Le Brésil

En plus de la discrimination et de la violence, la population trans survit à des troubles psychologiques – Jornal da USP

Au Brésil, parmi la population LGBTQI +, les transsexuels et les travestis sont les plus touchés par l’anxiété et la dépression, selon des experts

Par Tainá Lourenço

Le Brésil est l’un des pays qui tuent le plus les travestis et les transsexuels dans le monde – Photo: Paulo Pinto via Public Photos

« Je ne dirai pas que je n’ai pas peur de partir et de ne pas revenir vivant, car c’est la réalité de presque tous les transsexuels et travestis au Brésil. » Cette phrase est de Maria Fernanda Ribeiro Pereira, une femme travestie qui a connu le défi d’assumer son identité de genre depuis son enfance dans l’un des pays qui tuent le plus les travestis et les transsexuels dans le monde. L’année dernière seulement, il y a eu environ 175 meurtres, selon le rapport Observatoire des transgenres assassinés dans le monde, faite par ONG Transgenre Europe.

Depuis janvier 2008, date du début de l’enquête, jusqu’en septembre 2020, le monde a enregistré plus de 3 600 décès; environ 40% d’entre eux se sont produits au Brésil. Des données qui sont peut-être encore loin de la réalité, en raison d’une sous-déclaration, et ouvrent une vérité qui fait peur à des gens comme Maria Fernanda, qui quittent la maison sans savoir s’ils reviendront. «J’ai peur tous les jours. Peur de sortir et de trouver une personne intolérante qui peut me suicider, simplement parce que je ne suis pas d’accord avec mon identité de genre.

En plus du risque de mort, Maria Fernanda soutient également les insultes et les blagues sur sa sexualité, en plus des agressions physiques. Et le fait se répète pour environ 94% de la population trans qui se déclarait victime de violences motivées par la discrimination, selon le dossier Meurtre de travestis et transsexuels brésiliens en 2020, donne Association nationale des travestis et transsexuels (Antra). Pour Maria Fernanda, «ce n’est pas pour rien que les chercheurs estiment qu’au Brésil, l’espérance de vie d’une personne trans est de 35 ans, soit moins de la moitié de la population».

Maria Fernanda dit qu’elle avait besoin de conseils psychologiques dans son enfance, juste après avoir rejoint le système éducatif. À l’époque, en 1986, dit-elle, «on m’a diagnostiqué un trouble, une maladie». Cette réalité n’a commencé à changer qu’en 2018, lorsque le Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas classé le trouble de l’identité de genre, qui survient lorsqu’une personne ne s’identifie pas au sexe avec lequel elle est née, comme une maladie mentale. La définition est maintenant passée à l’incongruité entre les sexes et reste dans le chapitre sur la santé sexuelle dans le Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé, qui prend effet à partir de janvier 2022.

Mais la stigmatisation et les préjugés persistent. Maria Fernanda estime que seul un petit pas a été franchi vers la fin du combat pour la visibilité des travestis et des travestis. Actuellement, à l’âge de 40 ans, titulaire d’une maîtrise en éducation sexuelle de l’Universidade Estadual Paulista (Unesp) à Araraquara et coordinatrice pédagogique dans une école publique de Ribeirão Preto, Maria Fernanda comprend l’importance de l’éducation sexuelle dans les écoles et la nécessité de professionnels prêts à aborder le sujet. «Parler d’identité trans aux enfants est extrêmement important, car j’étais un enfant trans», explique l’éducatrice, mettant en garde contre la nécessité pour la société d’être attentive aux spécificités et à la protection de l’identité de genre pendant l’enfance, car «les institutions qui sont préparées pour l’accueil et la protection de ces enfants n’ont pas le minimum d’orientation et de compréhension sur les enfants trans ».

Le spécialiste de l’éducation sexuelle souligne également l’importance du conseil psychologique lors du processus de reconnaissance de l’identité de genre. Il affirme qu’il s’agit d’une période dans laquelle l’individu subit une forte pression sociale et que «principalement les adolescents trans n’ont pas la maturité et l’expérience de l’expérience sociale pour supporter une telle discrimination et haine».

Peur de la discrimination et risque de suicide

Les indices de mortalité et de violence n’apportent pas seulement la crainte d’assumer une identité de genre, mais ils peuvent également provoquer des troubles anxieux, une dépression et même des pensées suicidaires, explique le chercheur sur le genre et la sexualité, Vinícius Alexandre, coordinateur du groupe de recherche. Action et recherche en Diversité sexuelle et de genre (Videverso) du Laboratoire d’Enseignement et de Recherche en Psychologie de la Santé (Lepps) de la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP) de l’USP. «Quand vous avez tout le temps peur pour votre propre vie, comment envisagez-vous l’avenir? Comment anticiper? Si l’individu n’est pas en mesure de prospecter quelque chose, alors, du coup, cela ne vaut pas la peine d’être vécu ».

Bien qu’il n’y ait pas de données officielles, Vinicius Alexandre affirme que les recherches indiquent «des taux de 31% à 50% de suicide parmi cette population». De plus, il précise qu’au sein du groupe LGBTQI +, ce sont les transgenres – transsexuels, travestis et non binaires – qui présentent «les taux les plus élevés de dépression, d’anxiété et d’autres pathologies complexes, comme le trouble bipolaire». Pour le spécialiste, le manque d’information gouvernementale révèle la négligence par rapport à cette partie de la société.

Outre les troubles psychologiques, l’abandon familial fait partie des causes de suicide parmi la population transgenre. Le spécialiste dit qu’il est « très difficile de se préparer à faire face à l’adversité, si nous n’avons personne pour nous montrer que nous avons cette capacité et, malheureusement, l’impuissance est une caractéristique très courante dans les familles de personnes trans ».

Il prévient que le dialogue entre les membres de la famille et les transsexuels est nécessaire, en particulier dans les cas où les premiers signes apparaissent dans l’enfance. Selon Alexandre, l’anxiété et la dépression peuvent également survenir chez les enfants trans et, dans ces cas, avoir des conséquences sur le développement. «Ne pas parler est bien pire que tout, parce que vous jetez l’enfant dans un vide où il n’a pas les représentations dont il a besoin. Elle a un grand sentiment d’impuissance ».

C’est pourquoi les médecins et les psychologues doivent être prêts à offrir des soins spécialisés à cette population, dit le spécialiste. Il déclare que le contexte social dans lequel les travestis et les travestis sont insérés se répercutera directement sur leur santé mentale. Pour Alexandre, « il faut parler de santé mentale de la population transgenre, justement pour montrer que c’est assimilable, qu’il est possible d’être compris et, plus que ça, c’est nécessaire ».

Conseil psychologique gratuit à Ribeirão Preto

À Ribeirão Preto, la population de transsexuels et de travestis, ainsi que tous les membres du groupe LGBTQI +, trouve du soutien traitement psychologique gratuit au Centre de psychologie appliquée (CPA) de l’USP, qui en plus d’agir dans la diversité sexuelle, à travers Videverso, il fournit des soins thérapeutiques aux familles, de la psychothérapie et des conseils psychanalytiques, ainsi qu’un accompagnement psychologique ambulatoire pour les patients atteints de maladies chroniques, d’anorexie et de programme de soins de boulimie mentale, entre autres.

CPA fournit des services aux adolescents, aux enfants, aux adultes, aux personnes âgées et aux institutions dans le cadre des activités et des domaines réalisés par le Département de psychologie de la FFCLRP. En plus de superviser des stages et de dispenser une formation professionnelle aux étudiants de 4e et 5e années du cours de psychologie du collège, dans les domaines de la psychologie clinique, organisationnelle et scolaire.

Les parties intéressées peuvent suivre le calendrier des vacances ici.


Journal de l’USP sur l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’École polytechnique, la Faculté de médecine et l’Institut des hautes études. A l’antenne du lundi au vendredi: 1ère édition de 7h30 à 9h, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h45. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...