Le Brésil

Eduardo Bolsonaro sera la cible d’une représentation au Conseil d’éthique pour se moquer de la torture de Miriam Leitão

São Paulo – Le député fédéral Eduardo Bolsonaro (PL-SP) s’est moqué de la torture subie par la journaliste Míriam Leitão, du journal Le globependant la dictature civilo-militaire. Sur son compte Twitter, ce dimanche (3), la parlementaire a partagé une de ses chroniques et écrit « toujours plaindre le serpent », en référence à l’une des séances de torture subie par la journaliste.

Míriam Leitão a été arrêtée et torturée alors qu’elle était enceinte par des agents du gouvernement pendant la dictature militaire au Brésil. Lors d’une des séances de torture, elle a été laissée nue dans une pièce sombre avec un serpent. professionnel de la presse de Groupe GloboMiriam a été arrêtée à l’âge de 19 ans, dans un bataillon de l’armée situé à Vitória.

Ce lundi matin (4), le député Orlando Silva (PCdoB-SP) a annoncé que son parti ouvrira une représentation au Conseil d’éthique de la Chambre. J’ai consulté le parti et nous représenterons Eduardo Bolsonaro au sein du Conseil d’éthique de la Chambre pour la débauche scandaleuse et inhumaine de la torture subie par la journaliste Miriam Leitão. Ce salaud sordide ne restera pas impuni ! », a-t-il tweeté.

Aujourd’hui encore, dans une interview à la radio CBN, le membre du Congrès s’est excusé auprès du journaliste et a déclaré que le Congrès était « gêné ». « Je tiens à m’excuser auprès de la journaliste Miriam Leitão pour le geste abominable d’Eduardo Bolsonaro, qui s’est moqué de quelque chose d’aussi barbare. La torture est inhumaine. Nous allons donc ouvrir cette représentation, car ce député, de plus en plus, viole le décorum parlementaire. C’est une violence qui embarrasse le Parlement », a déclaré Orlando Silva.

« Eduardo Bolsonaro, lâche »

La débauche du député est née après le journaliste partagez votre texte dans le journal. Parallèlement à l’article, Miriam a écrit « quelle est l’erreur de la troisième voie ? C’est traiter Lula et Bolsonaro comme des égaux. Bolsonaro est un ennemi avoué de la démocratie. Chronique du dimanche ».

Dans les réseaux, collègues et politiciens se sont montrés solidaires de Miriam. Le député fédéral Paulo Pimenta (PT-RS) a qualifié Eduardo Bolsonaro de « crapule », de « lâche » et d' »imbécile ». « Cette malheureuse parodie de la douleur d’une femme qui a souffert sous la dictature, un régime installé par des gens comme son père. Le Brésil ne mérite pas cette famille ordinaire », s’est-il indigné.

« Ma solidarité avec le journaliste et mon engagement à continuer à lutter pour mettre fin définitivement au bolsonarisme », a soutenu la parlementaire Fernanda Melchionna (Psol-RS). La journaliste Vera Magalhães a également répudié les déclarations du député. « Miriam Leitão a été torturée pendant sa grossesse par la dictature que cette famille soutient. Le député fédéral de São Paulo fait un commentaire dégoûtant et indigne comme celui-là. L’infamie est tellement normalisée qu’elle fait ce qu’elle fait et ne subit aucune sanction de la part du comité d’éthique. Personne de petite taille », a-t-il tweeté.

Vous pourriez également aimer...