Le Brésil

La limite de l’économie comportementale au gouvernement

L’économie comportementale et son application au gouvernement ont fait l’objet de ma note technique dans la 17e carte de visite USCS. Voici un résumé de cette publication. L’économie comportementale étudie comment les individus se comportent lorsqu’ils reçoivent une incitation ou lorsqu’ils sont pénalisés pour avoir agi d’une certaine manière. La question de départ est: « Dans ce cas, est-ce que les gens changent de comportement? »

Regardons une expérience classique d’économie comportementale. Une garderie est ouverte jusqu’à 16 h, mais les parents sont souvent en retard pour récupérer leurs enfants, ce qui oblige les employés à travailler au-delà de leurs heures. Pour y remédier, les chercheurs en économie comportementale ont imposé une amende toutes les 10 minutes de retard. Cependant, l’amende a augmenté les délais plutôt que de les réduire. En étudiant le comportement qui a conduit à cela, les chercheurs ont conclu que: a) l’amende expliquait «le pire qui puisse arriver» en cas de retard; avant l’amende, de nombreux parents prévoyaient des conséquences pires en cas de retard; b) l’amende a créé le sentiment que les parents payaient pour le service des employés; avant l’amende, le sentiment était qu’ils abusaient de leur bonne volonté (Uri et Rustichini, 2000).

L’utilisation de ce type d’expérimentation dans les politiques publiques s’est développée ces dernières années. Cela semble naturel, car les politiques publiques impliquent généralement un changement de comportement des individus, que ce soit par des incitations ou des sanctions. Bolsa Família cherche à faire en sorte que les parents gardent leurs enfants à l’école, les quotas raciaux visent à encourager et à faciliter l’entrée des Noirs dans les universités, tandis que la prohibition cherche à empêcher les gens de conduire après avoir bu et la loi Maria da Penha vise à changer les comportements violents.

Des expériences comportementales dans le gouvernement changent les incitations ou les sanctions, et étudient ce que font les gens face à ce changement

Regardons les expériences de transferts monétaires liées au VIH, réalisées au Lesotho, au Malawi, en Tanzanie et en Afrique du Sud (Fine et al., 2015). Les participants à ces expériences recevaient périodiquement une valeur monétaire si leurs tests médicaux étaient négatifs pour le VIH. Les résultats ont été mitigés. Au Lesotho, les femmes participant à l’expérience avaient en fait des taux de VIH inférieurs. Au Malawi, cependant, les hommes avaient une incidence plus élevée de VIH. Les chercheurs ont expliqué que l’argent reçu en faisait des partenaires sexuels plus attrayants, ce qui augmentait leurs relations sexuelles et donc la probabilité d’être infectés.


C’est une période de résistance et de solidarité. Parce que la faim fait mal. Par Rafael Marques


Cet exemple met en évidence la principale limite de l’économie comportementale au sein du gouvernement: l’hypothèse selon laquelle le changement social découle de changements individuels dans le comportement des gens.

Dans le cas des transferts monétaires liés au VIH, les hypothèses des scientifiques étaient claires. Les individus choisissent d’avoir des relations sexuelles non protégées automatiquement, rapidement et sur la base d’un plaisir immédiat. Lors de l’insertion d’une incitation financière, les individus commencent à peser davantage leurs gains et leurs pertes, et ont donc tendance à faire un meilleur choix: des relations sexuelles avec un préservatif. En d’autres termes, ce sont les choix individuels entre les rapports sexuels protégés ou non protégés qui déterminent les degrés d’incidence du VIH dans les populations. Avec cette hypothèse, l’expérience néglige les enjeux structurels de ce problème: éducation, infrastructures de santé, pauvreté. En se concentrant sur les choix individuels, l’économie comportementale perpétue la stigmatisation et les préjugés contre les personnes vivant avec le VIH, considérées comme insouciantes et les seules responsables de leur infection.

Ce n’est pas le seul cas. La Banque mondiale a produit un rapport avec plusieurs exemples d’expériences comportementales en politique publique. O Rapport sur le développement dans le monde 2015: esprit, société et comportement explique, par exemple, que les pauvres ont des charges cognitives qui interfèrent avec leur capacité à prendre de bonnes décisions. Les problèmes du présent et le souci de leurs propres moyens d’existence les rendent inattentifs aux problèmes de l’avenir, se sentent plus incompétents et ont un «déficit» d’aspirations futures. Parmi les interventions comportementales suggérées par la Banque mondiale, il y en a une aux États-Unis, qui a utilisé des techniques d’affirmation de soi (raconter des histoires qui montrent la fierté et l’amour de soi) chez les élèves pauvres âgés de 12 à 13 ans.


Christian Dunker: Néolibéralisme et dépression brésilienne


Ce type d’intervention comportementale ne prend pas en compte les facteurs structurels de la pauvreté: faibles revenus, chômage, inégalités, systèmes d’éducation et de santé. Ce qui est sous-entendu dans cette intervention, c’est que sortir de la pauvreté dépend exclusivement des décisions individuelles des individus (exemple: étudier plus ou étudier moins), et néglige qu’il s’agit, en fait, d’un problème systémique, impliquant des politiques générales de l’emploi, des transferts de revenus, éducation et santé.

Un autre exemple d’intervention comportementale consiste à placer les fruits dans un endroit plus visible que les aliments sucrés, pour encourager une alimentation saine (Thaler et Sunstein, 2008). Lorsque l’on place le problème de l’obésité comme le résultat de la décision individuelle des gens d’acheter ou non des produits sains, les causes systémiques de ce problème public telles que la culture de consommation, le manque de politiques sportives et même l’éducation sont négligées.

En se concentrant uniquement sur les individus, les expériences d’économie comportementale au sein du gouvernement négligent les causes structurelles des problèmes publics.

Toutes les politiques publiques ne doivent pas agir sur des causes structurelles. Cependant, parfois, l’économie comportementale est vendue comme une solution magique aux problèmes structurels, et c’est là que réside le problème.


Lire les autres articles de la série Development in Focus


En mars 2020, le gouvernement britannique a annoncé sa principale mesure de lutte contre le coronavirus: l’utilisation d’expériences comportementales (le coups de coude) pour sensibiliser les gens à l’hygiène des mains et à la distance sociale. Contrairement à plusieurs autres pays, qui ont traité le problème par la mise en quarantaine, la fermeture d’écoles et l’interdiction d’événements. Après cela, 600 spécialistes du comportement se sont exprimés dans une lettre publique adressée au gouvernement britannique, s’opposant à cette stratégie axée sur coups de coude. Selon eux: « Un changement radical de comportement peut avoir de bien meilleurs résultats que ceux-ci, et s’il réussissait, il sauverait un très grand nombre de vies » («Un changement radical de comportement peut être en mesure de faire beaucoup mieux que cela et, s’il réussit, sauver un très grand nombre de vies»).

Les scientifiques du comportement eux-mêmes ont indiqué que la solution à un problème complexe tel que la crise sanitaire n’impliquait pas l’utilisation coups de coude, c’est-à-dire tente de changer les comportements individuels. Cela impliquait l’imposition de quarantaines, le télétravail obligatoire et la fermeture d’écoles.

Il est facile de voir l’attrait du gouvernement pour les expériences comportementales qui cherchent à changer les décisions individuelles: ils ont des prémisses simples, ils sont bon marché et ils promettent de résoudre des problèmes difficiles. Mais vous devez faire attention, après tout, comme nous l’avons appris de Mencken, «Pour chaque problème complexe, il existe toujours une solution simple, élégante et complètement fausse».


Marcelo Vegi da Conceição est étudiant à la maîtrise en économie et politiques publiques à l’Instituto Universitário de Lisboa. Public Policy Manager, diplômé de l’USP. Chercheur dans les cas pédagogiques du projet d’administration publique portugaise à l’IPPS-ISCTE. [email protected]

Cet article n’exprime pas forcément l’opinion de Rede Brasil Atual

Vous pourriez également aimer...