Eekhout : Ils planifient l’assassinat et l’extermination du peuple

Au cours de la séance parlementaire de ce jeudi, la députée Blanca Eekhout s’est dite profondément consternée par les preuves pénales présentées par le procureur général de la République Tarek Wiliam Saab, concernant les projets visant à mener des actions terroristes et d’assassinat.

« Nous sommes témoins de cette enquête, où le Procureur dispose déjà de preuves irréfutables, des acteurs, hommes et femmes qui ont été directement impliqués dans cette action de coup d’État et dans la planification d’une extermination directe contre notre population, nous ne le savons pas. La faim et la misère qu’ils ont semées contre le blocus n’ont pas suffi, les mesures coercitives et le sabotage contre les services n’ont pas suffi, ces bombes invisibles contre toutes les infrastructures et les services de la République n’ont pas suffi, le fait d’avoir pris l’argent physiquement et ayant généré une action permanente de guerre économique, ces terribles années passées à tenter de rendre la vie précaire pour une guerre civile ne leur ont pas suffi », a-t-il souligné.

Le parlementaire a souligné qu’ils ont été témoins de tous les plans qui ont surgi au fil des années dans le but de renverser le gouvernement et qu’aujourd’hui ils sont témoins que ce plan criminel reste une volonté de l’impérialisme.

Il a ajouté que le but n’est pas seulement de commettre un assassinat, mais aussi d’exterminer un peuple qui exerce son pouvoir et sa souveraineté comme l’établit la Constitution de la République dans son article 5.

Il a souligné que même les mesures coercitives sont vouées depuis des années à provoquer une guerre civile.

C’est pour cette raison qu’elle a insisté sur le fait que l’impunité ne peut être autorisée. « Nous avons la responsabilité de veiller à ce que les sanctions soient appliquées et que les conséquences ultimes soient atteintes. »

Il a indiqué qu’ils se font passer pour des candidats (d’extrême droite) et mettent « le masque », alors qu’eux-mêmes complotent.

Bernabé Gutiérrez : il n’y a toujours pas de prisonnier

Qualifiant Juan Guaidó et ceux qui le soutiennent de criminels, le député de l’Adeca, Bernabé Gutiérrez, a demandé que les tribunaux décident de les arrêter.

« Vous faites une erreur en parlant à cette opposition criminelle », a déclaré Gutiérrez, soulignant qu’ils savent que les conspirations sont vraies, ainsi que les vols qu’ils ont commis contre la nation à travers Monómeros et Citgo.

Il a estimé que malgré le fait qu’ils aient été classés à plusieurs reprises comme criminels, ils parcourent les rues du Venezuela et se rendent dans d’autres pays, et il n’y a toujours aucun prisonnier, c’est pourquoi il a demandé « qu’une enquête approfondie soit menée et que les responsabilités soient établies ». établi. » « .

Ilenia Medina : ce sont des criminels de guerre

Pour sa part, la députée du PPT, Ilenia Medina, a déclaré que les personnes qui ont voté pour « l’opposition démocratique » présente au Parlement s’attendaient à une position plus ferme.

« Les faits sont si graves que vous devriez avoir la même position de rejet, pas comme vous l’avez fait, tiède, faible, timide, banal. Nous ne pouvons pas remettre en question le fait que les facteurs politiques veulent accéder au pouvoir, mais ils ne peuvent pas agir de manière folle et fermer les yeux. Je pensais que vous alliez proposer de modifier la Constitution, de retirer la nationalité à ces misérables canailles qui ont à leur actif 40 mille morts et nous pensons que ce n’est pas suffisant », a-t-il souligné.

Il a dit que nous ne sommes pas dans des temps normaux, en raison du harcèlement brutal contre le Venezuela.

« Ce sont des criminels de guerre », a déclaré Medina, indiquant que ce qui leur fait le plus mal est le modèle de participation qui existe dans le pays et qui a conduit de nombreuses personnes dans le monde à se soulever.