Le Brésil

Droit de la famille: qu’est-ce qui a changé avec le COVID-19?

Image illustrative d'une famille assise sur une pelouse.  L'idée est d'utiliser la famille pour représenter le droit de la famille (Reproduction: Pexels)
Image illustrative d’une famille. (Reproduction: Pexels)

La pandémie causée par le covid-19 a entraîné des changements importants dans nos vies. L’incertitude sur l’avenir, la distance sociale et la nécessité d’éviter les agglomérations pour nous protéger et protéger ceux que nous aimons sont des défis qui nous ont été proposés il y a un an, lorsque les gouverneurs et les maires ont commencé à adopter des mesures restrictives.

Les relations familiales ont été affectées par la pandémie et, par conséquent, plusieurs demandes impliquant la Droit de la famille. Ce n’est pas pour rien qu’il a été rapporté dans plusieurs véhicules de presse que le nombre de divorces a augmenté sur la période [1].

Ainsi, en raison de la nécessité de réglementer les défis créés dans l’environnement familial, plusieurs solutions ont été créées, surtout, cherchant à réglementer les intérêts, par exemple, des parents qui paient une pension et ont vu leur salaire réduit ou de ceux qui veulent visiter leur enfant et ne peut pas, en raison du risque de contagion.

Le but de cet article est d’expliquer et de démontrer s’il y a eu des changements législatifs dans le domaine du droit de la famille et de vérifier comment les conflits judiciaires portés devant le pouvoir judiciaire sont résolus au milieu des défis introduits par Covid-19.

Vivre avec les parents: comment se déroulent les visites?

Le droit à la vie de famille est l’un des droits fondamentaux des enfants et des adolescents, prévu par la Constitution fédérale et repris par le Statut de l’enfant et de l’adolescent aux articles 4 et 19. Autrement dit, c’est le droit de l’enfant de vivre avec ses deux parents. Dans le cas de parents séparés, même si la garde de l’enfant est partagée, l’enfant réside généralement avec l’un d’eux et maintient la coexistence avec l’autre par le biais de visites, et le régime de coexistence peut être légalement réglementé ou convenu entre les parents (parents).

Avec l’avènement de la pandémie COVID-19 et les mesures restrictives imposées, recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), nous avons pu dans un premier temps évaluer que cette coexistence avec le parent qui ne réside pas avec l’enfant serait lésée, car avec le les visites étant effectuées régulièrement, il y aurait un risque de contagion croissante, étant donné que le parent et l’enfant ne vivent pas dans la même maison.

Ainsi, dans l’exemple cité, nous aurions le conflit de deux droits fondamentaux: le droit à la vie de famille en conflit avec le droit à la santé. Malgré l’existence du conflit, aucune modification législative n’a été apportée à ce sujet. De cette manière, les juges s’appuient sur les principes juridiques et la législation existants pour décider des procédures judiciaires et imposer des règles temporaires pour la conduite des visites, compte tenu du risque de contagion.

Il est vrai que la distanciation sociale ne peut pas être utilisée comme un argument pour rompre les liens d’un parent avec l’enfant, ni comme une raison pour empêcher le partage des responsabilités entre les parents dans leur éducation. Ainsi, si la santé de l’enfant n’est pas réellement menacée, le vivre ensemble par le biais de visites doit être préservé.

Autrement dit, puisque le parent respecte également les mesures préventives et la distance sociale, il n’est pas justifié de suspendre l’interaction personnelle entre lui et son fils uniquement avec l’argument du risque de contagion abstraite. En ce sens, des décisions sont prises dans des affaires qui ont été soumises au pouvoir judiciaire.

Si le parent est plus exposé au virus et que le contact physique est plus risqué, comme avec les professionnels de la santé, le contact personnel avec l’enfant peut être suspendu comme une forme de sécurité et de prévention. Cependant, la coexistence peut et doit être maintenue grâce à la technologie disponible. C’est-à-dire, par le biais d’appels téléphoniques et d’appels vidéo sur Internet, en visant toujours le meilleur pour le développement complet et sain de l’enfant.

Les réflexes d’isolement social dans la pension alimentaire

L’isolement social nécessaire a indéniablement un impact sur les relations économiques. Plusieurs personnes ont perdu leur emploi et les professionnels indépendants ont vu leurs revenus diminuer considérablement. En conséquence, les montants précédemment établis à titre de pension alimentaire, dans un premier temps, sont devenus impossibles à maintenir et effectivement payés par ces personnes.

Concernant le thème, leles parents ont le devoir de soutenir leurs enfants mineurs, de sorte que la Constitution fédérale, dans son article 229 et le Code civil, dans les articles 1.566 et 1.634, établissent expressément cette obligation découlant du pouvoir familial. Le besoin de nourriture de l’enfant est présumé et existe quelles que soient les conditions dans lesquelles il ou le parent avec lequel il réside, car c’est un devoir des deux parents.

Ainsi, il n’est pas possible pour le parent de cesser de fournir de la nourriture à l’enfant mineur au motif qu’il est au chômage, puisque l’enfant ne peut pas être privé du minimum nécessaire à sa survie.

Cependant, les sommes dues à titre de pension alimentaire ne sont pas immuables et peut faire l’objet d’un contrôle judiciaire à tout moment, tant qu’il y a un changement dans la situation économique des parties. C’est-à-dire compte tenu de l’évolution des possibilités financières de ceux qui paient et du besoin de ceux qui reçoivent de la nourriture (augmentation des frais de scolarité, assurance maladie, frais de collège, etc.).

La perte de la capacité financière du parent n’est pas présumée, car le parent – dans une affaire judiciaire – doit le prouver en présentant des preuves dans le cadre d’un processus d’examen des aliments. En d’autres termes, il ne suffit pas de dire qu’il n’est pas possible de payer la pension en raison de la pandémie. Il est nécessaire de présenter des preuves que la pandémie a généré une diminution des revenus.

Il n’y a pas eu non plus de changement législatif spécifique pour ces cas et, par conséquent, les juges se prononcent conformément aux principes et à la législation en vigueur en la matière. Les décisions rendues dans les actions de révision présentées ont obligé le parent à prouver qu’il a subi les effets de la crise économique résultant de l’isolement social nécessaire et, par conséquent, a subi une réduction significative de ses revenus.

De même, si les preuves ne sont pas suffisantes ou ne démontrent pas efficacement que le parent a subi les effets économiques de la pandémie sur ses revenus, les valeurs sont maintenues, visant le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant.

Modifications liées à l’arrestation du débiteur d’aliments

Deux procédures peuvent être suivies pour l’exécution (le recouvrement) des pensions alimentaires en souffrance (pensions):

  • le rite de l’attachement, grâce auquel il est possible de bloquer des montants sur des comptes bancaires et de mettre en gage des actifs appartenant au débiteur pour le paiement d’une pension alimentaire;
  • et le rite de la prison civile du débiteur d’aliments. C’est la seule possibilité d’emprisonnement civil pour dette existant dans notre système juridique.

L’emprisonnement du débiteur alimentaire peut être ordonné pour l’exécution de la pension alimentaire en souffrance du dernier trois mois avant de déposer l’exécution. Et même après l’arrestation, le débiteur n’est pas dispensé de payer les arriérés.

Cependant, avec l’avènement de la pandémie de COVID-19, les prisons qui étaient auparavant servies en régime fermé ne sont plus recommandées. Ainsi, le 17 mars 2020, le Conseil national de la justice (CNJ) a publié la recommandation 62/2020, établissant des règles à prendre en compte par les juges lorsqu’ils ordonnent des arrestations pendant la période pandémique. La recommandation exprimée à l’article 6 que les magistrats déterminent l’assignation à résidence des personnes emprisonnées pour dette alimentaire, afin de réduire les risques de contagion et de propagation du virus.

Le contenu a été mis à jour par les Recommandations 68/2020 et 78/2020 du 17 juin 2020 et du 15 septembre 2020, respectivement. La Cour supérieure de justice a également commencé à rendre des décisions à cet égard, décrétant que l’arrestation du débiteur d’aliments devait être effectuée à domicile.

En outre, en juin 2020, la loi 14010/2020 a été promulguée, qui a créé le Régime juridique d’urgence et de transition des relations juridiques de droit privé à l’époque de la pandémie de coronavirus, qui traitait de ce thème à l’article 15. Là, il est déterminé que les prisons civiles pour dette alimentaire se déroulent exclusivement en régime d’origine, sans préjudice de l’obligation de les obligations respectives. Cependant, selon les dispositions du même article, cette règle serait valable jusqu’au 30 octobre 2020.

On constate que, même après le terme prévu par la loi 14.010 / 2020, les juges ont continué à décider que l’arrestation du débiteur d’aliments devait être effectuée à domicile, en suivant les recommandations précédemment publiées et en tenant compte des raisons déterminantes de la édition de la loi elle-même. C’est parce que la pandémie n’est pas terminée et que le risque de contagion et de propagation du virus existe toujours, tout comme il l’était lorsque la loi a été promulguée.

Conclusion

Ce moment est peut-être le pire de notre génération. La pandémie du COVID-19 a affecté nos vies dans plusieurs domaines, financièrement et socialement et, par conséquent, les relations familiales ont également été affectées. On observe que, comme il n’y a pas eu beaucoup de changements législatifs spécifiquement axés sur le droit de la famille, les juges prennent leurs décisions sur la base des principes et de la législation qui existent déjà, mais avec le soin que cette période de crise et les relations qu’exigent eux-mêmes les membres de la famille. .

Étant donné que les relations familiales concernent des personnes qui ont nécessairement un lien, avant la période de la pandémie et qui existeront après cette période, il est préférable de maintenir une bonne coexistence et d’établir un dialogue entre les parties, de sorte que, si ce n’est pas le cas, possible et l’intervention du magistrat est nécessaire, ses décisions visent aussi le meilleur pour tous et sans compromettre la bonne coexistence qui devrait exister.

LES RÉFÉRENCES

[1] Les divorces augmentent de 54% au Brésil après une chute brutale au début de la pandémie. Ère. Disponible sur: https://epoca.globo.com/brasil/divorcios-crescem-54-no-brasil-apos-queda-abrupta-no-inicio-da-pandemia-24635513. Consulté le 05/04/2021.

BRÉSIL. Constitution de la République fédérative du Brésil, 1988. Disponible sur: . Consulté le 04/05/2021.

BRÉSIL. Loi n ° 10 406 du 10 janvier 2002. Disponible sur: . Consulté le: 05/04/2021.

BRÉSIL. Loi n ° 8 069 du 13 juillet 1990. Disponible sur: . Consulté le 29/03/2021.

BRÉSIL. Loi n ° 14.010, du 10 juin 2020. Disponible sur: . Consulté le: 05/04/2021.

La pandémie a posé de nouveaux défis au système judiciaire dans l’analyse de la situation des prisonniers. Tribunal supérieur de justice. Disponible sur: https://www.stj.jus.br/sites/portalp/Paginas/Comunicacao/Noticias/14032021-Pandemia-trouxe-novos-desafios-ao-Juditárioio-na-analise-da-situacao-dos-presos .aspx. Consulté le: 05/04/2021.


Vous pourriez également aimer...