Le Venezuela

La musique créole a rendu les personnes présentes à la béatification

La musique évoquait, dans ses paroles et ses sentiments, toutes les personnes pieuses de José Gregorio Hernández, qui ont suivi de leurs maisons la cérémonie de béatification tant attendue du Serviteur de Dieu, qui s’est tenue hier matin à l’église San Juan Bautista de Colegio. la Salle de la Colina, dans la capitale, et a été diffusée en direct et en direct à la télévision et sur les réseaux sociaux, via le signal principal de la chaîne de télévision Vale.

Accompagné d’images de la capitale, un ciel nuageux au bord d’un imposant Waraira Repano a évoqué les paysages andins de la ville d’Isnotú lors de la fête tant attendue, qui a marqué son caractère musical créole depuis le début.
La fête a été lancée par le merengue La luz del Servo de Dios, interprété et composé par Francisco Pacheco, qui était accompagné de Magdalena Frómeta, Marilyn Chirinos et Trina Medina, l’orchestration de Pablo Segura et la direction chorale de Luimar Arismendi.

Tout au long de la cérémonie, les compositions vénézuéliennes ont donné le ton et ont été interprétées par la Schola Cantorum, dirigée par l’enseignante María Guinand, et l’Orchestre symphonique d’Ayacucho, sous la direction d’Elisa Vega.
La procession d’entrée au temple était accompagnée de la chanson Es Nuestro Dios du compositeur Luis Eduardo Galián.
Tout au long de la cérémonie émouvante, les régions de tout le pays étaient présentes dans les rythmes traditionnels qui l’accompagnaient.

Valse, fulía, merengue caraqueño et onda nueva étaient quelques-uns des genres qui représentaient chaque Vénézuélien.
Un pôle Margarita, composé par Albert Hernández, a servi à demander au Seigneur d’avoir pitié de la célébration liturgique pour laquelle résonnaient les voix des chanteurs Francisco Pacheco, Marilyn Chirinos, Trina Medina, Magdalena Frómeta, Betsayda Machado, Luis Fernando Borjas, Gisselle Brito. Andrés Mata, Annaé Torrealba et Liana Malva.

L’auteur vénézuélien Albert Hernández a également composé le thème qui a accompagné l’Eucharistie, intitulé Ce pain et ce vin.
Pour sa part, Cristóbal Jiménez a chanté une chanson de sa paternité consacrée aux nouveaux bienheureux il y a des années.

Tout au long de la cérémonie ecclésiastique, l’acteur Socrates Serrano, le beatboxer Jhoabeat et les enfants Malva Acosta et Yadrián Mijares ont également participé.

Vous pourriez également aimer...