Le Brésil

La mairie de São Paulo lance des cours en présentiel à partir du 1er février

São Paulo – Ce jeudi (14), la ville de São Paulo a autorisé le retour des cours en présentiel dans les réseaux publics et privés à partir du 1er février. Lors d’une conférence de presse, la direction Bruno Covas (PSDB) a déclaré que les écoles pourront fonctionner sur une base de rotation des élèves, avec 35% de la capacité. Les cours en présentiel ont été suspendus dans la municipalité le 16 mars 2020 en raison de la nouvelle pandémie de coronavirus.

Pour le retour en face à face, la ville a annoncé la mise en place d’un système de suivi de surveillance, à travers les unités de surveillance sanitaire dans les écoles. Edson Aparecido, secrétaire municipal à la santé, a déclaré que les unités de santé de base (UBS) assureront un suivi détaillé des enfants, des éducateurs et des parents.

Les enseignants de plus de 60 ans et appartenant au groupe à risque ne reprendront pas leurs activités. Fernando Padula, secrétaire municipal de l’Éducation, qui était également présent à la conférence de presse, a annoncé que des kits seront livrés à chaque élève de l’école publique, comprenant du savon, une tasse et trois masques.

Ce mercredi (13), l’État de São Paulo a enregistré un nombre total de 13.490 patients hospitalisés par covid-19 dans l’ensemble du réseau hospitalier – le nombre le plus élevé depuis le 2 août 2020, date à laquelle un total de 13775 hospitalisations a été enregistré. La moyenne mobile des décès a été supérieure à 200 occurrences pendant cinq jours.

Le conseiller municipal Celso Giannazi (Psol-SP) a critiqué l’action de la mairie et rappelle le manque de structure pour le retour. «Sans aucun dialogue avec la communauté scolaire, la mairie veut reprendre les cours à un moment où le nombre de cas et de décès de covid-19 continue d’augmenter. Rappelant que les écoles n’ont pas les conditions du retour et qu’il y a une pénurie d’enseignants, de personnel de soutien et de professionnels du nettoyage dans les écoles publiques », a-t-il publié sur Twitter.

Les enseignants sont opposés

La mesure suit le plan établi par le gouverneur João Doria (PSDB), qui, en décembre de l’année dernière, a classé les établissements d’enseignement comme services essentiels afin qu’ils puissent ouvrir à tout stade de la pandémie. Le Conseil d’État de l’éducation a défini, mercredi, les directives de retour et établi que les écoles offrent au moins un tiers des cours en personne chaque mois en 2021. La fréquentation des élèves sera obligatoire et valable pour les écoles publiques et privées. , de l’éducation de la petite enfance au lycée.

L’idée de la gestion du tucana est de revenir en présentiel, même si l’État est dans la phase rouge du plan de São Paulo, ce qui correspond aux pires taux de la pandémie. Les enseignants sont contre le retour aux cours en face-à-face et classent cette initiative comme «absurde».

«La position des syndicats a toujours été celle d’un retour en toute sécurité, qui puisse respecter toutes les conditions sanitaires et, en même temps, aussi l’avis des autorités scientifiques et les avertissements que la pandémie ne doit pas augmenter», déclare le président de la Fédération des enseignants de la État de São Paulo, Celso Napolitano, au journaliste Jô Miyagui, de TVT.

Apeoesp, le syndicat qui représente les enseignants des écoles publiques, s’y est opposé et a saisi les tribunaux pour empêcher de nouvelles embauches, comme le gouvernement de l’État de São Paulo le souhaite. «Vous voulez travailler sur le réseau en personne, vous devez prendre le risque. Ceci est absurde. C’est pourquoi nous, à Apeoesp, intentons une action en justice contre cette ordonnance d’embauche, une ordonnance que j’appellerais, au moins, une ordonnance morbide, de mauvais augure », déclare le secrétaire à la Communication d’Apeoesp, Roberto Guido.

Vous pourriez également aimer...