Le Brésil

Idec critique l’influence de l’agro-industrie au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires

São Paulo – Le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires sera fortement influencé par l’industrie alimentaire et l’agroalimentaire lors de l’événement prévu le 23 septembre. Bien qu’invité à participer, l’Institut brésilien pour la protection des consommateurs (Idec) ne sera pas présent au forum mondial, car il critique le manque d’espace pour la société civile et le manque de débat sur une alimentation saine et durable.

Le Food Systems Summit de cette année est organisé par l’ONU dans le but de débattre et de créer un consensus sur tout ce qui concerne l’alimentation et l’alimentation, de la production, du transport et de la distribution au marketing, à la consommation et à la formulation de politiques publiques. Liée à l’agroalimentaire, la présidente de l’Alliance pour la révolution verte en Afrique, Agnès Kalibata, a été choisie comme Envoyée spéciale avec pour mission de coordonner l’événement.

Docteur en nutrition en santé publique et consultante technique à l’Idec, Ana Paula Bortoletto précise qu’une prédominance de représentants du secteur privé et de l’agroalimentaire a été identifiée dans l’organisation de l’événement, alors que la société civile avait sa participation restreinte.

« Ces acteurs défendent leurs intérêts commerciaux et dans un tel espace des influences se créent pour décider des politiques publiques à défendre au niveau international. Ils entravent l’avancée des mesures qui soutiennent l’agriculture familiale, la production de produits biologiques et la restriction des produits ultra-transformés », a-t-elle averti la journaliste Marilu Cabañas, de Radio actuelle du Brésil.

Contre-Sommet

Le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires rassemble différents gouvernements, dont celui du Brésil, ainsi que des représentants du secteur privé, de la société civile et du monde universitaire. Sur cette base, des réponses sont recherchées à l’augmentation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ces dernières années, en plus de la crise économique, des inégalités et de la pandémie de covid-19.

Cependant, l’influence de l’agrobusiness laisse l’ensemble du processus déséquilibré, de l’avis de l’expert. Elle souligne également que celui qui prendra la décision finale sera influencé par la présence massive de ces acteurs de l’industrie. « Les gouvernements doivent se concentrer sur l’amélioration de la qualité des aliments et la lutte contre le changement climatique, mais ils seront influencés par ce secteur privé », a-t-il déploré.

Sur la base des critiques, l’Idec et d’autres mouvements à travers le monde qui travaillent pour l’agenda alimentaire ont créé une articulation et une sorte de « contre-sommet ». « Dans cette organisation, nous prenons la vision des acteurs les plus vulnérables et donnons de la visibilité aux agendas engagés pour la santé et l’environnement », a expliqué Paula.

Idec soutient qu’il est nécessaire de restreindre l’offre élevée de produits ultra-transformés et d’encourager les produits agro-écologiques. « Nous comprenons que pour créer une alimentation saine et durable en Amérique latine, il est nécessaire de protéger la production d’aliments agroécologiques, sans poison, et d’assurer l’introduction de ces acteurs sur le marché. De plus, en ce qui concerne les consommateurs, les gens ont besoin d’un étiquetage approprié, de restrictions publicitaires et également de politiques fiscales qui imposent des prix plus élevés sur les produits ultra-transformés et des réductions sur les produits sains », a-t-il ajouté.

Découvrez l’entretien

Vous pourriez également aimer...