La justice argentine a décidé de saisir un avion vénézuélien

Le juge fédéral de Lomas de Zamora, en Argentine, Federico Villena, a fait droit à la demande des États-Unis de saisir l’avion Emtrasur Jumbo entré en Argentine le 6 juin.

La décision implique une ratification du blocus américain sur l’avion, dans le cadre du traité d’entraide judiciaire entre les deux pays.

La décision a été prise après que le procureur Cecilia Incardona a approuvé la demande du ministère de la Justice des États-Unis, qui revendique le détournement puis la saisie de l’avion.

La définition de la justice argentine en faveur de Washington se produit au milieu d’un interrogatoire sévère par des responsables du gouvernement vénézuélien à l’Argentine. Comme cela arrive avec les extraditions, au-delà de la résolution judiciaire, l’histoire de l’avion aura un nouveau chapitre : le dernier mot aura la Casa Rosada.

Bien que les détails de la résolution soient confidentiels, conformément aux exigences du traité avec les États-Unis, des sources dans l’affaire ont assuré Página/12 que l’avion serait saisi à la disposition conjointe des tribunaux locaux et colombiens. Le magistrat devait décider si les exigences du traité signé dans les délais entre les deux pays étaient remplies, ce pour quoi il a fait droit à la demande de saisie.

Le ministère de la Justice des États-Unis a déterminé – sur la base de l’ordonnance judiciaire rendue le 19 juillet par le tribunal du district de Columbia – que l’avion battant pavillon vénézuélien peut être confisqué en raison de violations de ses réglementations en matière de contrôle des exportations. Ces réglementations établissent que le département américain du Commerce a le pouvoir d’appliquer des sanctions et des blocages à toute activité non autorisée. Dans ce cas, l’avion a été initialement produit sur le sol américain, puis vendu à Air France, et plus tard à la compagnie aérienne Mahan Air d’Iran. Depuis 2008, le gouvernement américain interdit à la société iranienne les transactions liées à ses exportations, en raison de liens présumés avec des groupes terroristes. Dans ce blocus se trouve l’avion qui reste actuellement à Buenos Aires, après avoir été acheté par Conviasa, la société d’État vénézuélienne.

Conformément à la loi 24 034 de 1991, l’Argentine et les États-Unis ont signé le traité d’assistance mutuelle qui implique, en fait, une collaboration en matière judiciaire entre les deux États. C’est dans ce contexte que le gouvernement américain exige que l’Argentine rende effectif l’ordre de confiscation de l’avion. Le gouvernement argentin a accepté la demande et l’a transmise à la justice. Selon des sources au dossier, le gouvernement aurait pu retarder la demande à la justice ou ne pas l’avoir envoyée, mais il l’a fait pour que la garantie soit l’une des raisons pour lesquelles le Venezuela critique l’exécutif.

Le crime invoqué par les États-Unis est la réexportation, c’est-à-dire une violation de lois inexistantes pour la réglementation argentine, le juge peut s’y conformer protégé par le traité.

La résolution, cependant, n’affecte pas la situation procédurale des membres d’équipage de l’avion qui attendent toujours la définition de la justice argentine, dans le cadre de l’affaire qui examine si l’équipage « était lié à un certain type d’activité ou terroriste groupe ou bien s’ils ont survolé et atterri dans notre pays dans un but criminel », selon le parquet.

Ce mercredi, le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Pedro Carreño, a demandé au gouvernement argentin de restituer l’avion et de libérer l’équipage, estimant que l’enquête n’était qu’un « faux positif ». Ces critiques ont poussé le procureur général de la Nation (PGN), temporairement dirigé par Eduardo Casal, à envoyer une note au ministère argentin des Affaires étrangères pour exprimer sa « profonde inquiétude institutionnelle ». Le texte porte la signature du chef du secrétariat de coordination institutionnelle du PGN, Juan Manuel Olima Espel, et a été adressé au secrétaire aux relations extérieures du ministère des Affaires étrangères, Pablo Tettamanti.

★★★★★