Impact salarial | Pasqualina Curcio

Cela fait partie de la culture au Venezuela, ainsi que dans de nombreux autres pays de la Région, qu’à Noël, ils versent des primes de Noël aux travailleurs actifs de l’administration publique. Il est d’usage que ce « cadeau » soit étendu aux retraités du secteur public ainsi qu’aux retraités inscrits à l’Institut vénézuélien de sécurité sociale. De leur côté, ceux qui travaillent dans le secteur privé de l’économie reçoivent également une prime de fin d’année en plus du « partage » des bénéfices. Cette année, le « cadeau » est venu de l’échec.

Le salaire gagné par le travailleur est la base de calcul de ces « cadeaux » et, le salaire minimum légal édicté par l’Exécutif national est essentiel dans la mesure où il constitue le plancher à partir duquel le reste des salaires sont recalculés tant de l’administration publique et le secteur privé.

Dans le contexte de l’hyperinflation induite par l’impérialisme nord-américain, la variation des prix atteint déjà 60 000 millions de pour cent entre 2013 et 2020, alors que le salaire minimum légal n’a augmenté que de 5 000 millions de pour cent au cours de la même période, ce qui s’est traduit non seulement par une dégradation du pouvoir d’achat et des conditions de vie des travailleurs que nous sommes 95% de la population active, mais aussi dans la dégradation des dépenses publiques et dans la chute de la production nationale. De son côté, le décalage du salaire minimum légal et avec lui le reste des grilles salariales a impacté d’autres droits des travailleurs et des retraités.

Le constituant de 1999 était très clair : en premier lieu, il indexait le salaire minimum légal sur les variations de prix du panier alimentaire de base. En son article 91, il a établi « L’État garantit aux travailleurs des secteurs public et privé un salaire minimum vital qui sera ajusté chaque année, en prenant comme référence le coût du panier alimentaire de base. Il est clair qu’en pleine guerre économique, l’attaque contre le bolivar et donc les variations de prix, ne sont pas annuelles mais biquotidiennes, c’est pourquoi un tel ajustement/indexation du SMIC devrait être effectué avec plus de la fréquence.

L’écart entre le prix du panier alimentaire de base et le SMIC est abyssal, nous estimons le premier à 1 920 Bs (384 US$) alors que le SMIC est de 7 Bs (1,5 US$) soit 274 fois.

Deuxièmement, l’Assemblée constituante a établi à l’article 80 que « les pensions et retraites accordées par le système de sécurité sociale ne peuvent être inférieures au salaire minimum urbain ». Par conséquent, si le salaire minimum était inférieur au panier alimentaire de base, la pension mensuelle de cinq millions de personnes âgées était également à la traîne.

Troisièmement, le salaire gagné par le travailleur est également la base de calcul pour le versement des prestations sociales en cas de cessation d’activité du travailleur. À cet égard, l’article 122 de la loi organique du travail établit : « Le salaire de base pour le calcul de ce qui correspond au travailleur pour les prestations sociales, et l’indemnité de rupture de la relation de travail, sera le dernier salaire perçu, calculé d’une manière qui intègre tous les concepts salariaux reçus par le travailleur. »

Le salaire minimum, tel qu’établi par la Constitution, n’est que cela, le minimum, afin que, dans ce système capitaliste, ceux d’entre nous qui vendent notre force de travail puissent garantir les bases pour survivre et se reproduire en tant que classe. Cela ne signifie pas, bien sûr, qu’il ne peut pas et, surtout, doit être supérieur en fonction de la vraie valeur que nous, en tant que travailleurs, ajoutons dans le processus de production afin que l’exploitation soit moindre.

Dans le secteur privé, le revenu moyen des travailleurs est supérieur à celui de l’administration publique, bien qu’il soit encore bien inférieur au prix du panier alimentaire de base. Les sondeurs privés affirment qu’il tourne autour de 500 Bs. Une bonne partie de ces revenus sont des primes et non des salaires, elles n’ont donc pas d’impact sur les charges sociales au détriment des droits des travailleurs, lire prestations sociales, prime de fin d’année. , et la « répartition » des bénéfices.

Poursuivant l’importance du salaire en raison de son incidence sur le reste des droits du travail, quatrièmement, c’est également la base de calcul des primes dites de Noël / prime de fin d’année et de la « distribution » des bénéfices conformément à l’article 131 de la loi organique du travail et à l’article 25 de la loi sur le statut de la fonction publique.

Ils nous vendent les primes de Noël et la distribution supposée des bénéfices établie à l’article 131 comme une faveur que le propriétaire du capital nous fait, presque un cadeau dans lequel ils nous donnent gracieusement une partie de leurs bénéfices/bénéfices. C’est l’inverse, ce que fait en réalité le bourgeois, c’est rendre à l’ouvrier une partie, d’ailleurs très petite, qu’il s’est préalablement appropriée dans le procès social de production en ne lui payant pas ce qui correspond effectivement à la valeur de sa force de pouvoir.

Rappelons que le profit vient de la valeur de la force de travail qui n’a pas été payée à l’ouvrier ; c’est la contradiction capital-travail. Pour le calcul de ladite « répartition des bénéfices », la Loi établit que le bourgeois répartira 15 % (déjà bas) de ses gains entre les ouvriers, cependant, dans le même article et de manière contradictoire, elle établit une limite de 4 mois de salaire pour ladite diffusion. C’est vrai qu’il y a tellement, mais tellement, les profits de la bourgeoisie dans ce pays, que ces 4 mois ne correspondent même pas à 8% des profits de la bourgeoisie, moins maintenant que le salaire tend vers zéro .

Nous avons proposé que, tout en évoluant vers un système de production socialiste, l’article 131 de la loi organique du travail soit modifié : la limite de 4 mois soit supprimée et les bénéfices qui doivent être distribués aux travailleurs soient portés à 85%. . Vu d’une autre manière, cela impliquerait que chaque année la classe salariée cède 15% de la valeur de notre force de travail aux propriétaires du capital et non 92%.

Ainsi, le « cadeau » de Noël pour les retraités était cette année de 7 Bs (1,4 US$), celui d’un professeur des universités publiques, 150 Bs (30 US$) ainsi que celui d’un médecin qui travaille dans le système public de santé. Ceux qui gagnent le salaire minimum ont reçu une prime équivalente à 21 Bs (4,2 $ US).

Nous insistons sur l’importance du salaire et son incidence. Dans un système capitaliste, cela dépend non seulement du bien-être des travailleurs et de l’autonomisation de la classe ouvrière, mais, en revanche, des niveaux de profit de la bourgeoisie. Il s’agit de redistribution de la production et du pouvoir : plus le salaire est bas, plus le profit est élevé.

★★★★★