Le Venezuela

Guaidó est fait le numéro 11 de ses collaborateurs

La proposition de l’ancien député Juan Guaidó de reformuler le prétendu conseil d’administration et la direction générale de la société d’État vénézuélienne Monómeros Colombos Venezolanos a entraîné pour lui un revers politique, puisque onze de ses plus proches collaborateurs ont refusé de le soutenir.

Et c’est que Guaidó a proposé aux anciens parlementaires élus en 2015, dont le mandat est déjà expiré mais qu’ils refusent de l’accepter, de changer le conseil dit ad hoc avec lequel la droite radicale a pris le contrôle de l’actif vénézuélien en Colombie et qui il exerce illégalement sur la base de la reconnaissance du Président de la Colombie, Iván Duque. Le même conseil responsable de l’administration malveillante que le gouvernement colombien a utilisée comme prétexte pour prendre Monómeros, et avec laquelle le prétendu intérimaire Guaidó exerce un contrôle sur l’actif situé en Colombie, rattaché à Pequiven.

Lorsque la proposition a été mise aux voix, la fracture de la droite qui s’est aventurée en 2019 avec l’agenda qui, depuis les États-Unis, cherchait à renverser le gouvernement s’est une nouvelle fois mise en évidence. Les médias qui ont couvert la prétendue session de l’AN de 2015 ont rapporté que contre Guaidó ils ont voté, pour Primero Justicia : Juan Pablo Guanipa, Carlos Paparoni, José Antonio Mendoza, Dinorah Figuera, María Gabriela Hernández, Jony Rahal, tandis que pour Democratic Action, Williams Dávila , et Rommy Flores, ainsi que Eliezer Sirit, candidat MUD pour l’État de Falcón. Elías Matta et Nora Bracho se sont abstenus ; de A New Time, Alexis Paparoni de PJ.

Le soi-disant décret n°38 n’a été soutenu que par Carlos Berrizbeitia du Proyecto Venezuela, Macario González du MUD ; bien sûr Guaidó lui-même, et ses collègues de Voluntad Popular : Sergio Vergara, Olivia Lozano et Rommel Guzamana

Vous pourriez également aimer...