Le Brésil

Je sais que si je ne porte pas le masque, plus de gens meurent. Et? mort ne vote pas

Journal intime, j’ai envoyé Queiroga, ministre de la Santé, publier un avis qui dispense du port du masque pour ceux qui ont déjà été vaccinés ou ont eu un covid. Pourquoi je veux ça ? Je n’ai donc pas besoin de porter de masque ! De cette façon, je peux aller à São Paulo sans recevoir d’amende de Calça Apertada (en fait, en ce qui concerne ma campagne de réélection, c’est bien d’aller dans des États gouvernés par des ennemis et de faire des marches, des cortèges et des motos, tous payés avec des de l’argent).

Je sais que si je supprime le masque, des gens mourront à cause de la réinfection. Ces jours-ci, je lis même l’histoire d’une infirmière qui a déjà attrapé le covid trois fois en un an. Mais n’étant pas moi, pas de problème. Toute personne portant un masque contribuera également à donner l’impression que la pandémie est terminée. Et si nous prétendons que tout est normal, tout est normal. La seule différence est que deux mille personnes meurent chaque jour. Mais les morts ne votent pas, talkei ?

Ce médecin, Margareth Glaucoma, de Fiocruz, a déjà dit que les gens devraient continuer à porter un masque, en particulier dans les environnements fermés. Je dois virer cette femme. En Israël, vous n’avez plus besoin de porter de masque. Je sais que plus de 50% de la population y a déjà été vaccinée avec la deuxième dose et ici nous ne sommes qu’à 11%. Mais c’est comme si je disais toujours : et alors ?


Bolsonaro a refusé 43 millions de doses de vaccins Covax


Ce qui m’a donné l’idée de mettre un terme au masque, c’est la musique de mon fan, Edaílson. Il est le fils d’un militaire, joue avec une arme depuis qu’il est petit et dit qu’il met deux pilules de chloroquine dans son whisky tous les jours à six heures de l’après-midi. Avec des glaçons! Ce week-end, il fera de la moto avec moi à São Paulo. Le gars lui-même a peint son casque : il est moitié vert, moitié jaune et au milieu il y a une croix faite avec deux fusils. Un artiste!

Concernant les paroles de sa chanson, le refrain va comme ceci : « Masque pour quoi ? Tout le monde mourra. Montre ton rire, frère, même dans un cercueil ». C’est de la poésie pure, Journal ! Je pense qu’il y avait même une larme dans mon œil droit. Oh, ce n’était pas le cas, non. J’ai glissé mon doigt et l’ai léché. C’était mon nez qui coulait.

Toréador

#diariodobolso

Vous pourriez également aimer...