Le Brésil

la grande majorité des gens rejettent Bolsonaro

Le 29 mai, il a remporté les médias sociaux en tant que 29M, des milliers de personnes sont descendues dans les rues à travers le pays pour protester pour un ensemble d’agendas très divers, mais qui peuvent se résumer en trois expressions : « Vacina Já », « R$ 600 d’aide d’urgence » et « Fora Bolsonaro ». Avec le premier, les manifestants ont évoqué la principale mesure nécessaire pour surmonter la crise sanitaire qui nous afflige depuis plus d’un an. La seconde exprime la recherche d’un moyen d’atténuer les effets d’une politique économique qui a triplé le nombre de pauvres au Brésil d’août 2020 à février 2021. Avec la troisième, ils attribuent la responsabilité : le gouvernement Bolsonaro est un promoteur de la faim, de misère et la mort de plus de 470 mille personnes par covid-19, pour des raisons qui imprègnent la politique de déni, la préconisation de mesures inefficaces pour lutter contre le virus, l’encouragement des agglomérations et le retard intentionnel dans l’acquisition d’agents immunisants.

Le bilan des Fronts Brasil Popular et Povo Sem Fedo indique que plus de 420 000 personnes ont participé aux manifestations, dans 213 villes du Brésil et 14 autres dans différents pays. Sur les réseaux sociaux, il y avait aussi beaucoup d’engagement. Pas de Twitter, par exemple, un hashtag #29MForaBolsonaro recebeu 1,8 milhão de postagens e 841 mil compartilhamentos. La large implication dans les événements, que ce soit en personne ou virtuellement, montre ce que les sondages d’opinion ont déjà indiqué : la grande majorité du peuple brésilien rejette les politiques sanitaires, sociales et économiques de Bolsonaro et souhaite un nouveau projet pour le pays.

Contrastes

Malgré l’inquiétude légitime auprès des agglomérations à un moment encore difficile pour le pays de maîtriser la pandémie, il était indispensable de donner une réponse dans la rue aux mensonges propagés par le président. Ceux qui la rejettent sont la grande majorité, et nous sommes organisés et prêts à combattre leurs menaces à la démocratie, leur incitation à la violence sociale et institutionnelle et leur politique génocidaire. Le contraste mis en évidence par la comparaison entre les images des actes de soutien à Bolsonaro et les manifestations du 29M ne laisse planer aucun doute : rares sont ceux qui suivent sa politique de mort ; des milliers de personnes cherchent à la surmonter en réaffirmant les valeurs démocratiques.

Les institutions doivent écouter le message du peuple brésilien. Le Sénat est chargé de poursuivre les enquêtes de la Commission d’enquête parlementaire (CPI) Covid, avec la mise en examen des responsables des milliers de morts dans le pays. La Chambre des députés doit répondre aux 120 demandes de destitution qui sont en attente d’analyse par son président. Les médias doivent être ouverts à la contradiction, notamment en ce qui concerne le débat économique, car l’escalade autoritaire de ces dernières années a pour fondement le silence des voix de l’opposition. L’omission de certains diffuseurs et grands journaux de couvrir les manifestations de samedi ne nous rend pas très optimistes quant à cette lacune de notre démocratie.

L’espace de la rue, cependant, était à nouveau occupé. Bolsonaro tente toujours de réitérer son impudence, de plus en plus isolé et sans les conditions politiques pour diriger le pays. Ainsi, nous pouvons dire avec certitude : le temps de l’injustice deviendra un temps de lutte et d’espoir, et pourtant cette triste page de notre histoire sera tournée en faveur de la vie.


Raimundo Bonfim est avocat, coordinateur national de la Centrale des Mouvements Populaires (CMP) et membre de la coordination nationale du Frente Brasil Popular;

Hugo Fanton Ribeiro da Silva est stagiaire postdoctoral en science politique à l’USP.

Vous pourriez également aimer...