Le Brésil

La loi sur l’accès à l’information s’achève dix ans au milieu des avancées et des menaces – Jornal da USP

La législation contribue à l’accès à l’information publique et renforce le contrôle de la corruption, mais est fragilisée par des failles et des décrets

Par Rodrigo Tammaro

La transparence est essentielle pour le suivi de la gestion publique et de la participation sociale – Photo : Pixabay

La Loi sur l’accès à l’information (Loi n° 12,527/2011), également appelée LAI, réglemente l’accès à l’information publique, droit prévu par la Constitution. Le dispositif est considéré comme important pour le contrôle de la corruption et célèbre son dixième anniversaire au milieu des discussions sur la transparence publique.

Le professeur de droit constitutionnel à la Faculté de droit (FD) de l’USP, Roger Leal, explique que la Constitution prévoyait déjà la garantie d’accès aux informations personnelles et aux informations d’intérêt collectif par les citoyens. «Cette loi a été approuvée afin de donner effet à ces dispositions», dit-il.

transparence publique

Deux types de transparence sont prévus : active, qui détermine la disponibilité immédiate des données par les organismes publics, et passive, dans laquelle l’administration répond aux demandes et aux demandes des citoyens eux-mêmes.

Ces commandes peuvent être passées virtuellement sur la page de accès à l’information du gouvernement fédéral ou sur les portails de transparence des gouvernements des États (comme le Service d’information aux citoyens, de São Paulo) et municipal. Certains paramètres guider la fourniture de ces informations, afin que les hypothèses de confidentialité légalement établies soient respectées.

Selon Gisele Craveiro, professeur des cours de gestion des politiques publiques et des systèmes d’information et du programme d’études supérieures en changement social et participation politique à l’École des arts, des sciences et des sciences humaines (EACH) de l’USP, la transparence est essentielle pour surveiller la gestion publique et la participation sociale. .

« Cela qualifie le débat et apporte des éléments pour que les politiques soient non seulement contrôlées, mais aussi conçues avec divers segments de la société », commente-t-il. Pour ces raisons, la LAI est considérée comme un instrument important pour contrôler la corruption, améliorer la gestion publique et renforcer la démocratie.

dix ans de LAI

Gisèle définit le droit comme un jalon dans la transformation du secret en exception et de la transparence en règle. Des avancées structurelles de l’État brésilien ont également été favorisées. « Cette étape appartient à toute notre société, qui a lutté pour que cette loi existe et qui cherche à ce jour à ce qu’elle soit effectivement mise en œuvre. »

Leal juge positives les dix ans de la loi, sanctionnée en novembre 2011 dans le gouvernement de Dilma Rousseff (PT). « Il a élargi les espaces d’accès de la population en général, de la presse et de divers autres segments de la société à l’information de l’État », dit-il. « Avant la loi, il était certainement beaucoup plus complexe d’obtenir des données du secteur public.

Selon lui, cependant, il fallait s’attendre à ce que la loi ne résolve pas tous les problèmes. « Il y a encore des points à avancer et à éclaircir », dit-il. L’un de ces points est la confidentialité.

des menaces

Le gouvernement (non-parti) de Jair Bolsonaro, par exemple, a suspendu les délais de réponse aux demandes faites via la LAI et imposé un secret de 100 ans dans des affaires telles que la procédure administrative engagée contre Eduardo Pazuello (général actif et ancien ministre de la Santé) pour participation à un acte politique.

Une enquête fait par le journal Le globe signale une baisse des indices qui mesurent l’efficacité du LAI. Leal, cependant, ne croit pas à la possibilité de revers, du moins à court et moyen terme. « Il est naturel que nous soyons confrontés à de nouvelles barrières et de nouvelles résistances », dit-il.

Le professeur souligne qu’il existe des hypothèses dans lesquelles la législation exige la confidentialité, mais soutient qu’il est nécessaire de mieux définir ces déterminations. « Souvent, ces causes, telles qu’elles sont définies, sont trop ouvertes ou imprécises, permettant l’expansion de concepts qui ne devraient pas être développés. »

Gisèle parle déjà d’une menace pour la loi. « Nous sommes très préoccupés par plusieurs attaques contre l’application et le respect de cette loi », dit-il. « Nous avons un scénario très difficile au moment où nous terminons dix ans de LAI », ajoute-t-il.

De l’avis de l’enseignant, ces menaces font partie d’un mouvement plus large visant à attaquer la formation de l’opinion, la collecte de données et la liberté de la presse. « Tous ces éléments d’une société forte sont attaqués, donc l’attaque contre LAI, malheureusement, n’est qu’un élément de cette image plus large. »

« C’est l’exercice effectif de cette loi qui rendra l’information publique de plus en plus médiatisée. Et, aussi, attention à ne pas admettre de revers », conclut Gisèle.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h00, 3 : 00h00 et 16h45. À Ribeirão Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...