Le Brésil

« Greenwashing » : une étude montre les dommages socio-environnementaux de Cargill à Santarém

São Paulo – Terra de Direitos a lancé, le 10 dernier, une étude qui pointe des actions de greenwashing pratiquée par Cargill lors de l’exploitation de l’entreprise à Santarém, Pará. Selon l’entité, en plus de l’entreprise affectant l’environnement et les communautés traditionnelles locales, elle contourne les engagements durables assumés.

Cargill est responsable d’un port dans un espace public sur les rives de la rivière Tapajós, à 800 kilomètres de Belém. En juin de cette année, la même entité socio-environnementale avait déjà présenté une première étude identifiant les défauts, les omissions et les lacunes dans l’impact environnemental étude présentée par l’entreprise en 2010.

Selon l’enquête Terra de Direitos, intitulée « Pas de permis de destruction : Cargill et les fausses solutions à la crise climatique », en plus de ne pas respecter les peuples traditionnels de la région, l’entreprise adopte le greenwashing – terme utilisé pour définir les publicités trompeuses sur la durabilité. L’étude indique que l’entreprise dit qu’elle exige de ses fournisseurs qu’ils adoptent le Registre environnemental rural (CAR), un outil qui aide réellement l’agro-industrie à progresser dans le pays, mais cache la traçabilité de sa production et propage une fausse bioéconomie dans ses activités.

La société transnationale a également signé le soi-disant Moratoire du soja, en 2006, un accord par lequel elle s’engage à ne pas acheter le produit des zones déboisées de l’Amazonie. Mais le suivi n’inclut pas les fournisseurs indirects, ce qui permet une sorte de « lavage au soja ». Ainsi, le soja entre dans la chaîne de production de Cargill par l’intermédiaire de revendeurs qui ne respectent pas l’accord.

« Cargill a conclu ce pacte de moratoire et ne peut pas acheter dans des zones déboisées après 2008. Cependant, ils ne prennent pas en compte les zones déboisées pour l’élevage de bétail et plus tard destinées au soja. L’élevage de bétail, le plus grand vecteur de déforestation en Amazonie, coupe la forêt », explique Pedro Martins, avocat et coordinateur du programme Amazon Land for Rights, Glauco Faria, dans le Journal actuel du Brésil. « Par conséquent, le calcul du moratoire ouvre des échappatoires et n’est pas une solution de durabilité, car la monoculture de soja continue de renforcer la destruction de l’Amazonie. »

Cargill et le greenwashing

En plus de l’installation de terminaux portuaires, l’entreprise a ouvert les portes pour l’expansion de l’agro-industrie de manière large dans la région, selon Terra de Direitos. L’organisation précise que de nouveaux développements ont été installés qui composent le complexe logistique connu sous le nom d’Arco Norte. Ferrogrão, le chemin de fer qui reliera la ville de Sinop, dans le Mato Grosso, au district de Miritituba, à Tapajós, est soutenu par Cargill, et affectera les terres indigènes et les unités de conservation.

L’enquête met en évidence que le soja produit et exporté du Brésil par Cargill est transporté via un port construit au-dessus d’un site archéologique et d’un territoire indigène sacré à Santarém. En outre, le travail a été effectué « au mépris de la législation environnementale brésilienne, avec la connivence des agences environnementales et du système judiciaire lui-même ».

«Cette entreprise fait des rapports annuels et se vend comme durable, mais les vrais rapports sont que les quilombolas et les communautés autochtones ont été affectées par l’entreprise. Notre étude met en doute ces rapports de développement durable, car il s’agit d’un greenwashing. Il ne sert à rien de se vendre comme durable et de provoquer divers impacts sociaux et environnementaux et de les ignorer », souligne Pedro Martins.

Selon l’avocat, Cargill adopte également une fausse posture de bioéconomie en promouvant des solutions qui tendent à restreindre l’accès des populations traditionnelles à leurs territoires et favorisent les déséquilibres écologiques, sans tenir compte de la collectivité et de la complexité de la socio-biodiversité de la région.

« Les groupes de la région ont toujours dénoncé les mouvements de Cargill. Tout d’abord, les pêcheurs vivaient de la pêche dans la zone portuaire, mais maintenant ils sont en concurrence avec d’énormes bateaux et cela a entravé leur travail. Les peuples autochtones, d’autre part, souffrent de la chaîne du soja, car les fermes ont commencé à envahir les terres de ces peuples. Les communautés quilombolas qui vivent dans la région étaient déjà ignorées lorsqu’elles ont installé le port », critique-t-il.

Découvrez l’entretien

Vous pourriez également aimer...