Le Venezuela

La mission argentine rejette l’action de l’État colombien contre les civils

La Mission de Solidarité Internationale et d’Observation des Droits de l’Homme que les organisations argentines ont récemment menée en Colombie a remis en cause dans son rapport final les actions de l’État colombien contre la population civile dans les manifestations.

Dans le rapport, qui a été présenté ce mardi à Buenos Aires, il est indiqué que la réponse du gouvernement d’Iván Duque aux protestations des citoyens contre les réformes fiscales et sanitaires promues par l’exécutif a été une « répression féroce ».

« La Colombie représente la combinaison fatale de la démocratie formelle et du terrorisme d’État », ont affirmé les membres de la mission.

La mission a débuté le 25 mai, a duré dix jours et était composée de représentants d’organisations humanitaires, politiques, sociales et syndicales.

L’objectif de la mission était de soulager les situations de violations des droits humains dans le cadre des manifestations de mai et juin contre le gouvernement Duque.

« Nous sommes face à un État terroriste. On parle d’un gouvernement démocratique, mais il n’y a rien de démocratique là-dedans », a déclaré le lauréat du prix Nobel de la paix 1980, l’Argentin Adolfo Pérez Esquivel, dans la présentation du rapport.

Dans un discours devant l’ensemble du Congrès à l’occasion de la fête de l’indépendance, Duque a évoqué ce mardi de manière générale la violence dans les manifestations et, sans approfondir la brutalité policière, a déclaré que la force publique « est soumise aux normes les plus élevées dans les droits de l’homme » et a affirmé que son gouvernement le soutient, le renforce et l’exige.

Après avoir souligné que tous les membres de la force publique doivent s’engager « au respect, aux garanties et à la protection de la manifestation pacifique », le chef de l’État a affirmé qu’ils doivent également « agir avec force, en utilisant tous les outils de la Constitution, pour défendre les citoyens contre les vandales. et terroristes ».

Le bureau du procureur colombien a documenté au moins 21 décès au cours des 50 jours de manifestations, mais diverses organisations de défense des droits de l’homme portent ce chiffre à 84 et l’ont ainsi déclaré à la mission que la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a effectuée en juin .

EFE

Vous pourriez également aimer...