La Colombie

Fotomultas opérera à nouveau fin septembre à Cali

Fin septembre, les photomults fixes et mobiles devaient reprendre le travail à Cali après avoir fini d’être réparés après les dégâts laissés par les troubles publics de la grève nationale. C’est ce qu’a assuré le secrétaire à la mobilité, William Vallejo, qui a souligné qu’à l’heure actuelle aucun photomult n’est opérationnel.

« L’opérateur de ces appareils a établi un calendrier d’activités qui s’étendra de juillet à fin septembre pour le remplacement de ces éléments en fonction des disponibilités du marché », a indiqué Vallejo.

Il est important de rappeler que la ville compte 37 amendes photographiques, mais après les actes de vandalisme survenus du 28 mai à la mi-juin, aucune n’est opérationnelle.

Et étant donné que de multiples doutes ont surgi dans les réseaux à cet égard, le secrétaire à la mobilité de Cali a déclaré qu’en ce moment «il y a des équipes qui travaillent à certains moments. Cela fait partie du processus de récupération de cette composante de surveillance et de contrôle dont dispose le bureau, ils ne peuvent donc pas être confondus avec les opérations, a déclaré le responsable.

Face à ces annonces, le conseiller Richard Rivera a affirmé que plus urgent que l’installation des photomultas, il faut que des travaux soient effectués pour réactiver le réseau de feux tricolores : à l’heure actuelle il y a 66 feux tricolores hors service et 138 qui sont déjà intervenus par la municipalité. En d’autres termes, au total, il y en a 416 en opération.

Le Secrétariat a également signalé des épisodes dans lesquels le même carrefour de feux de circulation a dû intervenir cinq fois en un mois, non seulement en raison de vandalisme, mais aussi en raison de vol.

Lire aussi : Caleños remet en question les amendes pour les véhicules teintés et demande des garanties de sécurité

«Ce n’est pas possible si nous donnons la priorité uniquement à l’installation de caméras photo-fines, mais pas aux intersections avec feux de circulation aux croisements de routes très dangereux. Les agents de la circulation doivent retourner dans les rues pour surveiller les problèmes de pointe et de plaque d’immatriculation et le respect des autres réglementations en matière de mobilité. Cali ne peut pas continuer dans cette anarchie de la route », a affirmé le conseiller municipal Rivera.

Concernant ces commentaires, Vallejo a assuré que tout comme « cela a été effectué avec les feux de circulation, la signalisation, les caméras de sécurité et les stations MÍO, des travaux de réparation sont en cours sur tous ces appareils qui fonctionnent comme ils le faisaient depuis avant le 28 avril de cette année ».

Mais alors, comment s’effectuent les contrôles routiers avant la suspension des photomults ? Selon Edwin Candelo, sous-secrétaire à la mobilité, bien que les photomultas aient permis de libérer des agents de la circulation pour davantage de tâches, les opérations de contrôle, les patrouilles et l’attention aux accidents sont toujours en cours.

« Au cours des dernières semaines, nous nous sommes également concentrés sur le nettoyage des couloirs de MÍO, qui ont commencé à être plus fréquentés après la grève. C’est pourquoi nous avons installé des points de contrôle à des points tels que Carrera 1 avec Calle 34, Calle 5 avec Carrera 36 ou le rond-point du terminal de transport », a déclaré Candelo.

Du total collecté par photomultas, le privé conserve 38% et la municipalité le pourcentage restant, selon un accord en vigueur jusqu’en 2023.

A cela s’ajoutent les travaux d’accompagnement dans l’est de Cali le week-end dans le cadre des mesures contre le covid qui seront en vigueur jusqu’à la semaine prochaine, comme la loi Night Dry ou la suspension du commerce entre 1h00 du matin et 5h00. 00h00

Après les dégradations des infrastructures routières, « les inconduites de certains conducteurs se sont aggravées, nous structurons donc actuellement une campagne pour renforcer le respect du code de la route », a annoncé Candelo.

Et concernant le désaccord de certains chauffeurs sur le retour des billets photo, un responsable a ajouté qu’il s’agit de « mécanismes qui nous aident à contrôler et à exercer l’autorité. Si les gens étaient cultivés au volant, ils n’auraient pas besoin les uns des autres ».

Il est important de se rappeler que pour les infractions au code de la route, la municipalité perçoit 4 milliards de dollars par mois uniquement pour ce que les appareils photo-amendes jettent. Autrement dit, ces derniers mois, 12 000 millions de dollars ont été perdus dans cette seule composante.

Pour James Gómez, directeur de projet chez Urbavial, aussi impopulaires que soient les fotomultas parmi les conducteurs, « c’est une mesure nécessaire pour la sécurité routière, car après leur arrivée dans la ville, elle a commencé à empêcher les usagers de commettre des imprudences sur la route. C’est un mécanisme pour sauver des vies ».

L’expert en mobilité a ajouté que cette composante peut être complétée par une plus grande articulation entre les autorités pour effectuer des tâches de prévention et de contrôle sur les routes de la capitale de la Valle del Cauca, ainsi que pour encourager le respect des panneaux de signalisation, qui « dans certaines circonstances sont essentiels pour éviter des accidents ou des décès dans ces contextes ».

Vous pourriez également aimer...