La Colombie

Francia Márquez explique le terme « vivre savoureux » à Claudia Palacios

Une précision sur le terme « vivre savoureux » a livré la formule vice-présidentielle de Gustavo Petro, France Marquezun concept qu’il a évoqué à plusieurs reprises dans son discours politique et pour lequel il a été interrogé ces dernières heures.

Márquez, qui est devenue une référence pour les leaders afro en étant la première femme de cette communauté à occuper le poste de vice-présidente, était en un entretien avec la journaliste Claudia Palacios au journal CM&.

Twitter. Photo : Capture d’écran

Dans ledit dialogue, ils ont évoqué différentes questions d’importance pour le futur gouvernement et mis en évidence les dynamiques par rapport au projet que le Pacte historique et son chef veulent utiliser au cours des quatre prochaines années.

À la fin, Palacios a cherché à clore l’interview en se référant à l’endroit qui, de droit, est désigné par l’État colombien pour le vice-président. Cependant, la manière dont il a formulé ladite question a causé de l’agacement à Márquez.

« Vous avez maintenant la possibilité de vivre dans la maison qui existe pour celui qui occupe le poste de vice-président de la Nation (…) Allez-vous déménager dans cette maison, qui se trouve à un pâté de maisons de la Casa de Nariño, ou n’est-ce pas Faites-vous partie de ce que vous appelez « vivre savoureux » ? », a souligné Palacios.

La réponse de la vice-présidente élue a été énergique : « Je ne pense pas que vivre savoureuse se réfère à avoir une maison, aujourd’hui, Dieu merci, j’ai une maison décente, donc si vous pensez que parce que je suis une femme pauvre et parce qu’ils me donnent un maison vice-présidentielle que je vis savoureux est très mal, cela fait partie du classisme de ce pays si vous le regardez de cet endroit ».

Dans ce sens, Márquez a expliqué ce qu’il entend par « vivre savoureux » et invitait à la réflexion sur le terme. Le leader de Cauca a expliqué qu’il s’agit des garanties que les communautés méritent d’avoir une bonne qualité de vie.

« Je vous invite à réfléchir davantage sur ce que signifie vivre savoureuse pour les Noirs, dans leurs entrailles, dans notre identité ethnique et culturelle, cela fait référence à vivre sans peur, cela fait référence à vivre dans la dignité, cela fait référence à vivre avec une garantie droits, alors Quand vous me dites que je vais vivre savoureuse parce que je vais aller à la vice-présidence, vous vous trompez sûrement beaucoup », a-t-il ajouté.

De même, il a souligné la situation que vivent certains peuples ancestraux et communautés rurales dans le pays en raison de l’inégalité, de la recrudescence de la violence et des actes criminels perpétrés par des groupes armés qui génèrent, entre autres, des déplacements forcés.

« Vivre savoureuse, c’est que je pouvais vivre dans ma propre maison, que j’avais les garanties de sécurité pour vivre dans ma maison et peut-être pas avec quelques personnes armées, parce que ce n’est pas bien vivre et ce n’est pas vivre savoureuse, devoir être avec 30 personnes armées chaque jour, ce n’est pas que c’est bon », a-t-il dit.

À son tour, il a ajouté : « Je n’ai pas fait cette carrière politique pour un poste, j’aurais aimé pouvoir continuer dans mon Yolombó, de retour dans ma communauté, j’aurais aimé pouvoir continuer dans mon territoire tranquille en plantant la terre. »

Finalement, Claudia López a précisé au vice-président élu qu’elle avait mal compris la question et a exprimé sur les réseaux sociaux, plateformes où il a reçu des commentaires négatifs sur cette situation, qu’il admire Márquez pour son « histoire de vie ».

Vous pourriez également aimer...