UnB Remígio Todeschini estime que la pandémie a renforcé le besoin de plus de dialogue dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. Issu du mouvement syndical, il affirme que les pays les plus démocratiques ont des normes et la participation des organisations de travailleurs. Et il ajoute que les enseignements apportés par la crise « vont à contre-courant » du modèle « néolibéral négatif » et exigent des transformations.

Six des 10 cas signalés indiquent une contamination sur le lieu de travail. Pensez-vous que le covid, de quelque manière que ce soit, peut être un paramètre pour une nouvelle conduite des affaires dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail ?

Il détermine une nouvelle normalisation qui devrait être le dialogue social avec les travailleurs et leurs organisations et ne pas aller à l’encontre des modèles néolibéraux avec moins d’exigences en matière de SST (santé et sécurité au travail). Là où il y avait des impositions et du harcèlement moral, le problème de la contagion s’intensifiait. Les protocoles Biohazard SST devraient continuer.

Et quel est le rôle des travailleurs, au milieu d’un processus de dérégulation et de « flexibilité » ?

Les travailleurs doivent résister aux propositions de déréglementation. Les pays les plus démocratiques ont plus de normes et plus de participation syndicale dans le domaine de la SST. Il faut avancer en termes de protection de la santé mentale, qui s’est dégradée dans la pandémie… Et cette protection doit être présente à la fois dans le SUS et dans les usines, avec plus de professionnels dédiés à cela. Dans les entretiens avec les personnes infectées, en plus des problèmes et de l’agonie physique, le problème psychologique a été souligné par eux dans les 10 cas.

Après un an et demi de pandémie, quelles leçons peut-on déjà en tirer ?

Je dirais que les leçons seront permanentes et vont complètement à l’encontre du modèle néolibéral, déni, anti-scientifique, fasciste et autoritaire. Repenser les transports collectifs adéquats… Des environnements de travail de qualité, un meilleur accès à la santé physique et mentale. Et une participation toujours plus grande des travailleurs à leur travail dans son ensemble.

Vous pourriez également aimer...