Le Brésil

Harcèlement au travail : quels sont ses types ?

Dessin représentatif d'une femme victime d'intimidation au travail.
Reproduction : Fondation du travail du Mato Grosso do Sul

Comme nous le savons, une personne passe la majeure partie de sa journée au travail. C’est par leur travail que les travailleurs génèrent des revenus pour couvrir leurs besoins de base. Ainsi, le travail ne peut pas devenir une activité nuisible et doit être un environnement sain pour les travailleurs.

Ainsi, il est tout à fait nécessaire d’aborder le sujet, d’éduquer et d’orienter les travailleurs et, surtout, de fournir des éléments pour qu’il soit possible d’identifier si quelqu’un est victime d’une situation de harcèlement au travail.

Dans cet esprit, la rubrique Youth Advocacy de la State Youth Advocacy Commission de cette semaine abordera les différences entre les formes de harcèlement identifiées sur le lieu de travail.

Saviez-vous que l’entreprise a le devoir de maintenir un environnement de travail sain?

Construire un environnement de travail sain est une devoir d’affaires et il doit toujours être traité comme un objectif de l’entreprise, car ce devoir est lié au contrat de travail. La Consolidation des lois du travail (CLT) fait les considérations suivantes concernant le sujet :

Article 157 – Il appartient aux sociétés :

I – respecter et faire respecter les normes de sécurité et de santé au travail ;

II – instruire les salariés, par des bons de travail, sur les précautions à prendre pour éviter les accidents du travail ou les maladies professionnelles ;

[…]

Lorsque l’entrepreneur décide de développer certaines activités, l’organisation de l’entreprise assume les risques liés au développement de l’activité. C’est pour cette raison que, en règle générale, les accidents qui surviennent dans l’entreprise et qui causent des blessures aux employés sont de la responsabilité de l’entreprise.

En outre, le droit à un environnement de travail sûr est un droit fondamental du travailleur, tel qu’énoncé à l’article 225 de la Constitution fédérale :

Article 225. Toute personne a droit à un environnement écologiquement équilibré, bien d’usage commun et indispensable à une qualité de vie saine, imposant à la Puissance Publique et à la collectivité le devoir de le défendre et de le préserver pour le présent et générations futures.

L’interprétation de l’article susmentionné implique un environnement de travail sain et cette protection n’est pas limitée par rapport à l’entreprise et à la société (par exemple, dans le cas de l’entreprise qui émet des polluants, sans appliquer de compensation ou réduire de tels impacts écologiques), mais également vis-à-vis des travailleurs, puisque l’entreprise doit agir avec soin « (…) avec la partie physique et ergonomique » et aussi « (…) la santé physique et mentale des travailleurs, visant à sauvegarder et à améliorer leur qualité de la vie » [1].

Il est clair que l’employeur doit adopter des attitudes pour éviter la gêne et la violence sur le lieu de travail, car il est de son devoir de respecter et de faire respecter les normes de sécurité et de santé au travail. [2].

La protection de l’environnement de travail passe également par l’inspection des relations entre les salariés. C’est pour cette raison que le travail effectué par le secteur des ressources humaines joue un rôle important dans les entreprises. Dans les entreprises comptant de nombreux salariés, il est encore courant de développer des canaux d’alerte, conformité, médiateur, etc.

Tous ces canaux de communication favorisent la protection du travailleur et le secret de la plainte déposée, car compte tenu de la présence de hiérarchies dans les relations de travail, le travailleur peut se taire ou s’abstenir de se présenter de peur d’être licencié ou même d’intensifier les persécutions.

Comme vérifié dans une enquête menée auprès de 42 400 travailleurs, il a été enregistré que «36% de la population économiquement active au Brésil a subi des brimades au travail » [3].

Le 2 mai a été choisi comme date d’inscription de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement moral ».

Quels types de harcèlement ?

Le harcèlement peut être moral, organisationnel ou sexuel. Voyons chacun d’eux

harcèlement

Le harcèlement moral est la modalité la plus identifiée dans les relations de travail et, peut-être, la plus connue du lecteur. Cette modalité se produit lorsque le travailleur est victime d’actions négatives dans l’environnement de travail qui visent à attaquer l’employé.

Les objectifs du harceleur sont d’embarrasser, d’humilier, d’offenser, etc. Bref, c’est la persécution du travailleur au travail.

Le harcèlement moral dans les relations de travail est généralement identifié par des actes impliquant des supérieurs qui traitent les employés de manière agressive ou vexatoire, des exigences excessives, des objectifs excessifs, un traitement inadéquat, un contrôle des visites aux toilettes, etc. est l’appel intimidation verticale.

Il est à noter que le harcèlement psychologique peut être commis soit par le supérieur de la salariée, soit par une salariée occupant un poste de même niveau hiérarchique, cette dernière étant classée comme harcèlement horizontal.

Harcèlement organisationnel

Le harcèlement organisationnel se produit lorsque la structure de l’entreprise est utilisée comme mesure pour harceler un groupe d’employés. Dans ce cas, les actes contre les travailleurs sont pratiqués pendant un certain temps et visent à augmenter la rentabilité ou la productivité de l’entreprise.

En d’autres termes, l’entreprise commence à ne pas respecter les droits fondamentaux des travailleurs, à augmenter sa marge bénéficiaire, à atteindre ses objectifs.

A titre d’exemple, on peut citer la condamnation prononcée contre Banco HSBC en raison de la « soumission d’employés à remplir un formulaire sur des questions liées aux principales poursuites intentées contre la banque », dans laquelle il a été considéré que la banque « a fouillé ses employés pour des informations qui pourraient lui être utiles dans le cadre de revendications sociales », étant donné que la pratique « dépassait les limites du pouvoir directeur de l’employeur, a condamné l’entreprise à verser une indemnité pour harcèlement moral organisationnel d’un montant de 100 000 BRL » [4].

harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel est vu comme l’action d’un travailleur occupant un poste supérieur qui offre des avantages ou fait chanter le travailleur avec des actions à caractère sexuel, ou d’un travailleur occupant le même poste qui cherche à rendre le milieu de travail hospitalier, ce qui peut également être pratiqué par un ouvrier senior.

Rien qu’en 2019, 4 786 réclamations sociales sur ce sujet ont été déposées devant le Tribunal du travail [3].

Le harcèlement sexuel peut être a) l’intimidation ou b) le chantage.

Dans l’intimidation, il est clair que le harceleur a commencé à nuire au travailleur en raison d’un rejet d’une agression sexuelle, ou a conditionné la réalisation d’une décision qui profite ou affecte négativement la réalisation lubrique du travailleur.

Dans le chantage, il existe une combinaison d’un ensemble d’actions qui cherchent à transformer le travail en un environnement « hostile, intimidant ou humiliant », la motivation du harcèlement étant une question purement sexuelle.

Dans ce cas, il n’est pas nécessaire que des situations de sexe efficaces se produisent, juste pour leur occurrence les célèbres chansons. Enfin, pour la caractérisation du harcèlement sexuel, le sexe de la victime n’est pas pertinent.

Les conséquences du harcèlement contre le travailleur

Puisqu’il confirme la survenance de tout harcèlement moral et sexuel, fondé sur l’art. 483, article « e » de la CLT, le salarié peut demander la résiliation de son contrat de travail en appliquant un juste motif contre l’entreprise, ce qui lui confère tous les droits payés par l’entreprise en cas de licenciement abusif. L’article mentionné dit :

Art.483 – Le salarié peut considérer le contrat comme résilié et réclamer une indemnité due lorsque :

[…]

e) poser à l’employeur ou à ses mandataires, contre lui ou des personnes de sa famille, un acte préjudiciable à l’honneur et à la bonne réputation ;

Sans compter que le travailleur peut également réclamer le paiement d’une indemnité pour préjudice moral du fait du harcèlement dont il a été victime.

En ce qui concerne le harcèlement moral organisationnel, une plainte doit être déposée auprès du ministère public du Travail ou même auprès du syndicat lié à la catégorie du travailleur, afin que le groupe de travailleurs blessés puisse être représenté.

Comment signaler et prouver le harcèlement?

Il est important que le travailleur harcelé utilise les canaux de communication de l’entreprise – le cas échéant – et l’informe de la survenance de la situation, car ainsi l’entreprise prendra conscience et agira conformément à son devoir de construire un environnement de travail sain.

De plus, s’il n’y a pas de canaux de communication dans l’entreprise, il est important que le travailleur ne se sente pas intimidé et recueille des preuves de la survenance d’une telle situation par le biais de conversations par courrier électronique, de notes, d’enregistrements de conversations, de témoins et de vidéos. Par la suite, le travailleur peut présenter ces problèmes au ministère public du Travail ou à son syndicat afin qu’une enquête sur les faits puisse être menée.

Dans tous les cas, le salarié peut consulter un avocat pour vérifier la possibilité de s’éloigner du milieu de travail et de demander une compensation pour tous ses droits.

Les références

[1] Le droit fondamental et constitutionnel à un environnement de travail équilibré et sain. Champ d’application juridique. Disponible sur : https://ambitojuridico.com.br/cadernos/direito-do-trabalho/o-direito-fundamental-e-constitucional-ao-meio-ambiente-do-trabalho-equilibrado-e-saudavel/amp/. Consulté le : 24/10/2021

[2] Le harcèlement sexuel : qu’est-ce que c’est, quels sont vos droits et comment le prévenir ?. TST Disponible sur : https://www.tst.jus.br/assedio-sexual. Consulté le : 24/10/2021

[3] Journée nationale de lutte contre le harcèlement moral. TRT6. Disponible sur : https://www.trt6.jus.br/portal/noticias/2019/05/02/dia-nacional-de-combate-ao-assedio-moral-2-de-maio. Consulté le : 24/10/2021

[5] TST maintient la condamnation de la banque pour harcèlement moral organisationnel. Conjuration Disponible sur : https://www.conjur.com.br/2021-jun-10/tst-mantem-condenacao-banco-assedio-organizacional. Consulté le : 25/10/2021


Vous pourriez également aimer...