La Colombie

La Cour constitutionnelle dépénalise l’avortement pour viol

La Cour constitutionnelle de l’Équateur a dépénalisé l’avortement pour viol, une décision historique qui vient en réponse à un procès pour inconstitutionnalité soulevé par des groupes de femmes l’année dernière.

Par sept voix pour et deux contre, la Cour a décidé de considérer comme inconstitutionnels deux articles du Code pénal organique complet (COIP), se référant à l’avortement.

Selon ceux-ci, Elle n’était autorisée que si la vie de la femme était en danger ou si la grossesse résultait du viol d’une femme handicapée mentale.

La Coalition nationale des femmes de l’Équateur a salué la décision, qui a considéré « une avance nécessaire, quoique incomplète » et il a avancé qu’il continuerait à se battre pour la dépénalisation complète de l’interruption de grossesse.

La Haute Cour a déclaré les articles 149 et 150 de la COIP inconstitutionnels, dont le premier prévoyait des peines privatives de liberté de six mois à deux ans pour une femme enceinte qui avait avorté ou pour toute personne intervenant dans l’interruption volontaire de grossesse.

Le deuxième article précise les deux situations dans lesquelles l’avortement n’est pas punissable et que, selon les organisations de femmes, il est discriminatoire par rapport à d’autres cas de viol, fondement de la plainte d’inconstitutionnalité déposée en juin dernier.

« La dépénalisation de l’avortement pour viol est une avancée nécessaire, bien qu’incomplète, les femmes équatoriennes continueront de se battre pour exercer le droit d’être libres de jouir, de défendre, de protéger notre corps et notre santé intégrale », lit une déclaration publiée par la Coalition nationale des femmes de l’Équateur.

En 2019, le Parlement équatorien a rejeté l’élargissement des motifs d’avortement dans un projet de réforme à la COIP et la Cour constitutionnelle a alors considéré comme une erreur de technique législative une demande de révision d’un veto présidentiel au projet.

« C’est une lutte historique que vivent les femmes du pays », a déclaré Virginia Gómez, directrice de la Fondation Desafío, qui fait partie de la Coalition nationale des femmes de l’Équateur.

Dans les environs du siège de la Cour des dizaines de femmes avec des foulards verts avec la légende réunie « Décider est notre droit », qui a scandé des slogans tels que « Les voici, ce sont ceux qui veulent être violés ».

En revanche, sur la même scène, des groupes de citoyens anti-avortement ont manifesté, proclamant « non à l’avortement, oui à la vie » ou alors « l’avortement n’est pas un droit ».

Le président de la Conférence épiscopale équatorienne (CEE), Monseigneur Luis Cabrera, a adressé une lettre au président de la Cour constitutionnelle dans laquelle il a déclaré que « Le crime de viol n’est pas résolu par un autre crime. »

Les organisations qui défendent les droits des femmes ont demandé l’interruption de la grossesse légale chaque fois qu’elle est le produit d’un viol, en plus de l’inceste, du viol, de l’insémination non consensuelle ou de la malformation du fœtus.

Cependant, ils considèrent la décision constitutionnelle comme un jalon, en particulier pour les filles et les adolescentes équatoriennes, à la lumière des chiffres officiels qui indiquent que 14 mineurs de moins de 14 ans et 159 adolescents accouchent chaque année dans le pays à la suite de violences sexuelles.

EFE • Colombia.com • Jeu 29 / Avr / 2021 10h23

Vous pourriez également aimer...