Le Brésil

La jeunesse est le thème du nouveau spectacle USP Cinema – Jornal da USP

Des films qui exposent intensément la volonté de vivre des jeunes et leurs attitudes transgressives sont à l’affiche jusqu’au 17 avril

Scène de film La fête et les chiens – Photo : Reproduction

L’intensité de la vie des jeunes, leurs passions, leurs désirs et leurs attitudes transgressives sont le point culminant de la nouvelle projection cinématographique de Cinéma à l’USP Paulo Emilio (Cinusp), intitulée Jeunesse Trans-Viada, qui a débuté le 14 de l’année dernière et se poursuivra jusqu’au 17 avril. L’exposition présente dix films produits au Brésil et à l’étranger qui mettent en scène des personnages, majoritairement LGBTQIA+, soucieux de devenir « agents de leur propre jeunesse », comme le cite le commissaire de l’événement dans un texte publié sur le site de la Cinusp. « L’expérience entre amis, la découverte de soi, l’identification, l’irrévérence et l’extrapolation des limites sont les maîtres mots présents dans ce spectacle.

Un exemple de cette expérience typique de jeunesse entre amis est le film La fête et les chiens (Brésil, 2015, 25 minutes), l’un des dix films présents au salon. Réalisé par Leonardo Mouramateus, qui utilise des images de fêtes et de sorties capturées par sa caméra personnelle, le film montre les transmutations subies par un groupe d’amis au fil du temps. « Il évoque des sentiments de mélancolie et de frustration tout en laissant la beauté simple imprégnée de l’acte d’être qui vous êtes et d’aimer qui vous aimez déborder dans vos images », souligne le synopsis publié par Cinusp.

Dans Poisson rouge dans la piscine (Japon, 2017, 28 minutes), de Makoto Nagahisa, autre film de la série, quatre filles mettent 400 poissons rouges dans une piscine scolaire. « Les filles qui s’ennuient dans une ville tranquille du Japon cherchent des moyens de se sentir vivantes. À travers un montage agité et des narrations qui se mêlent dynamiquement aux images, il y a une recherche et une volonté de subvertir un quotidien répétitif », selon le court synopsis.

Déjà Je ne veux pas revenir seul (Brésil, 2010, 17 minutes), de Daniel Ribeiro, aborde la relation entre Leonardo, un jeune homme malvoyant, et son camarade de classe Gabriel. « Les deux, ensemble, traversent la découverte de leur sexualité », souligne le synopsis du film. « De la bande originale ludique aux séquences amusantes de Gabriel, Leonardo et Giovana revenant de l’école, le court-métrage joue avec une notion de premier amour comme la chose la plus innocente de l’adolescence. Nous suivons Léonard tombant lentement amoureux et comprenant lentement sa propre sexualité.

Scène de film Poisson rouge dans la piscine – Photo : Reproduction

Après qu’une fille trans a été punie par l’école pour avoir utilisé les toilettes des filles, un groupe d’amis se rebelle contre les normes sociales de l’école. c’est l’histoire de Kiki et les Misfits (États-Unis, 2018, 6 minutes), réalisé par Natália Leite. « Kiki et son groupe d’amis se considèrent comme des inadaptés et en dehors des normes de la société. Ensemble, ces jeunes cherchent à vivre intensément et à renverser les coutumes ancrées dans une société rétrograde.

La transgression des normes sociales est également présente dans Une journée avec une saucisse (États-Unis, 1984, 15 minutes), réalisé par Ingrid Wilhite. Dans ce document, une fille espiègle traverse Castro Street à San Francisco, en Californie – un bastion de la communauté gay – avec une saucisse dans son pantalon et se retrouve dans un groupe de lesbiennes de la ville. « Sans aucun dialogue, le court-métrage est bourré d’une bande-son effervescente qui marque son ton pop-punk, typique des années 80. Questionnant le genre, la mode et l’amitié, Ingrid Wilhite crée une œuvre juvénile à la base – agitée, politique et amusante. »

Le spectacle Cinusp présente une production de la Tchécoslovaquie disparue. Il s’agit de Sac à puces (1962, 43 minutes), réalisé par Věra Chytilová. Le film se déroule dans un internat communautaire dans une usine de ce qui était alors la Tchécoslovaquie. « L’audacieux personnage-caméra qui accompagne l’internat nous présente un environnement marqué par l’oppression et la répression des désirs les plus primaires de la jeunesse – les blagues et un simple coup d’œil aux garçons sont des motifs de réprimande », souligne le synopsis de l’ouvrage. « L’envie de transgresser est symbolisée par le personnage de Jana, que la caméra subjective recherche fréquemment et reçoit des regards ambigus et suggestifs tout au long du film. Le «sac» symbolise l’espace limite de l’internat et les moments de libération ne se produisent que dans les séquences extérieures. Un monument du cinéma tchécoslovaque et l’œuvre de Věra Chytilová, aussi subversive que zéro de conduitpar Jean Vigo.

Scène de film Les derniers romantiques du monde – Photo : Reproduction

Un scénario à la fois apocalyptique et sensible apparaît dans Les derniers romantiques du monde (Brésil, 2020, 23 minutes), de Henrique Arruda. Le film raconte l’histoire de Pedro et Miguel, qui, alors que le monde est sur le point d’être éteint par un nuage rose, se réfugient l’un dans l’autre. « Avec une esthétique rétro, simulant de vieux clips et des films des années 80, le film crée un mélange de temporalités, dans lesquelles prédomine celle de l’amour de Pedro et Miguel, qui se voient infiniment jeunes, passionnés et irrévérencieux », informe le synopsis du film Cinusp. « C’est l’éternité de la jeunesse par l’amour. »

Scène de film Kiki et les Misfits – Photo : Reproduction

Dans boucle (Brésil, 2019, 12 minutes), la réalisatrice Maick Handder incarne littéralement la devise « L’amour ralentit le temps ». En quelques images de moments ponctuels, le spectateur voit l’autre être cher. « Ce n’est pas un ralenti, mais des scènes cristallisées par l’affection racontées à la première personne », souligne le synopsis. « À travers un regard qui incarne la passion, un jeune homme nous guide dans les premières rencontres avec sa bien-aimée.

Réalisé par Yasmin Guimarães, Poisson (Brésil, 2018, 17 minutes) raconte l’histoire de Marina, une jeune femme de Belo Horizonte qui fait des livraisons avec son vélo. « Le court métrage de Yasmin réussit à mélanger deux dimensions importantes dans la vie de tout jeune : le plaisir et le travail. La protagoniste essaie de maintenir sa vie financière en faisant des livraisons, tout en profitant des fêtes et des rencontres avec des amis. Ici, la difficile réalité contemporaine de notre pays imprègne les mouvements des personnages comme une ombre qui menace leur amusement, mais ne parvient jamais vraiment à les ébranler », lit-on dans le synopsis publié par Cinusp.

Finalement, faire l’idiot (États-Unis, 2010, 4 minutes), d’Harmony Korine, est une série de vignettes 8 mm, accompagnées d’une narration fluide qui montre des filles se faufilant dans les cours d’école, aspergeant, buvant, fumant, posant et s’enlaçant, évoquant la solitude, la confusion et les merveilles de grandir. « La dureté de la réalité qui n’épargne même pas les plus jeunes. Des images brutes, d’un réalisme intrinsèque et d’une brutalité latente. Harmony Korine nous présente un groupe d’amis qui posent au-dessus de leur jonction avec des vêtements en cuir et des bouteilles à la main, résistant du mieux qu’ils peuvent à leur jeunesse compliquée.

Goûter Jeunesse Trans-Viadadu Cinema da USP, réunit dix productions nationales et internationales – Photo: Reproduction

le film Jeunesse Trans-Viada, du Cinema da USP Paulo Emilio (Cinusp), est diffusé du 14 mars au 17 avril sur la chaîne YouTube de Cinusp. Gratuit.

Vous pourriez également aimer...