Le Venezuela

Emmanuel Carrère remporte le Prix Princesse des Lettres 2021

L’écrivain et scénariste français Emmanuel Carrère (Paris, 1957) a remporté mercredi le Prix Princesse des Asturies 2021 des lettres, auquel ont opté trente-trois nominations de vingt nationalités, pour une œuvre « très personnelle et génératrice d’un nouvel espace d’expression. qu’il efface les frontières entre réalité et fiction ».

Le jury, réuni par télématique et présidé par l’universitaire espagnol Santiago Muñoz Machado, a souligné que Carrère a contribué « au démasquage de la condition humaine » à travers un portrait incisif de la société d’aujourd’hui avec une œuvre qui décortique « sans relâche » la réalité.

Par ailleurs, il a souligné que le deuxième auteur français à obtenir le prix après le romancier Fred Vargas, décerné en 2018, a exercé une influence notable sur la littérature contemporaine et a montré « un engagement fort pour l’écriture comme vocation indissociable de la vie elle-même ».

Carrère, dont la candidature a été présentée par le physicien espagnol Miguel Echenique Landiríbar (Prix Prince des Asturies 1998 pour la recherche scientifique et technique), a offert en quatre décennies un ouvrage dense, une chronique de son temps et en même temps de sa propre famille ou religieux expériences après avoir émergé dans la culture populaire avec « El adversario » (2000).

Dans cet ouvrage, il a romancé la vie et la pensée de Jean-Claude Romand, figure de la chronique noire en France après avoir assassiné sa femme, ses deux enfants et ses parents, et dont il a couvert le procès en tant que journaliste, un livre qui a été un point d’inflexion et qui lui ont permis de se sentir libre d’écrire à partir de faits réels et dont le succès a récompensé sept années de recherche et de travail.

Il avait alors déjà publié « L’amie du jaguar » (1983), « Bravoure » (« Bravura ») (1984) ou « La Moustache » (1986), des débuts de fiction complétés par des essais ou par des scénarios de films où les accents autobiographiques ne sont jamais très loin comme dans « De vida ajenas » (2009) ou « El Reino » (2014), un mélange de fiction et d’autofiction sur les origines du christianisme après avoir parcouru en chercheur les chemins du Nouveau Testament une fois la foi perdue.

Dans son ouvrage le plus récent, « Yoga », il aborde cette pratique et la dépression de l’auteur lui-même, qui a dû retirer certains passages en raison des obligations légales auxquelles il s’est engagé envers son ex-femme, la journaliste Hélène Devynck, qu’il a divorcé en mars 2020 après l’avoir accusé d’avoir ajouté des éléments de fiction pour transformer l’interdiction légale de parler d’elle « en autoglorification ».

Petit-fils d’immigrés russes, sa carrière débute comme critique de cinéma pour les magazines Positif et Télérama et, bien que la littérature commence à prendre du poids au fil des années, il reste lié au septième art avec divers travaux de scénariste dans les années 1990.

Son penchant pour le cinéma s’est matérialisé par des documentaires tels que « Retour à Kotelnik », ses débuts derrière la caméra qui lui ont fait suivre la trace de ses racines russes, également présent dans « Limonov » (2011), un roman sur les vicissitudes vitales de la Poète et dissident russe Eduard Limonov qui réfléchit sur la condition humaine et dresse un portrait du communisme et du postcommunisme.

Le prix, qui a été décerné l’an dernier à la Canadienne Anne Carson, a distingué dans les éditions précédentes le travail d’Adam Zagajewski, John Banville, Antonio Muñoz Molina, Leonard Cohen, Paul Auster, Claudio Magris, Arthur Miller, Augusto Monterroso, Günter Grass, Philip Roth , Carlos Fuentes, Camilo José Cela, Mario Vargas Llosa et Juan Rulfo, entre autres.

Celui des Lettres est le cinquième prix à échouer des huit décernés chaque année par la Fondation Princesse des Asturies après ceux décernés à l’artiste serbe Marina Abramovic (Arts) ; la journaliste et écrivaine américaine Gloria Steinem (Communication et Humanités) ; l’économiste indien Amartya Sen (Sciences sociales) et la nageuse paralympique espagnole Teresa Perales (Sports).

Chaque prix Princesse des Asturies est doté d’une sculpture conçue par l’artiste espagnol Joan Miró et de 50 000 euros (environ 60 960 $ aux taux de change actuels) en espèces, et les prix de la coopération internationale, de la recherche scientifique et technique et Concordia sont toujours en attente avant le mois d’octobre. leur cérémonie de remise traditionnelle a lieu. EFE

Vous pourriez également aimer...