Le Venezuela

Equateur : nouvelle alerte d’émeute en prison

L’État équatorien a annoncé, par l’intermédiaire de la ministre du gouvernement, Alexandra Vela, la fin de l’état d’exception dans les prisons, même s’il maintiendra une présence militaire pour exercer un contrôle sur l’enceinte.

« Suite au régime légal, la police équatorienne, avec le soutien des forces armées, gardera le contrôle de toutes les prisons du pays », a déclaré sur Twitter le haut responsable du gouvernement du président équatorien Guillermo Lasso.

Et c’est que mardi dernier, alors que Vela, avec les directeurs du Service national d’attention globale aux personnes privées de liberté de l’Équateur et d’autres entités, a visité le périmètre du pénitencier du Litoral, qui a été le théâtre cette année de deux massacres avec un bilan de quelque 200 morts violentes, une manifestation a été déclenchée en raison des difficultés à faire entrer de la nourriture dans cette prison.
Il a expliqué plus tard que « cette réclamation a été résolue » et qu’après avoir contrôlé la manifestation, il y a eu une autre tournée « pour vérifier que l’ordre est maintenu », a-t-il déclaré.

La manifestation a forcé l’évacuation des visiteurs dans divers pavillons à des fins de prévention, a rapporté la Prensa Latina.

Un défunt sans lien de parenté. Pendant la situation d’agitation, les médias ont fait état d’une mort violente à l’intérieur de la prison, mais à la fin des opérations et après avoir annoncé que les militaires apporteraient leur soutien à la police, le ministre Vela a précisé, dans des déclarations à la presse, que « le défunt n’a rien à voir avec l’alerte ».

Il a expliqué que la mort fait l’objet d’une enquête mais que c’était avant la manifestation.

Vous pourriez également aimer...