La Colombie

La CIDH condamne les "cas de brutalité policière"

La Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a condamné ce jeudi "avec insistance les cas de brutalités et d'abus policiers" récemment enregistrés en Colombie.

Dans un message sur son compte Twitter, l'agence humanitaire a évoqué le cas de l'avocat Javier Ordoñez, décédé mardi "des suites des coups et des décharges électriques des policiers alors qu'il était soumis au sol".

«L’usage de la force par les forces de sécurité de l’État doit respecter les principes de légalité, de nécessité, de caractère raisonnable et de proportionnalité, en mettant au centre la protection des droits de tous.dit la CIDH.

Il a également évoqué les manifestations contre les violences policières enregistrées en raison de cette affaire dans plusieurs villes de Colombie, dans lesquelles au moins huit personnes ont perdu la vie et des dizaines d'autres ont été blessées.

"Tous ces faits doivent être clarifiés, enquêtés et sanctionnés", a déclaré la CIDH, qui a rappelé qu'il est du devoir de l'Etat "de garantir le droit à la vie, l'intégrité et la liberté de manifestation".

"Les actes de violence isolés ne font pas du mouvement social qui exerce ses droits à la liberté d'expression, de réunion et d'association une menace pour l'ordre public"ajoutée.

La mort de l'avocat Javier Ordóñez, un homme de 46 ans qui a été soumis à la brutalité et à l'utilisation répétée d'un pistolet paralysant par deux policiers à Bogotá, a déclenché des manifestations en Colombie.

Les pires émeutes ont eu lieu à Bogotá et à Soacha, une ville peuplée située au sud de la capitale colombienne, mais il y a eu aussi des violences et des actes de vandalisme dans d'autres villes du pays comme Cali, Medellín, Ibagué, Mosquera et Madrid.

EFE Colombia.com Jeu, 10 / sept. / 2020 14h40

Vous pourriez également aimer...