Le Brésil

En Europe et au Brésil, les dirigeants se souviennent de l'anniversaire de Marielle

São Paulo – «La politique brésilienne Marielle Franco aurait 41 ans aujourd'hui si elle n'avait pas été assassinée. Elle se définit comme «féministe, noire et fille de la favela». Il a défendu les droits de la population afro-descendante, des femmes et de la communauté LGTBI. Aujourd'hui, sa mémoire est toujours vivante. Ainsi, le ministère de l'Égalité du gouvernement espagnol, dirigé par le socialiste Pedro Sánchez, a rappelé la date anniversaire du conseiller du Psol à Rio de Janeiro, ce lundi (27). Elle a été abattue le 14 mars 2018. Le crime n'a pas été résolu à ce jour.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a partagé sur son profil Twitter un post de Jean-Luc Romero-Michel, membre du Conseil régional de l'Ile de France (l'une des 18 régions administratives du pays), dans lequel il écrit: «Mon Les pensées vont à cette courageuse dirigeante politique et militante assassinée en 2018 pour ses idées très progressistes. Nous pensons à elle et à ses proches. Nous ne pouvons jamais l’oublier! » En septembre 2019, le maire parisien a ouvert le Jardim Marielle Franco, dans la Rua d’Alsace.

Dans des posts émouvants sur Twitter, la veuve de Marielle, Mônica Benicio, déclare que «la dernière fois que Marielle a vécu son jour préféré de l'année, c'était le 27 juillet 2017», lorsqu'elle a eu 38 ans. "Nous ne pourrions jamais imaginer que, l'année suivante, elle ne fêterait plus sa propre vie."

«L'odeur du vide, l'absence matérialisée dans les décombres des rêves», écrit Mônica, qui a posté sur son profil le dernier message de félicitations qu'elle a posté à Marielle en 2017, un dessin réalisé par la conseillère d'alors dans un miroir. «Marielle, ne fais pas de déclaration d’amour sur le verre car il va tacher. C'est ce que j'ai dit quand elle a dessiné le premier cœur. Puis elle a fait tous les autres parce qu'elle est comme ça… », raconte Monica dans la série de tweets.

«Le calendrier n'a plus d'importance. 866 n'est pas qu'un nombre (de jours depuis le 14 mars 2018). Ce sont des jours de douleur et d'absence. Ce sont des jours de secondes interminables auxquelles on demande pourquoi? », Dit-il. «Je ne me suis jamais imaginé compter les jours au-delà de 365, un réveillon du nouvel an sur le calendrier qui m'a été enseigné.» La veuve de Marielle ajoute: «Nous continuerons de réclamer justice pour Marielle et Anderson», en référence au chauffeur de la conseillère, Anderson Gomes.

Qui a tué? Pourquoiet?

Les dirigeants politiques ont appelé à clarifier le meurtre sur leurs réseaux sociaux. Leader du Psol à la Chambre des députés, Fernada Melchionna (RS) rappelle que, plus de deux ans plus tard, on ne sait toujours pas qui l'a fait tuer et pour quelle raison. "Nous devons avancer dans la lutte pour la justice afin que l'impunité face à son assassinat ne soit pas un conduit sûr pour de nouveaux crimes politiques", dit-il.

Le parlementaire ajoute que l'extrême droite "utilise la machine à haine pour continuer à attaquer l'image de Marielle alors que la famille du président est enroulée jusqu'au cou avec des personnes qui ont déjà été arrêtées pour le crime". Le parlementaire poursuit en déclarant que "la lutte pour la justice ne s'arrêtera pas, ainsi que la lutte contre cette extrême droite".

Egalement correspondante de Marielle, Sâmia Bomfim (Psol-SP) a écrit sur les réseaux sociaux que «Marielle est un symbole international de lutte et de résistance». Mais, pour le gouvernement brésilien, «l'image du conseiller de Psol est inconfortable. Pourquoi? », A demandé le député fédéral.

Pas de réponses

Pour Jandira Feghali (PCdoB-RJ), il est du devoir des dirigeants et des mouvements sociaux de se souvenir «de leur trajectoire, message de vie et de lutte». «Marielle, présent!», A-t-elle posté.

Marcelo Freixo (Psol-RJ) se souvient également sur les réseaux qu'aujourd'hui elle fêterait son anniversaire "s'il ne nous avait pas été enlevé de manière aussi barbare". Comme Sâmia, Freixo demande également pourquoi le député a été assassiné.

«Combien de temps n'y aura-t-il pas de réponse? Aurons-nous besoin d'une commission nationale de vérité à l'avenir pour déchiffrer ce crime? Sans rendre les criminels responsables, sa mort se répète chaque jour, comme cela arrive avec ceux qui sont restés impunis par la dictature », a écrit Maria do Rosário (PT-RS). «Son héritage demeure avec chacun de nous. Nous facturons la justice! », A publié le sénateur Randolfe Rodrigues (Rede-AP)

Enquêtes

Le 10 juin, la Division des homicides et le ministère public de Rio de Janeiro (MPRJ) ont arrêté le pompier Maxwell Simões Correa, accusé d'être impliqué dans les meurtres. Il a été dénoncé pour avoir délibérément entravé les enquêtes sur les décès. Il aurait été responsable de la dissimulation des armes utilisées dans le crime.

Accusé d'avoir tué Marielle Franco (Psol) et Anderson, le Premier ministre à la retraite Ronnie Lessa a été mis en examen il y a deux semaines par le commissariat de police spécialisé en armes, munitions et explosifs (désarmement) pour trafic international d'armes. Lessa vivait dans le même condominium que Jair Bolsonaro, à Rio de Janeiro, et est en prison depuis mars 2019.

Vous pourriez également aimer...