Le Brésil

La Commission Arns condamne la tentative d’intimidation de dirigeants autochtones

São Paulo – La Commission d’Arns pour la défense des droits de l’homme a réagi à la criminalisation de la lutte indigène promue par le gouvernement de Jair Bolsonaro. Deux des principaux dirigeants autochtones du pays, Sonia Guajajara et Almir Suruí, ont été convoqués par la police fédérale (PF), accusés d’avoir «diffamé» le gouvernement fédéral dans le cadre d’enquêtes ouvertes par la National Indian Foundation (Funai). «Funai, au lieu de s’acquitter de sa mission institutionnelle de protection des droits constitutionnels des peuples autochtones, dénonçant les violations de ces droits dans le contexte de la pandémie et luttant contre les invasions de plus en plus catastrophiques des terres autochtones, s’est prêtée au rôle embarrassant. faire taire les dénonciations et intimider les peuples autochtones – dans ce cas, avec l’aide inexcusable du PF », déclare la Commission Arns dans la note de soutien aux dirigeants autochtones (lire en entier ci-dessous).

Créée en février 2019, la Commission Arns a pour objectif d’accompagner et d’offrir un accompagnement dans les plaintes liées à des violations des garanties fondamentales. L’organisation rend hommage à Dom Paulo Evaristo Arns, frère franciscain, cardinal brésilien et ancien archevêque de São Paulo, décédé en décembre 2016.

Signaler une négligence

La dirigeante autochtone Sonia Guajajara, l’une des coordinatrices exécutives de l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (Apib), a été convoquée par le PF, le 26 dernier, pour témoigner dans une enquête ouverte à la demande de Funai. Selon Apib, Funai accuse l’activiste et l’organisme de diffamation contre le gouvernement Bolsonaro. L’enquête mentionne également la divulgation de «fausses données» sur le nouveau coronavirus. Les informations auraient été diffusées sur la websérie Maraca, qui traite des violations contre les peuples autochtones pendant la pandémie de covid-19.

«Il nous est très étrange que cette action soit traitée directement à la police fédérale sans passer par le ministère public», a déclaré Sonia Guajajara. «Nous allons faire appel, oui, parce que rien de ce qu’ils ont présenté ici n’est compris comme un type de crime. Ce que nous avons fait là-bas, c’est d’articuler notre soutien pour protéger les peuples autochtones pendant la pandémie. Nous avons également dénoncé cette négligence du gouvernement fédéral pour ne pas avoir adopté de mesures efficaces pour protéger les peuples autochtones.

Apib, dans une note, a déclaré que « le gouvernement cherche à intimider les peuples autochtones dans une tentative claire de restreindre notre liberté d’expression, qui est l’outil le plus important pour dénoncer les violations des droits de l’homme ».

Dirigeants autochtones en danger

Toujours à la demande de Funai, la police fédérale a ouvert, à Rondônia, une enquête concernant les dirigeants du peuple autochtone Suruí. Parmi les principaux dirigeants autochtones du pays, Almir Naramayoga Suruí a été approché et interrogé par téléphone par un policier vendredi (30).

« En janvier de cette année, Almir Suruí a signé, avec le chef Kayapó Raoni, une demande d’enquête contre le président Jair Bolsonaro à la Cour pénale internationale (CPI) pour augmentation des destructions en Amazonie et attaques contre les droits des autochtones », révèle un journaliste Rubens Valente, à qui le PF affirme que le Funai qui a demandé des mesures sur la «diffamation» présumée contenait une campagne virtuelle ouverte par les Suruí en septembre de l’année dernière. L’objectif de la campagne est de collecter des fonds pour permettre aux populations autochtones de faire face à la nouvelle pandémie de coronavirus.

«Nous disons toujours que le gouvernement n’a pas abordé avec respect la question autochtone. Il n’a pas cette conduite quand il parle de politique indigène et de gestion du territoire. Mais ce n’est pas de la diffamation, c’est ce que fait le gouvernement. Cette [inquérito] c’est une menace du gouvernement, mais je sais que nous devrons y faire face », a déclaré Almir au journaliste. «Ils nous font peur de reculer, mais c’est surtout irrespectueux parce que nous essayons de faire valoir les droits de notre peuple. Ils veulent que nous arrêtions de nous battre. Ce n’est pas ce qui nous permettra d’arrêter de nous battre. Nous continuerons le combat. Je sais que c’est dangereux. Ici, dans la région de l’état où nous sommes, c’est 70% bolsonarista. C’est donc très dangereux pour nous.

Note de la Commission Arns

La Commission Arns exprime son indignation et son rejet de l’action d’intimidation promue par le gouvernement fédéral, à travers la Police fédérale (PF), contre Sônia Guajajara, coordinatrice exécutive de l’Articulation des peuples autochtones du Brésil (Apib) et d’autres leaders autochtones Suruí de Rondônia.

Sônia Guajajara a été accusée à tort de diffamer le gouvernement fédéral. Selon les informations disponibles, la National Indian Foundation (Funai) a transmis des informations criminelles à la police fédérale accusant Apib et Sônia Guajajara, à la suite de la divulgation de la série Web Maracá, qui décrit les violations des droits commises contre les peuples autochtones dans le contexte de la pandémie. En conséquence, Sônia Guajajara a reçu une citation à comparaître de la police fédérale et des informations indiquent que des dirigeants suruí de Rondônia sont également assignés en raison d’allégations similaires.

Trois peuples autochtones qui se présentent comme les porte-parole d’un «Groupe d’agriculteurs et de producteurs autochtones» ont lancé une campagne d’intimidation et de diffamation, envoyant, le 29 mars, une lettre au Parlement et à d’autres organes européens, accusant Sônia Guajajara de «trahison à la patrie. », Pour avoir défendu les droits des peuples autochtones contre les violations et la négligence du gouvernement fédéral.

Rôle embarrassant

Funai, au lieu de remplir sa mission institutionnelle de protection des droits constitutionnels des peuples autochtones, de dénoncer les violations de ces droits dans le contexte de la pandémie, ainsi que de lutter contre les invasions de plus en plus catastrophiques des terres autochtones, s’est prêtée au rôle embarrassant de faire taire les plaintes et intimider les peuples autochtones – dans ce cas, avec l’aide inexcusable du PF.

La société brésilienne doit répudier cet affront aux droits de Sônia Guajajara et d’autres dirigeants autochtones, ainsi que le ministère public et la Chambre des députés pour déterminer, au moyen de mesures claires et objectives, les responsabilités de la pratique d’un autre acte d’arbitrage. , de la part de ceux qui ne savent pas et ne veulent pas vivre dans un régime où la liberté et la démocratie prévalent comme corollaire de l’opposition et de la contestation. La Commission Arns déplore une nouvelle démonstration de dédain et de dédain pour les peuples autochtones.

Vous pourriez également aimer...