Le Brésil

Faire éclater le coffre-fort et ne pas éradiquer la pauvreté n’est qu’une campagne. Par Ariovaldo Ramos

Le président de la République fédérative du Brésil a été accusé de neuf crimes.

Apparemment, sa réaction a été de rire aux éclats et de retourner à parler du « kit covid », une allusion à sa prétendue intouchabilité, alors qu’il n’y a pas de citoyen au-dessus des lois, comme le rappelle le président du CPI.

Le président aurait également publié des spéculations sur un éventuel remplacement du Ministre de l’Economie, Paulo Guedes, qui vient de perdre quatre conseillers importants.

Comment la perte de conseillers est liée à la nécessité de briser le plafond des dépenses pour passer l’appel »Brésil Aide« Il leur semble que la campagne électorale est commencée.

Plus tard, le président apparaît avec le ministre de l’économie, lors d’une conférence de presse à la télévision, pour dire « ça va ». Le ministre confirme et dit qu’il fera ce que veut le président. Et qu’il y aura de l’aide pour les plus démunis et qu’il ne brisera pas le plafond des dépenses parce qu’il a été « autorisé » à faire défaut sur precatório.

Cela ressemble à cette histoire : le gars sait qu’il ne peut pas s’entraîner, mais il promet de le faire parce qu’il « a un engagement ».

En tout état de cause, un président accusé de neuf crimes, dont celui contre l’humanité, doit trouver le moyen de mettre la masse des électeurs de son côté et, devant le état de famine et de la misère à laquelle cette messe a été amenée, il devra faire éclater le coffre. Après tout, ce sera juste un autre crime.

Ce qui est triste, c’est qu’il sera bien accueilli par la population, bien qu’il ne s’agisse pas d’un programme social visant à éradiquer la pauvreté ou la pauvreté.

C’est juste une campagne électorale.

Les articles de cette section n’expriment pas nécessairement l’opinion de la RBA

A lire aussi :

:: Dans le Brésil néo-nazi-libéral, ce qui pousse, c’est la rangée d’os – Par Ariovaldo Ramos
:: Dans ‘Mes sonnets noirs’, Ariovaldo Ramos proteste contre le racisme
:: Le gouvernement de Bolsonaro dépense 3,6 millions de reais pour un voyage à Dubaï et les Brésiliens ramassent les ordures pour manger

Vous pourriez également aimer...