Le Brésil

Hôpital, j’y reviens. Je n’avais rien à l’ordre du jour de toute façon…

Allez, Journal, me revoilà à l’hôpital. Mais cette fois ce n’est pas que je veuille prolonger les vacances, non. Même parce qu’aujourd’hui et demain je n’avais rien à l’ordre du jour. C’était déjà un jour de congé.

Hier, j’ai pris un hélicoptère de São Francisco do Sul à Joinville, puis mon avion m’a amené à São Paulo. Je suis arrivée à 1h30 ce lundi matin à Congonhas et il y avait déjà une ambulance qui m’attendait.

Alors que j’étais encore à Santa Catarina, j’ai renvoyé mon médecin de son voyage. Le cul est aux Bahamas. Mec, comment quelqu’un peut-il rester sur la plage en s’amusant pendant que quelqu’un qui dépend de lui souffre ? Hein? Hein?

On dirait que cette chose dans mon ventre s’est encore produite. Je suis plus bloqué que d’enquêter sur Flavinho.

L’autre fois que je me suis arrêté à l’hôpital, j’ai dit que la cause de mon problème était le surmenage, mais maintenant ça va être difficile, car j’ai raccroché au travail pendant deux semaines.

Il semble que l’une des causes du blocage pourrait être un aliment mal digéré. Et hier, j’ai mangé des calamars panés. Merde, je savais que le calmar m’achèverait, mais je pensais que ce ne serait qu’en octobre…


hôpital bolsonaro

#diariodobolso

Les articles de cette section n’expriment pas nécessairement l’opinion du RBA

Vous pourriez également aimer...