Le Venezuela

La CIA forcée de publier une cassette du meurtre de Jamal Khashoggi

Un juge de New York a ordonné aux agences de renseignement américaines de reconnaître qu'elles possédaient un enregistrement du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018, une décision saluée par des militants des droits de l'homme.

Le juge a également ordonné à la Central Intelligence Agency (CIA) et au Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) d'expliquer pourquoi ils retiennent la bande et un rapport de la CIA sur le meurtre brutal.

Khashoggi, chroniqueur pour le journal The Washington Post, a été étouffé et démembré à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul après être entré pour obtenir des documents pour épouser sa fiancée turque.

La mort de Khashoggi le 2 octobre 2018 a déclenché un tollé international et terni la réputation du pays riche en pétrole et de son puissant prince héritier, Mohamed ben Salmán.

La CIA a conclu que le royal était responsable du meurtre, mettant à rude épreuve les relations entre les États-Unis, où vivait le chroniqueur, et Riyad.

Le président Donald Trump a déclaré plus tard qu'il avait protégé le prince Salman du Congrès, se vantant d'avoir «sauvé ses fesses», selon un livre du journaliste chevronné Bob Woodward.

L'Open Society Justice Initiative, fondée par le philanthrope George Soros, a intenté une action en justice en vertu de la loi sur la liberté de l'information, cherchant à accéder aux archives des agences de renseignement liées au meurtre.

La CIA et l'ODNI ont rejeté la demande et n'ont même pas confirmé l'existence des documents, invoquant des raisons de sécurité nationale.

Mais le juge fédéral Paul Engelmayer a ordonné mardi au gouvernement américain de produire un «index de Vaughn», décrivant les documents qu'il retient et justifiant sa non-publication.

Dans sa décision, Engelmayer a cité les remarques de Trump fin 2018, lorsque le président a déclaré: «Nous avons la bande».

La décision n'ordonne pas la publication des documents, mais l'Open Society Justice Initiative a décrit l'ordre comme une "victoire cruciale pour lutter contre la dissimulation honteuse de l'assassinat par l'administration Trump".

"La décision du tribunal est une étape vitale pour mettre fin à l'impunité pour le meurtre", a déclaré Amrit Singh, l'avocat principal de l'organisation dans l'affaire.

Initialement, Riyad a nié que le meurtre avait eu lieu, mais a ensuite changé sa version des événements à plusieurs reprises. Il affirme que la mort a été perpétrée par des agents qui ont agi de manière indépendante. / AFP

Vous pourriez également aimer...