Le Brésil

« Hiroshima Mon Amour » éveille les réflexions, 60 ans plus tard – Jornal da USP

Affiche originale du film Hiroshima Mon Amour – Photo: Reproduction

Le long métrage Hiroshima Mon Amour est-ce du cinéma ou de la littérature? Et quelles sont les relations possibles entre les deux domaines? Ce sont des questions qui ouvrent les essais publiés dans la nouvelle édition du magazine Littérature et société, du Département de théorie littéraire et de littérature comparée de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP, a été lancé en décembre dernier. Le magazine célèbre 60 ans de la première projection, en 1959, du film franco-japonais réalisé par Alain Resnais, avec scénario de Marguerite Duras. La publication est soutenue par le Consulat Général de France et a un partenariat avec le Département des Lettres Modernes de la FFLCH.

Le magazine rassemble neuf études sur la relation entre cinéma et littérature à la lumière de Hiroshima Mon Amour. Le long métrage dépeint une romance entre une actrice française, interprétée par Emmanuelle Riva, et un architecte qu’elle a rencontré dans la ville d’Hiroshima, au Japon, où elle a tourné un film sur la paix. Selon l’organisateur de l’édition, la professeure FFLCH Cleusa Rios Pinheiro Passos, dans son texte de présentation, «Marguerite Duras a pu se concentrer sur l’une des plus grandes destructions du XXe siècle, qui avait deux villes (Hiroshima et Nagasaki) comme cible des bombardements atomiques, et, paradoxalement, créer des dialogues poétiques, élaborant des fragmentations exemplaires avec l’intention d’appréhender la mémoire, et avec elle, l’oubli ».

Couverture de la nouvelle édition du magazine Littérature et société – Photo: Reproduction

Dans le film, la mémoire du personnage féminin est progressivement évoquée, avec l’utilisation alors innovante de flashbacks, et reconstruit les souvenirs de la perte de l’amant allemand dans la guerre. Cleusa écrit que l’oubli-mémoire est allié au jeu de l’amour et de la mort qui enchevêtrent le couple aimant dans l’intrigue, devenant un matériau pertinent dans la recherche, pour son impossible, de verbaliser l’horreur de la dévastation d’Hiroshima ou la douleur singulière de femme pour la perte émotionnelle subie pendant la Seconde Guerre mondiale. « Dans quelle mesure faut-il oublier et dans quelle mesure peut-on sortir de l’oubli? », Demande-t-il.

Dans un autre article publié dans le magazine, Panorama de la réception critique d’Hiroshima Mon Amour au Brésil, la chercheuse Alessandra Brum, de l’Université fédérale de Juiz de Fora (UFJF), dans le Minas Gerais, s’appuie sur une collection de documents journalistiques – des périodiques aux magazines spécialisés dans le cinéma – pour analyser les critiques du long métrage au début des années 1990. 1960, à partir de sa première exposition au Brésil, au Cine Arte-Palácio de Belo Horizonte, en janvier 1960.

Ses recherches ont compté 52 articles dont le film était le sujet principal, un nombre que l’auteur considère comme expressif. «C’est une exception dans le travail des critiques de l’époque, car peu de films méritent une telle attention.» Alessandra souligne que la plupart des articles publiés visent à préparer le lecteur à regarder le film, en partant du principe que la production n’a pas été facilement comprise. Cette difficulté, certains critiques attribuent à «l’excès de littérature» présent dans l’écriture de Duras, au détriment du langage visuel du cinéma.

Alessandra souligne également que, dans ses recherches, elle a trouvé des critiques formulées uniquement par des hommes. «C’est un film féminin non seulement parce qu’il a été écrit par une femme, mais parce qu’il avait une femme comme protagoniste et conducteur inconditionnel du récit. Par conséquent, l’absence de critiques écrites par les femmes est un grand écart », dit-il.

Maurício Ayer, dans son article Les réverbérations d’Hiroshima dans Marguerite Duras: la (géo) politique du corps, établit un parallèle entre la représentation du corps et la géopolitique dans la construction de l’intrigue. Selon lui, le film fusionne deux dimensions d’abord inconciliables: la grande histoire, qui évoque le plus grand événement géopolitique du XXe siècle, et la dimension affective et personnelle. Cette relation passe par une comparaison symbolique entre la partie fictive du récit et l’événement historique réel. «Tout le discours de Duras sur la question politique passe directement par le corps, à travers la vérité du corps, sa capacité à s’influencer et à affecter le monde. , le contraire de l’indifférence ou même de la rationalisation. C’est en contact direct avec la richesse du corps possible que Duras trouve le la politique, un domaine où se construit le commun », défend-il.

Dans une autre section du magazine, Littérature et société apporte deux nouvelles traductions en portugais. L’un d’eux est Histoire littéraire et sociologie, 1904 conférence de l’historien français Gustave Lanson (1857-1934), traduite en portugais par Yuri Cerqueira dos Anjos. L’autre traduction est Fait littéraire, du critique littéraire russe Yuri Tyniánov (1894-1943), réalisé par David Gomiero Molina.

La nouvelle édition du magazine Littérature et société, du Département de théorie littéraire et de littérature comparée de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP, est disponible à ce lien.

.

.

Vous pourriez également aimer...