Genial/Quaest montre que Lula est passé à 44% des voix

São Paulo – Un sondage Genial/Quaest sur la course présidentielle publié ce mercredi (21) montre que l’écart entre l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) et le président Jair Bolsonaro (PL) est passé à 10 points, interrompant une série de trois tours qui ont montré la proximité entre eux. De la semaine dernière à cette semaine, Lula a progressé de deux points, à 44 % des voix, tandis que Bolsonaro est resté à 34 %. Selon le directeur de recherche et professeur à l’Université fédérale du Minas Gerais (UFMG), Philippe Nunesles chiffres « révèlent une image très négative pour le président ».

« A 11 jours du premier tour, le président a moins d’armes pour tenter de changer la donne. L’augmentation de la valeur de l’aide n’a pas généré le résultat électoral attendu », a écrit Nunes sur son compte Twitter, lors de la divulgation des données de l’enquête.

Le soutien des leaders évangéliques qui a fait grandir Bolsonaro de manière significative, a cessé de faire effet, interrompant la conquête des voix chez les évangéliques avant d’atteindre la barre des 80% souhaitée par l’équipe de campagne de réélection. Dans le cas des femmes, Bolsonaro ne peut pas se rapprocher de Lula, la distance est toujours de 14 points. Le rejet du président a augmenté chez les femmes, tandis que celui de Lula a fluctué à la baisse.

Le revirement attendu par le gouvernement dans le Sud-Est ne s’est pas non plus produit. Bolsonaro a 38% des voix dans le Sud-Est, soit environ 43% des votes valides – 10 points de pourcentage de moins que ce qu’il a obtenu en 2018. Dans le Nord-Est, le président réalise également des performances en deçà de ce qu’il a obtenu en 2018. voix, il aurait aujourd’hui 23% des voix dans la région, mais en 2018 il en a obtenu 26%.

Qu’est-ce qui explique la croissance de Lula ?

Selon Nunes, certains facteurs sont à l’origine de l’augmentation de l’écart entre les deux candidats. Dans l’économie, même avec les améliorations des deux derniers mois, le pourcentage de ceux qui pensent que l’économie s’est détériorée au cours de la dernière année est encore très élevé, et il a fluctué à la hausse (45%).

Le nombre d’électeurs qui déclarent ne pas avoir constaté de baisse des prix alimentaires est passé de 72 à 75 %. Parmi les électeurs à faible revenu, la situation des prix alimentaires est encore pire, 80% n’ont pas vu de réduction de prix. De plus, toutes les mesures économiques adoptées par le gouvernement pour tenter de faire baisser les prix sont encore perçues par la majorité comme une manœuvre politique pour tenter de réélire le président (59%).

Communication sans effet

En plus de l’économie, la communication de campagne de Bolsonaro n’a pas non plus atteint les résultats escomptés. Ceux qui regardent les programmes à la télé votent beaucoup plus pour Lula (47 x 40) que pour Bolsonaro (36 x 34).

L’objectif recherché, qui était d’augmenter le rejet de Lula avec les attentats télévisés, n’est pas non plus atteint. Le rejet du PT n’a pas augmenté, même si environ 80% de ses électeurs et d’autres candidats ont déjà vu des publicités négatives contre l’ancien président. « Ça ne marche pas », dit Nunes.

L’enquête a entendu 2 mille personnes dans 120 municipalités des cinq régions du pays, entre samedi et hier (17 à 20). La marge d’erreur est de 2 points de pourcentage et le niveau de confiance est de 95 %. Recherche enregistrée auprès du Tribunal Supérieur Electoral (TSE) avec le code BR-04459/22.

Y aura-t-il un second tour ?

Selon le sondage publié aujourd’hui par Quaest, Lula dispose actuellement de 48,9 % des votes valides, nécessitant encore 1,2 point pour atteindre 50 % et résoudre l’élection au premier tour. La recherche elle-même montre que l’agrégation de plus de votes en faveur de Lula est un horizon possible.

Interrogés, 26% des électeurs de Ciro, Tebet et d’autres candidats déclarent qu’ils modifieraient le vote pour que Lula remporte le premier tour. Cela donne le double de ce dont Lula a besoin pour gagner (environ 3 points de pourcentage).

« Ces votes proviendraient majoritairement des électeurs de Ciro Gomes ! Même si Ciro ne veut pas soutenir Lula, c’est la décision de son électeur, comme on peut le voir », explique le directeur de recherche.

Le climat d’opinion se renforce en faveur de Lula, ce qui pourrait déclencher des votes encore plus utiles à la dernière minute, estime Felipe Nunes. Par exemple, 49% pensent que Lula est celui qui va gagner l’élection, tandis que 37% pensent que Bolsonaro gagne, montre également le sondage. Lors d’un éventuel second tour, Lula aurait un avantage de 10 points au total des votes sur Bolsonaro, avec 55% des votes valides.

Recherche PowerData

Le sondage PoderData également publié ce mercredi place l’ancien président Lula en tête, avec 44% d’intentions de vote, un nombre qui a augmenté d’un point par rapport au sondage de la semaine précédente. Dans le sondage, Bolsonaro maintient 37 %.

Ciro Gomes (PDT) et Simone Tebet (MDB) ont respectivement enregistré 7% et 4%. Ils ont baissé d’un point chacun au cours des sept dernières journées.

Felipe d’Avila (Nouveau) a conservé les 1% du tour précédent. Soraya Thronicke (União Brasil), qui n’a pas marqué, était à 1%. Eymael (DC), Léo Péricles (UP), Padre Kelmon (PTB), Sofia Manzano (PCB) et Vera (PSTU) n’ont pas eu assez de mentions pour marquer.

A lire aussi : Enquête Ipec à São Paulo : Haddad 34 %, Tarcísio 22 %, Rodrigo 18 %

★★★★★