Le Venezuela

La FANB continue de traquer les irréguliers colombiens

Olys Guarate / Eligio Rojas. Dans le cadre de l’opération Bouclier bolivarien 2021, Le commandant opérationnel stratégique des Forces armées nationales bolivariennes (FANB), A / J Remigio Ceballos Ichaso a indiqué que le personnel militaire affecté au système de défense nationale est déployé à la recherche de groupes armés irréguliers colombiens pour renforcer le travail qui est entrepris dans le lutter contre les crimes transnationaux tels que le paramilitarisme, le trafic de drogue et tout autre qu’ils entendent commettre sur notre territoire.

Actuellement, le Fanb et les policiers attachés à la Force d’actions spéciales (Faes) se battent contre des groupes irréguliers qui cherchent à contrôler le passage frontalier Apure-Colombie.

A travers son compte officiel du réseau social Twitter @CeballosIchaso, le commandant du CEOFANB a écrit: «de ces trafiquants de drogue colombiens, bandits assassins de nos frères commandants, pour les amener à l’ordre de la justice nationale et porter l’ombre sur leurs talons loi! Vue sagace! Impact de la foudre! PANAJPE ENERUU MORUKAJPO PARIPU! ». Au cours des premières heures de combat, qui ont eu lieu à l’aube du 21 mars, le lieutenant-colonel Edward Corobo et le capitaine Yonathán Duarte ont été tués.

Puis, au fil des heures, neuf soldats blessés étaient connus, parmi lesquels le lieutenant-colonel Luis Daniel Chitty Marcano (42), commandant du détachement des commandements ruraux 355, basé au Y de los Curitos, situé sur la route nationale via Elorza -Guasdualito. Elle a présenté des traumatismes multiples généralisés et des traumatismes à la région pariétale droite avec un possible corps étranger. Le capitaine (ex) Roberto Jesús Pérez Palma (34 ans), de la 92e brigade des Caraïbes, située à Guasdualito, a également été blessé. À l’origine, il a été diagnostiqué avec un polytraumatisme généralisé, une blessure dans la région distale du membre inférieur droit et une blessure dans la région postérieure du bras gauche. Les deux sont dans une étude de santé stable, indique un rapport du centre de santé régional où ils ont été transférés, auquel nous avions accès à l’époque.

En revanche, les sept autres militaires qui complètent la liste des neuf blessés ont été admis à l’hôpital militaire de San Cristóbal (Táchira). Il s’agit de: Antony Guillermo Vento Jiménez, Eli Armando Bermejo Hernández, Francisco Javier Esqueda Sánchez, Jesús Antonio Pérez Blanco, Vicente Eriberto Rojas Peña, Fabricio Antonio Gómez Rangel et Adrián Alexander Escalante Pernía. Des photographies de ces premières escarmouches survenues il y a neuf jours ont été obtenues ce lundi par l’ONU dans lesquelles sont vus des militaires et des policiers blessés par des armes à feu et des mines non conventionnelles à l’explosif R1, selon des experts consultés.

De même, A / J Remigio Ceballos a souligné que le FANB continue de mener des actions de défense de la souveraineté nationale et d’empêcher les groupes illégaux d’essayer d’opérer à partir du territoire vénézuélien. «Nous continuons de porter des coups forts à ces trafiquants de drogue GRIACOLT (groupes terroristes armés colombiens irréguliers). Nous ne faisons que commencer, en augmentant la force dans toutes les zones du territoire national et aussi dans la lutte irrégulière contre toutes les menaces! « 

Il a souligné que la force militaire continue d’agir avec force face à l’incursion de gangs criminels, après le démantèlement des groupes armés colombiens après l’arrestation de 32 membres de groupes irréguliers qui opéraient dans le secteur de La Coromoto, paroisse Rafael Urdaneta du José Municipalité d’Antonio Páez, État de Hurry, à qui des armes, des munitions, des explosifs, des fournitures de guerre, des véhicules et de la drogue ont été saisis.

Ce lundi, le ministre de la Défense Vladimir Padrino López a confirmé que les combats persistent à Apure entre des unités du Fanb et des groupes irréguliers colombiens, motivés par le trafic de drogue, selon son analyse.

Lundi à 18 h 20, le chef du portefeuille militaire a rapporté, via son Twitter, que «des groupes irréguliers colombiens nous attaquent avec des explosifs et des armes longues. Ils continuent à semer la terreur dans la population et croient qu’en harcelant les bases militaires, ils nous intimideront. Ils traversent le fleuve, font leurs escarmouches et rentrent en Colombie sous la protection de leurs autorités ».

Ensuite, Padrino López a lancé un autre tweet. «Ce sont des lâches. Lorsqu’ils sont capturés, ils pleurent et demandent pardon, ils s’accusent et se trahissent. C’est une étrange espèce de mercenaires caméléoniques et sans cœur, émus par le trafic de drogue, qui ont l’intention de faire ici ce qu’ils font en Colombie. ILS NE SERONT PAS CAPABLES! », A écrit Padrino López. Auparavant, l’ONU avait obtenu des informations sur une attaque contre une unité de l’armée à El Ripial (Apu) avec la mort de trois soldats.

Concernant ce conflit, le commandant du Ceofanb avait déjà indiqué dimanche dernier que « cette menace qui se présente dans l’état d’Apure a été étudiée, au moment où nous avons le contrôle de tous ces espaces ». Ceballos a souligné que « nous restons dans des actions enveloppantes dans tout l’état d’Apure ».

Vous pourriez également aimer...