La Journée des peuples autochtones a des protestations contre la Funai et des plaintes

São Paulo – La situation des terres et des peuples indigènes au Brésil requiert une fois de plus l’attention des Nations Unies (ONU). Ce lundi (8), à la veille de la Journée internationale des peuples autochtones, célébrée le 9 août, la rapporteuse de l’ONU Mary Lawlor, qui surveille la situation des défenseurs des droits de l’homme, a recueilli les rapports des dirigeants des peuples Guarani Kaiowá. La communauté a récemment été attaquée par des éleveurs et des jagunços armés dans le Mato Grosso do Sul.

Au cours des trois derniers mois, au moins trois Guarani Kaiowá ont été assassinés dans l’État. La violence se déroule au milieu de la reconquête des terres ancestrales, sur lesquelles les frontières agricoles se sont étendues. Fin juin, une attaque par des hommes armés a blessé des dizaines d’indigènes, dont des femmes et des enfants, dans le territoire de Dourado-Amambai Pegua II, à Naviraí (MS). L’attaque la plus récente, le 2 août, a blessé un indigène, abattu dans une embuscade à l’entrée du TI Amambai.

Selon les informations du chroniqueur UOL Jamil Chade, Lawlor a rencontré virtuellement les Guarani Kaiowá. Le rapporteur de l’ONU a axé la réunion sur la situation dans la région et sur les demandes de protection des autochtones. Elle a recueilli le témoignage d’un adolescent de 14 ans, abattu lors d’une opération policière dans la région. Il a même été considéré comme mort par des parents indigènes, en raison de l’état de santé dans lequel il se trouvait. Dans un deuxième récit, une étudiante guarani kaiowá a décrit la même opération, au cours de laquelle un coup de feu est passé près de sa tête.

Non au délai

Selon Jamil Chad, les participants à la réunion ont déclaré que Lawlor était particulièrement préoccupée par la situation des femmes autochtones et a demandé plus d’informations sur les actions des hommes armés et des gardes de sécurité armés dans la région. L’espoir des communautés autochtones est que l’ONU puisse faire pression sur le gouvernement brésilien pour qu’il agisse afin de garantir la protection des peuples autochtones. La situation des communautés du Mato Grosso do Sul est un « portrait » des violations constantes subies par les peuples indigènes du pays.

Il existe plus de 70 camps Guarani Kaiowá répartis dans le sud de l’État, en attendant la démarcation des territoires. Cela augmente la vulnérabilité de la population autochtone. Il n’est pas étonnant qu’en cette Journée internationale des peuples autochtones, des entités telles que l’Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) promeuvent un tweet demandant la reprise du jugement de la Cour suprême fédérale (STF) de l’appel extraordinaire ( RE) du Marco Temporel.

La ressource est considérée comme fondamentale pour sauvegarder les droits territoriaux des peuples autochtones au Brésil. Mais le report de la décision par le STF apporte encore une incertitude juridique et politique à cette population. « Le gouvernement de Jair Bolsonaro a promis et tenu : il n’a pas délimité un millimètre de terres indigènes, il veut passer le troupeau et courir avec des PL (factures) pour l’exploitation minière et l’accaparement des terres. En cette Journée de la Résistance #Autochtone, nous sommes mobilisés et mobilisés : notre combat est pour la vie », a écrit Apib.

Gouvernement Bolsonaro

Déjà enquêté par l’ONU pour d’autres cas de violence et d’omission dans la protection des peuples indigènes, le gouvernement Bolsonaro, chaque fois interrogé par l’organisation, répond que la Fondation nationale indienne (Funai) remplit ses fonctions. Aux Nations unies, le Brésil affirme toujours que la prise en charge des communautés est « l’une des priorités » de l’administration actuelle.

Mais dans des communiqués en cette Journée internationale des peuples autochtones, différentes entités contestent cette version. « Le gouvernement brésilien a transformé l’agence chargée de promouvoir et de protéger les droits des autochtones en une agence qui met ces droits en danger », a déclaré Maria Laura Canineu, directrice de Human Rights Watch au Brésil.

« Au Brésil, où l’on trouve la plus grande diversité de peuples indigènes au monde, la politique d’assimilation et d’intégration du gouvernement actuel est violente. Il a tous les vestiges coloniaux subalternes à la capitale. Les peuples autochtones sont considérés comme des obstacles au développement. Dans cette logique, ils doivent être éliminés et leurs territoires ouverts à l’exploitation, libres de toute responsabilité », note le Conseil indigène missionnaire (CIMI) dans une note.

Manifestations contre Marcelo Xavier

Sur les réseaux sociaux, des internautes et des organisations de défense des droits humains ont aussi protesté contre le départ du président de la Funai, Marcelo Xavier. Nommé par Bolsonaro, le délégué de la police fédérale de l’époque est accusé d’avoir persécuté des serveurs attachés aux droits des autochtones, d’avoir sapé les efforts de protection des IL, en plus de perturber l’agence pour faciliter l’invasion de prospecteurs, bûcherons, accapareurs de terres et autres envahisseurs.

Un dossier publié par l’Institut d’études socio-économiques (Inesc) et l’association Indigenistas Associados (INA) a montré qu’avec Bolsonaro et Xavier, la Funai est devenue une instance politique anti-indigéniste. Actuellement, selon le document, seuls deux des 39 coordonnateurs régionaux du dossier sont des serveurs de carrière. Les autres sont dirigés par des personnes extérieures à Funai, dont 31 militaires et policiers actifs ou de réserve ayant peu ou pas d’expérience dans les questions autochtones.

« La Funai devrait défendre les droits des indigènes, mais elle a tout dévasté et attaqué sur son passage. Nous ne pouvons pas permettre cela ! Dehors Marcelo Xavier ! », a tweeté Apib en cette Journée internationale des peuples autochtones. Les employés de la Funai protestent également contre le départ du président et « pour une Funai qui protège les peuples indigènes » dans un acte à Brasilia, qui se déroule depuis mardi matin. Dans la manifestation, les travailleurs réclament également justice pour les meurtres de l’indigéniste Bruno Pereira et du journaliste anglais Dom Phillips, tués en juin, à Amazonas.

Découvrez les démonstrations

★★★★★