Le Brésil

La consommation et la production de musique se transforment au milieu des services de streaming – Jornal da USP

Compte tenu de l’immédiateté et de la préférence des utilisateurs pour les pistes courtes, les producteurs réfléchissent à des stratégies pour rendre les chansons plus objectives et ainsi générer plus d’engagement

Par Rodrigo Tammaro

Les plateformes modifient le marché de la musique en élargissant le contact entre la musique et la technologie. – Photo : Mathias Groeneveld/Pexels

LA la façon dont nous écoutons la musique et les stratégies utilisées pour les produire ont été transformées. Avec la vulgarisation de Diffusion, de nouvelles habitudes et tendances émergent. C’est le cas, par exemple, du phénomène appelé écoute anxieuse, un modèle de comportement dans lequel les gens n’écoutent que de la musique à court terme.

Pour comprendre comment le Diffusion peut transformer la consommation et la production de musique, les algorithmes qui fonctionnent dans ces programmes sont essentiels. « Les plateformes stockent les données de millions de personnes, avec des exemples des habitudes d’écoute de chaque utilisateur dans leur vie quotidienne », explique Fernando de Moraes, chercheur au Centre d’études sur la musique et les médias (Musimid).

Ces données sont utilisées pour cartographier le paysage sonore, les lieux et même les sentiments et les émotions des utilisateurs. « Des millions de chansons passent par là dans un écosystème d’écoute », explique Moraes. Ainsi, selon le chercheur, les plateformes modifient le marché de la musique en élargissant le contact entre la musique et la technologie.

Consommation de musique en streaming

Ayant accès à ces données, les plateformes recommandent des chansons de manière personnalisée, selon des critères adaptés au profil de l’utilisateur. L’auditeur a un rôle moins actif dans la recherche de nouvelles œuvres et commence, de manière plus passive, à se contenter de répondre aux suggestions de la plateforme.

Heloísa Valente – Photo: Reproduction

Un autre aspect important est le caractère numérique et immatériel du Diffusion. « Quand je prends un disque, par exemple un disque vinyle, il y a d’autres qualités matérielles qui se situent au niveau du palpable, du sensible », explique Heloísa Valente, professeur au Graduate Program in Music à l’USP, à l’Universidade Paulista et coordinateur de MusiMid. Ces qualités ne sont présentes que dans les supports physiques.

Selon l’enseignant, dans ces médias, la consommation de musique est plus lente et plus contemplative. « Il faut le capter, le sentir, le nez réagit aussi s’il s’agit d’un disque neuf ou moisi, outre les qualités visuelles de la pochette et du livret », explique-t-il. Dans les médias numériques, cette consommation est plus immédiate. « En termes de sensibilité et de comportement d’écoute, c’est très différent », compare Heloísa.

L’immédiateté est directement liée au phénomène de la génération anxieuse. Les estimations des plateformes elles-mêmes indiquent qu’en moyenne, les utilisateurs n’écoutent pas les chansons de plus de deux minutes et 30 secondes. Selon Moraes, c’est le reflet d’une nouvelle réalité marquée par les flux d’informations.

« Nous vivons dans un espace où les gens ne veulent plus perdre de temps. Le fait que les chansons soient plus courtes est le reflet de ce temps que les gens n’ont pas et la relation de solutions plus immédiates pour la vie en général », évalue-t-il.

Le chercheur souligne également que, dans le Diffusion, l’utilisateur n’a pas besoin d’acheter le contenu isolément. L’abonnement au service donne accès à l’ensemble de la bibliothèque. Dans ce contexte, « l’expérimentation et la dégustation de la musique se développent comme de nouvelles saveurs ». C’est comme si les gens préféraient écouter plusieurs courts morceaux plutôt qu’un seul long morceau.

Sur ces plateformes, il est également possible d’assembler des listes de lecture et de jouer les chansons en mode aléatoire, hors séquence de l’album. Si, d’une part, ces possibilités permettent à l’utilisateur de personnaliser davantage son expérience, d’autre part, elles peuvent dépersonnaliser l’œuvre du compositeur.

La chanteuse Adele, par exemple, a demandé que le shuffle de son album, « 30 », soit bloqué. « »Nous ne créons pas d’albums avec autant de soin et ne réfléchissons pas tellement à l’ordre des morceaux sans raison. Notre art raconte une histoire et nos histoires doivent être entendues comme nous l’avons voulu », a écrit la chanteuse sur ses réseaux sociaux, affirmant que le mode aléatoire porte atteinte à la linéarité et au concept de l’œuvre.

Le marché phonographique en streaming

Les changements de la musique face aux nouvelles technologies ont toujours existé et ne sont pas exclusifs au streaming.- Photo : Pixabay/Flickr

Pour répondre aux nouvelles exigences et habitudes, la production musicale évolue également. Les musiciens et les producteurs eux-mêmes réfléchissent aux moyens de rendre les morceaux plus directs, objectifs et attrayants au milieu de tant de possibilités. En plus de la durée plus courte, le repositionnement du refrain au début de la chanson a été une stratégie adoptée pour générer une attention immédiate de l’auditeur.

Selon Heloísa, le plus grand défi est la distribution de ces œuvres, pas leur production. « Ce qui s’est passé au label a été migré vers la plateforme », explique-t-il. « Les critères ne sont pas comment produire le disque, mais comment le rendre vendable. » Le concept même d’un album comme un ensemble de morceaux produits par l’artiste a été dépassé. De nombreux producteurs préfèrent sortir simple ou pistes isolées. « Peut-être que si vous avez d’autres pièces ensemble dans le même package, cela n’aura pas le même impact et les mêmes ventes. S’il les lance un par un, il peut avoir plus de succès », explique l’enseignant, en commentant les stratégies de diffusion.

Malgré ces transformations, les chercheurs soulignent que les évolutions de la musique face aux nouvelles technologies ont toujours existé et ne sont pas exclusives au Diffusion. Dans cette nouvelle réalité, les chansons qui suivent les critères d’engagement ont plus de chance de succès, mais cela ne signifie pas que ce soit la fin des productions longues et élaborées.

Enfin, Heloísa souligne que les plateformes de Diffusion ils sont instrumentaux et doivent être utilisés avec conscience. « C’est une forme d’accès que nous avons aujourd’hui et c’est très utile », dit-il. « Mais faites attention à qui fournit [as músicas], si vous êtes fidèle aux auteurs et respectez les droits d’auteur. Nous devons penser, réfléchir, ne pas accepter facilement ce qui nous est donné », conclut-il.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...