La Colombie

La babilla et ses mythes

10 juillet 2020-11: 45 p. m.
Pour:

Eduardo José Victoria Ruiz

Un historien de Carthagène m'a fait part de sa frustration parce que lorsque les chauffeurs sont passés devant les touristes devant la Plaza Fernández Madrid, ils n'ont jamais fait allusion au héros de Carthagène, l'un des plus jeunes présidents de notre nation, mais à l'Église voisine, ainsi "Eche, et en face, nous avons l'église de Santo Toribio, célèbre parce qu'ici, le «Mico» Durán, un trafiquant de drogue, a épousé une reine de Colombie et ne la baise pas! Devant tant de chaleur et tant de gens qui venaient, il lui a fait mettre la climatisation dans l'Église. L'argent baise, monsieur le touriste! ». Et de Fernández Madrid, rien n'a été dit.

La même chose nous arrive avec le Parque de la Babilla à Ciudad Jardín. Son mérite d'être une belle zone humide artificielle, scène de conservation du patrimoine biotique de cette zone de la ville, a été remplacé par le mythe urbain selon lequel il est peuplé de balles, transporté par des trafiquants de drogue voisins, qui craignant pour leur sécurité, ont mis ces des sauriens dans l'eau, comme un fossé médiéval, pour dévorer tout Aquaman envoyé par leurs ennemis du Cartel de Medellín. C'est ainsi que se construisent les mythes urbains et autour d'eux une saga d'événements imaginaires qui surprennent habitants et touristes.

Pour renforcer ce mythe, il y a quelques mois, une Audi s'est rendue au lac, apparemment d'un médecin qui revenait épuisé de s'être occupé de patients au milieu de la pandémie et un motocycliste a croisé son chemin. En l'esquivant, il s'est retrouvé à l'intérieur de la zone humide, qui n'oubliera même pas les babils. Cette semaine, j'ai lu dans un réseau d'hommes d'affaires qu'un ami a demandé conseil pour acheter un téléphone portable parce qu'un canard l'a volé dans le stupide lac et l'a jeté à l'eau. Mon ami, un homme qui travaillait dur, faisait une pause au milieu de la distribution de pâte pandebono et sûrement, fatigué et bien accompagné, il a décidé de faire une courte pause, et dans les espaces amoureux, la deuxième chose qui devient désordonnée est le téléphone portable, qui était profité par le palmípedo fouineur.

Je vois déjà les guides touristiques de Cali, commentant les tiges de protection, apprivoisées par les trafiquants de drogue, mais qui ont également essayé une voiture amphibie pour chasser les intrus. Et que les dresseurs, en plus des alligators, sont les canards qui identifient les équipements de communication et les éloignent des espions. C'est plus attrayant que d'imaginer mon ami courir avec son pantalon sur le genou à la poursuite d'un canard qui pensait que le téléphone portable était l'un de ses délicieux pandeyucas.

Vous pourriez également aimer...