Le Brésil

La Cour des droits de l’homme entend une affaire de fémicide impliquant un député

São Paulo – La Cour interaméricaine des droits de l’homme a ouvert mercredi (3) une audience publique et virtuelle sur une affaire concernant le meurtre de la jeune Paraiba Marcia Barbosa de Souza, en 1998. A cette occasion, l’ancien député d’État Aércio Pereira de Lima (PFL, qui a donné naissance au DEM) a été accusé d’avoir commis le crime. L’argument est que l’immunité parlementaire a entraîné des retards excessifs dans les procédures pénales. Dans la première partie de l’événement, les magistrats ont posé plusieurs questions à l’expert pour comprendre le fonctionnement de l’immunité au Brésil.

À l’époque, Márcia a quitté la campagne pour la capitale, João Pessoa, à la recherche de travail. Quelques jours plus tard, le matin du 18 juin 2008, son corps a été retrouvé dans un fourré. Selon la police, le jeune homme de 20 ans a été tué par asphyxie.

Difficulté de recherche

Selon les enquêtes, le député de l’État a été directement impliqué dans le meurtre, ce qu’il a toujours nié. Le membre du Congrès a admis avoir rencontré la jeune femme la veille, mais à son domicile – pas dans un motel – et pour discuter d’une opportunité d’emploi. Et une aide financière pour payer le loyer de la pension où il résidait.

Le délégué aux affaires a souligné les difficultés de l’enquête en raison des prérogatives de l’immunité parlementaire. Le procès ne pouvait se poursuivre qu’avec l’autorisation de l’Assemblée législative du Paraíba, qui a été rejetée à deux reprises, après une demande de la Cour de justice. Ainsi, le processus n’a commencé qu’en mars 2003, après la non réélection d’Aércio (ce serait le septième mandat consécutif).

En septembre 2007, il a été condamné à 16 ans de prison pour le meurtre et la dissimulation du cadavre de Marcia, mais n’a jamais été arrêté. Et il est mort cinq mois plus tard. Son corps était voilé dans la salle de l’Assemblée. Le gouvernement Paraíba a décrété trois jours de deuil officiel.

Impunité structurelle

«Márcia Barbosa de Souza, une jeune fille de 20 ans, noire et aux ressources économiques limitées, s’inscrit parfaitement et malheureusement dans les statistiques de la mort violente de femmes», déclare le Centre pour la justice et le droit international (Cejil), qui a présenté le cas, aux côtés du Conseil juridique aux organisations populaires (Gajop). Selon Cejil, l’affaire s’est produite «dans un contexte général de violence contre les femmes au Brésil et dans l’État de Paraíba, combiné à l’impunité structurelle qui existe dans ce type de cas».

Le 11 juillet 2019, la Commission interaméricaine des droits, à qui l’affaire a d’abord été examinée, a présenté l’affaire (12263) à la Cour interaméricaine, qui tient l’audience aujourd’hui et demain. Pour la Commission, le retard dans le processus a violé les droits et garanties judiciaires, en plus des principes d’égalité et de non-discrimination, en relation avec le droit à la vie. En outre, l’affaire enquête sur une possible «violation de l’intégrité psychologique et morale» des parents de la victime.

Vous pourriez également aimer...