Le Venezuela

Ils entreprennent des actions pour sauver les salaires des travailleurs

Lors d’une visite dans l’État de Bolívar, le ministre du Pouvoir populaire pour le processus de travail social, Eduardo Piñate, a reçu une liste de propositions de la direction syndicale des secteurs du fer, de l’aluminium, de l’acier et du bois.

Parmi les demandes formulées par la classe ouvrière du Guyana, il y a la discussion sur la négociation collective. Des sujets tels que le salaire, la santé, le calcul des prestations sociales et l’épargne ont également été abordés.

La discussion de ces propositions, qui a été menée par le secrétaire général de Sintralcasa, José Gil, s’inscrit dans la politique de protection sociale de la classe ouvrière dont les revenus ont été affectés par les sanctions économiques imposées par les États-Unis.

Le député de l’Assemblée nationale, Francisco Torrealba, qui, de l’Assemblée nationale constituante, a promu les Conseils productifs des travailleurs (CPTT) était également présent à la réunion.

À cet égard, le ministre Piñate a souligné que les CPTT visent à stimuler l’économie productive et à faire progresser le modèle de rentier pétrolier.

« La diversification de l’économie est vitale pour abandonner le modèle rentier », a-t-il déclaré.

Salaire d’ancre à Petro

Le député de l’Assemblée nationale, Tony Boza, a proposé d’ancrer le salaire minimum à une unité de compte, en l’occurrence El Petro, pour apporter une solution à l’indemnisation des travailleurs touchés par l’inflation induite que traverse le pays.

Dans sa déclaration, Boza a assuré que la nouvelle NA se concentre sur la reprise économique pour faire face à la crise nationale qui s’est aggravée à la suite des sanctions imposées par les États-Unis.

« Nous devons lier le salaire, comme l’ont fait les Brésiliens, à une unité de compte, qui dans ce cas est le Petro », a déclaré Boza.

L’économiste a suggéré de prendre comme exemple les mesures prises par le gouvernement brésilien dans les années 90 pour résoudre les difficultés économiques de ce pays. Ces mesures comprenaient l’activation du «Plan réel» qui visait à stabiliser l’économie affectée par une hyperinflation incontrôlée.

Il a ajouté que, bien que l’Assemblée nationale s’emploie à résoudre l’inflation de l’économie et le taux de salaire minimum « ce n’est pas un problème facile ».

Boza, député de l’État de Zulia, a souligné que la crise économique actuelle à laquelle le Venezuela est confronté est le résultat du blocus financier imposé par les États-Unis depuis 2015, il estime donc nécessaire de mettre en œuvre des politiques et des mécanismes qui empêchent la situation de s’aggraver.

Vous pourriez également aimer...