Le Brésil

Enquête IBGE : le secteur rural et les afro-descendants souffrent le plus de la perte de qualité de vie dans le pays

São Paulo – L’indicateur publié ce vendredi (26) par l’IBGE, sur la qualité de vie, pointe du doigt une situation pire chez les personnes qui vivent en milieu rural et dans une famille dont la personne de référence est noire. Le soi-disant indice de perte de qualité de vie (IPQV) était de 0,158 entre 2017 et 2018 – plus proche de zéro, meilleur est le résultat. Selon l’institut, l’IPQV « prend en compte le logement, l’accès aux services d’utilité publique, la santé et l’alimentation, l’éducation, l’accès aux services financiers et le niveau de vie et les transports et loisirs ».

Ainsi, en milieu urbain, cet indice était de 0,143, alors qu’en milieu rural il s’élevait à 0,246. « Cela signifie qu’en zone rurale, où vivait environ 15 % de la population du pays, la perte était 1,7 fois plus importante qu’en zone urbaine », précise l’IBGE.

blanc et noir

Toujours selon l’enquête, dans les familles qui ont un homme comme référence, l’indice est de 0,151, alors que dans le cas des femmes, il s’élève à 0,169. Cette différence est plus expressive dans la coupe de couleur. Dans les ménages où la personne de référence s’est déclarée blanche, l’IPQV était de 0,123. Dans celles où la personne de référence était noire ou métisse (classification utilisée par l’institut), elle monte à 0,185.

« Cela signifie que la perte de qualité de vie dans le groupe dans lequel la personne de référence est noire ou mixte est pratiquement 50 % supérieure à ce qui est observé dans le groupe dans lequel la personne de référence est blanche », observe l’analyste de recherche, Leonardo Oliveira. « Et cette différence n’est pas mince, car elle fait que ce groupe dans lequel la personne de référence est noire ou brune concentre 66% des pertes signalées au Brésil », ajoute-t-il.

Régions et groupes de revenus

Parmi les régions, le Nord (0,225) et le Nord-Est (0,209) ont eu les pires résultats. Le Sud (0,115) et le Sud-Est (0,127) avaient l’indice inférieur à la moyenne nationale, et le Centre-Ouest était presque le même (0,159). Selon l’institut, bien que la population soit 35% plus petite, le Nord-Est contribue proportionnellement plus que le Sud-Est au résultat global : respectivement 35,9% et 33,8%.

L’écart est également notoire entre les groupes de revenus. Dans le cas des 10 % aux revenus les plus faibles, l’IPQV était de 0,260. A l’autre extrémité, les 10 % ayant les revenus les plus élevés, l’indicateur chute à 0,063. « Cela signifie que la perte de qualité de vie chez les personnes aux revenus les plus faibles était plus de quatre fois supérieure à celle du groupe aux revenus les plus élevés », compare l’IBGE.

L’institut a également présenté l’indice de performance socio-économique (IDS) : l’indicateur qui montre la capacité de la société à produire des ressources et à les transformer en qualité de vie. Ainsi, l’IDS du Brésil, au cours de la même période, était de 6,201. Parmi les unités de la fédération, Distrito Federal (6,970) et São Paulo (6,869) ont enregistré les valeurs les plus élevées. Les plus petits ont été trouvés dans le Pará (5 099) et le Maranhão (4 897).

Consultez les détails de l’enquête ici.

A lire aussi :

La «réforme» du travail a aggravé l’économie et les conditions de travail

Vous pourriez également aimer...